Actualités Économie Le budget fait des heureux et des malheureux

Le budget fait des heureux et des malheureux

Les réactions sont mitigées au lendemain de l’adoption du budget 2021-2022 par le ministre des Finances, Éric Girard.

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) souligne l’effort du gouvernement du Québec qui investit 72,4 M$ sur trois ans dans son budget 2021-2022 pour consolider le patrimoine culturel. Dans le contexte de la mise en place du projet de loi 69, la pérennisation du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier est une mesure essentielle pour les régions. De plus, la somme de 12,4 M$ aidera les MRC à produire l’inventaire de leur patrimoine bâti, comme demandé par la FQM.




 « La FQM est heureuse de constater l’écoute du gouvernement envers ses propositions », assure Jacques Demers, président de la FQM, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog.


Universités


C’est avec satisfaction que les cheffes et chefs des établissements universitaires québécois (du Bureau de coopération interuniversitaire, BCI) ont appris que les crédits alloués à l’enseignement universitaire pour l’année 2021-2022 par le gouvernement du Québec augmenteront de 5,5 %. « Les sommes annoncées dans le budget déposé hier par le ministre des Finances, monsieur Éric Girard, témoignent de l’importance accordée à l’enseignement supérieur par le gouvernement », souligne le BCI.

PME



La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) signale : « Il faut souligner les mesures phares misant sur les PME (petites et moyennes entreprise) car elles posent les jalons de la reprise, soutient la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI). Au menu : réduction du taux d’impôt des PME, incitations à l’innovation, bonification de l’aide aux entreprises touchées par la COVID-19, appui aux entreprises confrontées au défi de la pénurie de main-d’œuvre, priorité donnée à l’achat local et à l’expertise québécoise. Autant d’actions qui répondent aux besoins des PME identifiés par la FCEI. »

Manufacturiers


Voici la réaction de Véronique Proulx, présidente et directrice générale de Manufacturiers et exportateurs du Québec (MEQ)

qui considère que le budget ne répond pas à l’important enjeu de pénurie de main-d’œuvre dans le secteur du manufacturier :

« Le gouvernement semble oublier qu’il existe une grande pénurie de main-d’œuvre dans le manufacturier. Les mesures incitatives pour stimuler les investissements dans l’automatisation et la numérisation ne suffiront pas si nous n’avons pas assez de travailleurs. Sans travailleurs supplémentaires, le manufacturier ne pourra pas jouer pleinement son rôle dans la relance économique. Il manque toujours 18 000 travailleurs dans le secteur manufacturier. Aucune hausse des taux des crédits d’impôt à la recherche et le développement (R-D). »

Extrêmement déçu

Même s’il est en partie soulagé par l’annonce de fonds additionnels pour de nouveaux logements sociaux, après deux ans de disette, le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) est extrêmement déçu. Selon la porte-parole du regroupement pour le droit au logement, Véronique Laflamme, « pour améliorer la résilience du Québec comme il le prétend, le budget aurait dû prévoir des investissements beaucoup plus ambitieux pour le logement social et annoncer un plan sur plusieurs années ».

Premier pas

L’Association des groupes de ressources technique du Québec (AGRTQ), voit dans le budget du gouvernement du Québec un timide premier pas dans la bonne direction en matière d’habitation communautaire. Après deux années où les besoins ont été ignorés et les investissements complètement absents en matière d’habitation communautaire, c’est avec un léger soulagement que l’annonce d’un investissement de 250M$ permettant de débloquer des unités en attente et le développement de 500 nouvelles unités Accèslogis est reçue par l’AGRTQ.
 
« Malgré tout, il demeure un important décalage entre ces annonces et les besoins ressentis sur le terrain. On le sait, le Québec traverse une crise du logement sans précédent. Les besoins sont grandissants et les investissements au compte-goutte inclus dans ce budget sont insuffisants. Le fédéral a eu un apport important au cours de la dernière année, il faut maintenant une volonté politique claire à Québec pour assurer un maintien du réseau. Les villes le disent, les organismes le disent, le milieu le dit, il serait temps que le gouvernement entende, c’est urgent », a expliqué Alain Marcoux, président de l’AGRTQ.

Situation catastrophique

« La situation est catastrophique dans les services publics. Le Québec tout entier en a pris conscience au cours de la dernière année. Comment le gouvernement peut-il toujours refuser de faire ce qu’il faut pour que la crise dans les réseaux se résorbe enfin? » a lancé Caroline Senneville, vice-présidente de la CSN.

Pour l’organisation syndicale, qui représente plus de 160 000 employé-es dans tous les secteurs des services publics, il est clair que les sommes prévues dans le budget du Québec pour financer les réseaux de la santé et des services sociaux et de l’éducation ne répondent pas aux besoins criants, qui vont bien au-delà la crise sanitaire. « À la question, a-t-on les moyens d’investir davantage, nous répondons a-t-on les moyens de ne pas le faire? C’est le manque d’investissement des dernières décennies qui nous a menés là où nous sommes, avec des services publics en piteux état. Les Québécoises et les Québécois méritent mieux », a ajouté madame Senneville.

Le budget en résumé

Nos lecteurs pourront se faire une meilleure idée de la valeur de ces prévisions budgétaires en prenant connaissance de ce résumé provenant directement du cabinet du ministre des Finances.

Des initiatives additionnelles de 15 G$ d’ici cinq ans,
dont 5,2 G$ dès cette année, pour :

  • Renforcer notre système de santé
  • Appuyer la réussite scolaire et les jeunes
  • Accélérer la croissance et la transition vers la nouvelle économie
  • Soutenir les Québécois

10,3 G$ pour renforcer notre système de santé

  • Vaincre la crise sanitaire
  • Renforcer les services pour les aînés
  • Rehausser les soins et les services en santé

1,5 G$ pour appuyer la réussite scolaire et les jeunes

  • Soutenir la réussite scolaire
  • Appuyer la persévérance et la diplômation en enseignement supérieur
  • Faciliter l’insertion professionnelle et sociale des jeunes
  • Promouvoir la pratique du sport et du loisir

4 G$ pour accélérer la croissance et la transition
vers la nouvelle économie

  • Accroître la productivité et stimuler l’investissement des entreprises
  • Créer de la richesse par l’innovation
  • Appuyer la requalification de la main-d’œuvre et son intégration au marché du travail
  • Favoriser le développement économique des régions du Québec
  • Développer de façon durable notre économie
  • Promouvoir la culture, le patrimoine québécois et la langue française
  • Poursuivre le soutien aux entreprises touchées par la pandémie

977 M$ pour soutenir les québécois

  • Répondre aux besoins spécifiques des Québécois
  • Protéger les victimes et améliorer le système judiciaire.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×