Actualités Éducation Le PQ de Rimouski dénonce l’anglicisation du réseau collégial

Le PQ de Rimouski dénonce l’anglicisation du réseau collégial

Le comité exécutif du Parti Québécois de la circonscription de Rimouski dénonce la décision du Gouvernement du Québec d’investir 100 M$ dans l’agrandissement du Collège Dawson à Montréal.

Des voix s’élèvent présentement un peu partout au Québec pour demander que cette décision soit reconsidérée. Pour les membres de l’exécutif, il est très préoccupant de constater que nous finançons collectivement des institutions d’enseignement qui favoriseront à terme l’anglicisation d’une partie de notre jeunesse. D’ailleurs, bon nombre d’études publiées au cours des derniers mois ont sonné l’alarme en démontrant à quel point l’augmentation du nombre d’étudiants francophones et allophones dans les collèges anglophones était inquiétante.  



Pour le président du comité exécutif, Alain Dion : « L’annonce du gouvernement Legault d’investir 100 millions de dollars dans l’agrandissement du Cégep Dawson à Montréal est ahurissante. Pour un gouvernement qui se vante sur toutes les tribunes de défendre la langue française, c’est vraiment déplorable. Dawson, un cégep anglophone, est déjà le plus gros cégep du Québec. Il accueille près de 8000 étudiantes et étudiants, très majoritairement francophones et allophones. Et là, on va augmenter sa capacité d’accueil de plus de 800 nouvelles places? C’est carrément du délire ! Et pendant ce temps-là, le réseau collégial francophone voit sa population étudiante diminuer dangereusement, forçant des cégeps à suspendre ou même à fermer des programmes parce qu’ils n’ont pas suffisamment d’inscriptions. Il faut que ça cesse. C’est urgent! Les 100 millions de dollars devraient être investis dans le réseau francophone si l’on veut véritablement valoriser et défendre les études collégiales en français.»

Le Cégep en français


Au cours des prochains mois, les membres du comité exécutif de Rimouski travailleront à nourrir le débat sur le cégep en français au sein des instances du Parti Québécois. L’une des propositions que les membres souhaitent débattre est l’application possible des disposions de la Loi 101 aux cégeps afin de freiner cette migration des jeunes vers les cégeps anglophones.

« Il n’y a pas trente-six solutions pour régler ce problème. Il faut simplement envisager d’appliquer la Loi 101 aux cégeps, comme au primaire et au secondaire. Nous ne pouvons pas nous contenter de demi-mesures ou simplement chercher à colmater les brèches du système. Il faut réagir avec une position claire. Défendre et valoriser notre langue nationale, c’est aussi légiférer quand c’est nécessaire », de conclure Alain Dion.  




Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×