Nouvelle de 18 h Le couple improbable arrive au terme de son premier ouvrage

Le couple improbable arrive au terme de son premier ouvrage

On cherche un titre

Le couple improbable d’auteurs que forment Sylvie Croteau, de Saint-Jean-Port-Joli, et Gaston Bourdages, de Saint-Mathieu, approche son premier jalon littéraire, dans une belle aventure humaine qui poursuit son chemin.

On parle bien ici d’un couple au sens professionnel du terme, mais surtout improbable, car monsieur Bourdages est un ancien homme d’affaires condamné pour l’homicide au second degré de sa conjointe en 1989, alors que madame Croteau est une ancienne victime de violence conjugale. Et pourtant, il travaillent main dans la main.



Les deux savent fort bien que leurs douleurs passées constituent autant de témoignages importants à la hauteur des souffrances endurées. Ils les mettent en commun dans l’écriture de trois livres d’une même série. Le premier est presque prêt. On en cherche le titre. On se lancera dans l’écriture du second l’été prochain.

Chacun son rôle


Les deux auteurs ont aussi choisi une façon originale de travailler en collaboration. Ils écrivent chacun de leur côté la portion de l’histoire qui les rejoint le plus. Monsieur Bourdages raconte ce que vivent les hommes emprisonnés et madame Croteau se concentre sur un personnage qui est la mère d’un détenu, qui a beaucoup souffert et tente d’aider son fils.

« Notre personnage principal est un homme qui a violé les 10 commandements de Dieu. On ne parle pas de religion, ici, mais de principes moraux. Il a volé, tué, calomnié, il a tout fait et il dit même à son compagnon de cellule que s’il y avait eu un 11e commandement, il l’aurait sans doute aussi violé. C’est un sujet qui a un lien avec mon histoire, mais de l’ordre de l’autofiction », précisait récemment Gaston Bourdages.



« Si on cherche un titre, c’est qu’on en est presqu’à la fin du premier tome. Sur un volume de feuilles huit par 11, on a au-delà de 215 pages écrites. On parle d’environ 80% de l’ensemble du tome un. Le livre va probablement prendre la direction de la maison d’édition de Sylvie, qui s’appelle « Les Éditions du quai penché », et on se mettra au travail dès lors pour le tome deux. Dans le premier, on a deux personnages principaux à traiter qui sont « Anne » pour Sylvie et « Ben » pour moi. Je m’attends à pouvoir annoncer le lancement du premier livre en juin. On est en pleine réflexion pour trouver notre titre », confiait monsieur Bourdages, aujourd’hui.

Sylvie Croteau et Gaston Bourdages. (Photo: courtoisie)

Relation enrichissante


« C’est une expérience humaine en même temps qu’une expérience de littérature. Notre relation surprend bien du monde. Moi, je vois ça d’un très bon œil. Ça m’enrichit dans le sens où ça me permet de comprendre un peu ce qui amène quelqu’un à être aussi violent, de voir l’autre côté de la clôture. Écrire, ça aide au processus de guérison. Je ne vous cacherai pas que la première fois que j’ai rencontré monsieur Bourdages, je n’ai pas reculé. Il a le mérite d’être devenu un autre homme et un monsieur très intéressant. Il y a beaucoup de circonstances qui ont fait qu’il a posé ce geste. Je me sens très à l’aise de travailler avec lui », commentait madame Croteau en décembre dernier, lors de notre premier reportage à ce sujet.

Vous avez une idée?

« Si vous avez une idée à suggérer pour le titre, elle sera la bienvenue », dit monsieur Bourdages, qui s’adresse au public. On vous met sur la piste… détention, liberté, dignité, amour, colère, haine, violence, pardon sont autant de thèmes rattachés à l’histoire. Les intéressés peuvent entrer en contact avec Gaston Bourdages par courriel à unpublic@gastonbourdages.com .


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×