Nouvelle de 19 h Tout espoir de relancer Val-Neigette n'est pas perdu

Tout espoir de relancer Val-Neigette n’est pas perdu

Le rappel des 60 ans d’histoire de la station de sports d’hiver Val-Neigette, à Rimouski, vendredi dernier, a réveillé bien des souvenirs, mais aussi ravivé l’espoir chez de nombreux Rimouskois.

La station est fermée pour une troisième saison d’affilée, actuellement.



Au moment d’écrire ces lignes, cet article a rejoint plus de 3 000 personnes, suscité plus de 735 interactions et une quinzaine de commentaires, la plupart étant favorables à une éventuelle réouverture, sur la page Facebook du journal. Certaines personnes ont même manifesté le goût de s’impliquer dans une éventuelle relance.

« Beaucoup d’efforts peuvent encore être faits pour sauver ce joyau de Rimouski », affirme notamment un homme d’affaires connu et respecté.


Tout en étant conscients qu’il y a loin de la coupe aux lèvres, des intervenants considèrent qu’on peut encore espérer relancer Val-Neigette malgré les obstacles.

Le préfet de la MRC Rimouski-Neigette, Francis Saint-Pierre, indiquait vendredi dernier qu’un premier obstacle serait le manque de volonté apparent du propriétaire actuel, Raynald Dufour, de se montrer ouvert à des négociations. Reste que ce dernier pourrait bien changer son fusil d’épaule un jour, car son entreprise ne lui rapporte pas d’argent puisqu’il ne peut pas l’opérer seul et qu’il gagne en âge. L’évaluation municipale de Val-Neigette est de 1,1 M$. L’acquisition de la station de ski pourrait être intéressante pour la MRC ou la Ville, compte tenu que des subventions sont disponibles pour les centres de sports d’hiver qui sont de propriété publique, comme le Mont-Saint-Mathieu. Ce qui est rarement le cas pour ceux de propriété privée, sauf de rares exceptions selon ce qu’un lecteur a rappelé au journal: Bromont et Saint-Sauveur.



Campagne électorale

La prochaine campagne électorale municipale pourrait apporter des réponses. Le maire sortant, Marc Parent, a déjà indiqué qu’il ne croyait pas que la Ville devait s’impliquer financièrement dans une relance de Val-Neigette, mais il n’est pas dit que son successeur tiendra le même discours, tout comme des candidats à un des 11 postes de conseiller.


« J’écouterais »

« Pour l’instant, ce que je retiens, c’est que le vendeur n’est pas intéressé à vendre. La question demeure hypothétique, mais si le vendeur était intéressé et si ce pouvait être une belle occasion pour Rimouski, j’écouterais. Ça pourrait être une infrastructure intéressante. Je serais ouvert à écouter à tout le moins les conditions qui seraient posées », affirme le candidat à la mairie, Guy Caron.

Le président de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, Guillaume Sirois ne souhaite pas s’avancer beaucoup sur ce terrain, car on parle d’abord d‘une entreprise privée. Cependant, la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette suit toujours ce dossier avec attention, car ça peut être un attrait intéressant pour la région, reconnaît monsieur Sirois.

Peu importe

« Peu importe la vocation et peu importe le promoteur, c’est toujours un site potentiellement touristique qui peut être intéressant pour le développement de Rimouski », ajoute le directeur général de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER), Martin Beaulieu.

Monsieur Dufour n’a pu être joint par le journal le soir, mais de nouvelles tentatives seront effectuées dans les prochains jours pour obtenir ses commentaires.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×