Nouvelle de 18 h Fou le marché? 12 condos à 500 000 $ vendus sur 15,...

Fou le marché? 12 condos à 500 000 $ vendus sur 15, dans une tour de luxe

La crise sanitaire a complètement bouleversé le marché immobilier, notamment dans notre région, où le marché est favorable aux vendeurs, au point où la majorité des 15 condos du projet Oméga Condos urbains a déjà trouvé preneur malgré un prix de vente de base de 495 000 $.


Ces condominiums sont sur un site exceptionnel tout près du fleuve, sur la rue des Gouverneurs face à C Hôtels et à côté de la Banque Nationale, au coeur du centre-ville de Rimouski. En plus de la vue imprenable sur le fleuve, on y propose aussi un stationnement souterrain, une magnifique terrasse, un stationnement intérieur et beaucoup de luminosité




Reste qu’un demi-million $, c’est beaucoup d’argent. « Si on peut vendre rapidement à ce prix? On a 15 unités à vendre et on en a 12 vendues, plus une autre dont les négociations sont très avancées. Techniquement, il nous en reste deux à vendre. Si vous en voulez une, dépêchez-vous. Il y a un marché pour ce type de produit, même si le prix semble élevé. Les gens vendent leur maison, mais veulent habiter dans leur ville. Ce projet offre notamment des stationnements souterrains et on sait comment est l’hiver à Rimouski », signale le président et directeur général du Fonds immobilier de solidarité de la FTQ, Normand Bélanger, qui annonçait ce matin qu’il devenait partenaire du projet Oméga Condos.


Le Fonds compte 52 projets en développement d’une valeur de 3,5 milliards de dollars un peu partout au Québec, 92 immeubles en gestion d’actifs, 1,3 million de pieds carrés de terrain à développer et 116 millions de dollars étaient investis pour des projets d’habitation sociale, communautaire ou abordable.


Distinction
Il est important de distinguer le Fonds de solidarité du Fonds immobilier de solidarité de la centrale syndicale FTQ. « Alors que le Fonds de solidarité de la FTQ prend des participations directement dans les entreprises, le Fonds immobilier de la FTQ investit dans l’immobilier. Nous n’achetons pas des immeubles déjà construits, mais nous investissons dans projets immobiliers, sur un horizon de cinq à sept ans. Notre partenaire nous rachète alors à juste valeur marchande ou nous vendons conjointement l’actif. On peut aussi revendre notre participation à un tiers. Dans le cas des condominiums, c’est un peu différent. Quand tout est vendu et payé, on n’est normalement plus dans le dossier et on repart un autre projet », précise monsieur Bélanger.


La crise sanitaire et l’immobilier
Monsieur Bélanger donne ici son appréciation du marché immobilier local et ce qu’il entrevoit pour les prochaines années.
« On voit que de plus en plus de gens quittent les grands centres du Québec pour s’établir en banlieue. Les gens ont appris à apprécier le télétravail. Je crois que le télétravail va continuer. On ne passera plus cinq jours par semaine au bureau, mais peut-être deux ou trois. Sinon, les gens qui vont demeurer à la maison vont avoir le goût de s’installer de façon convenable. »




« Par ailleurs, le parc locatif résidentiel au Québec est vieillissant. Si on regarde les mises en chantier de la dernière année, il y a eu plus de construction de locatif résidentiel, alors que les condominiums ont baissé », estime Normand Bélanger.

Normand Bélanger (Photo: courtoisie)


Prêt à participer à des projets de logements


Lorsqu’on signale à ce dernier qu’il manque des logements abordables à Rimouski, monsieur Bélanger lance un appel aux intéressés: le Fonds immobilier de solidarité de la FTQ est disposé à s’associer à des entrepreneurs en construction locaux.


« Nous nous impliquons dans des projets d’immeubles locatifs de toutes les gammes de prix. On a un portefeuille de 116 M$ de logements abordables et communautaires. Entre ça et les condos à 500 000 $, nous investissons dans des immeubles locatifs à toutes sortes de prix. Évidemment, s’il y a des entrepreneurs locaux qui recherchent des partenaires financiers qui vont prendre 50% de l’équité, qui vont participer au risque et qui vont leur faire profiter de son expertise, nous sommes là. Nous avons 4 500 unités en construction dans le locatif, au Québec, présentement », indique-t-il.

Noha spas
L’imposant édifice est en construction, face au C Hôtels de Rimouski, près de la Banque Nationale. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×