Actualités Économie Un entrepreneur incite la Chambre de commerce à accentuer la pression sur...

Un entrepreneur incite la Chambre de commerce à accentuer la pression sur Québec

Où est l’aide du gouvernement du Québec?

Le cri d’alarme lancé par un entrepreneur de Rimouski sur les contraintes et les impacts de la crise du coronavirus sur les entreprises, Jean-Martin Beaulieu, incite la Chambre de commerce et de l’Industrie de Rimouski-Neigette à accentuer la pression sur le gouvernement du Québec.

« Rimouski-Neigette peut être fière de ses commerçants qui ont relevé un défi énorme dans des conditions extrêmement défavorables afin de contribuer à l’effort de la santé publique » explique Guillaume Sirois, président de la CCIRN.



La Chambre de commerce et de l’industrie Rimouski-Neigette désire tout d’abord réitérer que la santé de la population demeure une priorité absolue. « Les mesures sanitaires instaurées ont été suivies de façon exemplaire par ses membres depuis le début de cette crise et ont visiblement contribué au contrôle de l’épidémie de façon efficace dans notre région. »

Considérant ces résultats encourageants dans notre région, la CCIRN propose un retour à la gestion de pandémie par zone de couleurs comme l’ont réclamé certains élus régionaux.


Guillaume Sirois (Photo: courtoisie)

« Il est de notre avis qu’un maximum d’efforts doit être déployé afin de soutenir notre économie régionale à l’approche de périodes névralgiques pour nos membres comme la Saint-Valentin et la semaine de relâche. Un retour à la gestion des zones par couleurs pourrait permettre d’envisager une reprise des activités économiques de nos membres et ainsi éviter d’aggraver leur situation financière et psychologique », constate Guillaume Sirois.

Essoufflement



Malgré leur solidarité depuis le début de cette crise, la Chambre de commerce estime que plusieurs entrepreneurs sentent que leur simple droit à subvenir à leurs besoins leur est enlevé.

C’est le cas de Jean-Martin Beaulieu, propriétaire de la boutique Beaulieu Collections à Rimouski et membre de la CCIRN. Ce dernier a dû encaisser d’énormes pertes financières en raison des différentes mesures coercitives.


Traversé deux guerres

« Notre entreprise familiale centenaire a traversé deux guerres mondiales, une grande dépression, plusieurs récessions et c’est finalement un virus qui met dangereusement en péril la survie de l’entreprise autant que les emplois qui lui sont associés. L’immobilisme de notre gouvernement envers les petites entreprises va tuer l’économie régionale et l’identité de notre région qui passe en grande partie par des commerces qu’on ne trouve pas ailleurs », s’insurge monsieur Beaulieu.

Où est l’aide du gouvernement du Québec?

Par ailleurs, la CCIRN constate avec déception la quasi-absence de programmes d’aide financière en provenance du gouvernement du Québec.

En effet, la grande majorité des programmes d’aide proviennent du Fédéral avec des mesures comme la prestation canadienne d’urgence (PCU), la prestation canadienne de relance économique (PCRE), la subvention d’urgence canadienne au loyer commercial (SUCL), la subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) ou le compte d’urgence des entreprises canadiennes (CUEC).

« Nos commerçants ont fait leur part et ils génèrent des revenus importants pour le Québec. Nous sommes en droit de nous attendre à une implication financière directe et significative de la part de notre province auprès des PME, en particulier si l’état québécois désire prolonger des mesures sanitaires restrictives qui ont des effets dévastateurs pour les secteurs du commerce de détail et des services » ajoute Guillaume Sirois.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×