Nouvelle de 18 h Le préfet de Rimouski-Neigette envisage 2021 avec optimisme

Le préfet de Rimouski-Neigette envisage 2021 avec optimisme

La MRC se mêlera davantage de développement économique

Le préfet Francis Saint-Pierre entrevoit un avenir de plus en plus positif pour la MRC Rimouski-Neigette, malgré les difficultés inhérentes à la crise sanitaire du coronavirus.

Alors que les représentants des neuf municipalités membres de la MRC Rimouski-Neigette vont reprendre le travail le 21 janvier, monsieur Saint-Pierre piaffe d’impatience à l’idée d’amorcer les préparatifs en vue de l’adoption du nouveau schéma d’aménagement. Ce plan de développement du territoire permet aux élus membres de la MRC d’établir leurs priorités.



La MRC va accentuer son implication dans le secteur économique. L’agroalimentaire, la forêt et le tourisme demeurent les trois principaux secteurs où la MRC pourrait intervenir en priorité. S’il y a eu un bon côté à la crise sanitaire, c’est que le public s’est de plus en plus intéressé à l’importance de l’achat local et à l’agriculture de proximité. Ce sont deux autres aspects qui retiendront encore l’attention.

Relance


« Avec la pandémie qu’on vient de vivre, la relance économique de nos entreprises doit être une priorité en 2021. Nous en sommes à un stade où on parle vraiment de la survie de certaines entreprises. Dans les dossiers qui touchent directement à la MRC, nous nous lançons dans la révision du schéma d’aménagement. C’est très gros comme dossier, car c’est ce qui permet de gérer les usages sur notre territoire. Nous avons parfois l’impression qu’on se fait imposer des décisions par Québec, mais on nous laisse entrevoir maintenant plus de liberté dans nos choix, pour la nouvelle version », commente monsieur Saint-Pierre, en entrevue avec le journal le soir.

« Il y a déjà des travaux qui sont commencés. Pour les élus, le gros du travail aura lieu ce printemps. Il y a des axes de développement auxquels on ne s’était pas vraiment attardés, mais il y a de nouvelles choses qui se développent présentement. On pense notamment à la Feste médiévale de Saint-Marcellin qui présente maintenant des activités à longueur d’année. On commence à créer des routes pour amener des gens chez-nous. Le schéma d’aménagement, c’est pratiquement la raison d’être de la MRC. C’est la gestion du territoire. On gère les usages entre l’urbanisation, l’agriculture, la forêt, par exemple », explique encore le préfet.



Des combats

« Il y a parfois des combats à mener face aux demandes de Québec. On veut que notre prochain schéma d’aménagement exprime notre volonté de développement. Nous sommes sur notre territoire; nous connaissons notre territoire; nous connaissons nos possibilités et on demande de nous laisser notre développement. La compétence de développement économique régional, c’est une compétence de la MRC. Dans Rimouski-Neigette, nous avons une entente avec la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER). On ne s’obstine pas sur qui fait quoi. Chaque année, nous donnons le mandat à la SOPER d’accompagner notamment nos entreprises touristiques. Quand on parle notamment du Canyon des Portes de l’Enfer et de la Réserve Duchénier, ce sont des dossiers où on s’est impliqués avec la SOPER. Les deux entités sont maintenant fusionnées et la MRC y est représentée », commente monsieur Saint-Pierre.


De l’emploi

Pour le préfet, ce n’est pas en se disant beau et gentil qu’on attire de nouveaux résidents, mais en effectuant du développement économique qui permet de créer des emplois.

« La base pour maintenir des municipalités en vie, c’est l’emploi. Je ne crois pas qu’on déménage dans une région où il n’y aurait pas de travail. C’est la première des choses qu’on regarde. Il y a des retraités qui retournent vivre dans leur paroisse, mais des jeunes qui viennent s’installer, on n’en a pas assez. Dans la vie, on se trouve un travail et après on recherche un milieu où résider. La base, c’est le travail, donc, c’est le développement économique qui va permettre d’attirer des gens ici. On pourrait leur dire qu’on est beau, qu’on est fin, qu’on perd moins de temps sur les routes que dans les grands centres, la première chose, c’est l’emploi. Ça veut dire aussi de bonnes communications par Internet et par le téléphone cellulaire », remarque Francis Saint-Pierre.

Une bonne année

Le préfet croit qu’on peut se montrer optimiste pour la santé de la MRC Rimouski-Neigette en 2021.

« Avec la pandémie, on s’est tourné davantage vers l’agriculture de proximité. Il s’est vendu 40% plus de bœuf québécois que dans les autres années, au Québec. Ça veut dire qu’il y a un momentum à saisir, là. La solidarité demeure à l’ordre du jour. Une des trois priorités du Bas-Saint-Laurent est l’agroalimentaire. C’est le genre de dossier que la MRC peut favoriser. L’agriculteur en moi est très content quand il voit ça. La base de notre économie demeure l’agriculture, la forêt et le tourisme, dans un esprit de développement durable. »

« Des projets, on en a! Des fois, les gens peuvent critiquer parce qu’ils pensent que c’est long, mais ça peut prendre jusqu’à un an et demi pour voir aboutir quelque chose. Je suis actuellement impliqué dans deux gros projets et dans quelques autres de moindre envergure. Il y en a de très porteurs parmi eux, qui feront rayonner notre région », promet monsieur Saint-Pierre.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×