Nouvelle de 19 h La reprise immédiate des activités équestres est réclamée

La reprise immédiate des activités équestres est réclamée

Cheval Québec, le seul organisme fédéré de régie de l’activité équestre, demande la reprise immédiate et aménagée des services des entreprises équestres, et ce, peu importe le palier d’alerte de leur région administrative.

Des propositions précises ont été transmises au gouvernement en ce sens. Cheval Québec souhaite également la mise en place d’une aide financière gouvernementale d’urgence, le tout afin d’éviter une fermeture d’un secteur complet de l’économie et assurer la santé adéquate des chevaux. 



« Nous demandons au gouvernement du Québec d’autoriser immédiatement la reprise de nos services, et ce, partout à travers le Québec. Nos entreprises sont en grande difficulté présentement puisque nous devons continuer à prendre soin de nos chevaux d’écoles alors que nous sommes privés de nos sources de revenus. Nous sommes en mesure d’exercer nos activités tout en respectant les mesures sanitaires mises en place par la Santé publique. D’ailleurs, nous sommes très déçus que celle-ci ait ignoré, dans son processus décisionnel, les protocoles sanitaires que nous leur avons proposés. Nous demandons au gouvernement d’agir rapidement puisque non seulement notre santé financière, mais la santé et le bien-être de nos chevaux en dépendent », affirme la directrice générale de Cheval Québec, Eve Marie Frappier.

L’exemple de l’Ontario


Au cours des dernières semaines, Cheval Québec a effectué plusieurs démarches auprès du gouvernement du Québec, afin de permettre la reprise des activités équestres et l’établissement d’un programme d’aide financière d’urgence adapté au contexte de la pandémie. Un programme similaire a d’ailleurs été mis sur pied par le gouvernement ontarien afin de venir en aide aux entreprises offrant des expériences équines qui sont confrontées à des difficultés financières en raison de la COVID-19.

« Nous sommes solidaires des démarches visant un déconfinement dans le sport en général, mais demandons un programme particulier parce que nous travaillons avec des animaux vivants, qui doivent être bien traités », ajoute Mme Frappier.



Le Québec compte quelque 300 écoles d’équitation et 2000 chevaux d’écoles.

Voici également un lien vers une vidéo réalisée par Cheval Québec qui explique les mesures en place pour assurer la sécurité des participants et des travailleurs : https://www.youtube.com/watch?v=tPeKi1LYUyw.



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×