Nouvelle de 18 h Une décision que le député LeBel s’explique mal: «la ministre régionale devra...

Une décision que le député LeBel s’explique mal: «la ministre régionale devra en répondre»

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale, Harold LeBel, s’explique mal pourquoi le gouvernement Legault vient d’annoncer que toute la région du Bas-Saint-Laurent passe au palier d’alerte rouge, alors que lors de la période des Fêtes, Québec avait partagé l’Est et l’Ouest.

Il y avait de quoi s’inquiéter, car encore aujourd’hui, le nombre de nouveaux cas au Bas-Saint-Laurent était très important, à 43, après 44, hier.



Le Bas-Saint-Laurent, l’Outaouais, la Capitale-Nationale et  Chaudière-Appalaches voient leurs mesures sanitaires devenir plus sévères à compter de demain.

« Je vous ai dit hier que j’étais inquiet pour cinq régions en ce qui a trait à la pandémie. Je vais commencer par les bonnes nouvelles, car nous n’en avons pas beaucoup : au Saguenay/Lac Saint-Jean, on voit que le nombre de nouveaux cas se stabilise. On est un peu rassuré pour l’instant. On continue de s’inquiéter et de voir, aujourd’hui et hier, une augmentation des cas dans les quatre autres régions et je vous annonce donc qu’à partir de demain, 20 h, on passe au palier rouge dans ces quatre régions. On va devoir malheureusement fermer les restaurants, notamment. Je veux toutefois vous rassurer : nous allons aider financièrement les entreprises des régions qui seront obligées de fermer leurs portes », a mentionné le premier ministre.


Les mesures seront encore plus sévères à Québec, Lévis et Gatineau, dont l’économie est mise sur pause. « La situation est critique et se détériore dans ces trois villes. Il faut que les gens restent chez eux, sauf s’ils ont absolument besoin d’aller travailler. Il faut donner un grand coup pendant une dizaine de jours. On ne peut pas exclure que d’autres régions s’ajoutent bientôt », a ajouté monsieur Legault.

« On n’a pas le choix de respecter la décision de passer en zone rouge, mais il est clair que c’est une décision politique. Et le politique, notamment la ministre régionale, va devoir expliquer pourquoi, avant les Fêtes, l’Ouest de la région pouvait être en orange pendant que l’Est était en rouge et que l’inverse n’est pas possible aujourd’hui. L’impact sur notre économie est trop important pour ne pas avoir cette réponse de la ministre régionale. C’est une question de respect », commente d’abord monsieur LeBel.



Le député Harold LeBel . (Photo: archives-courtoisie Michel Dompierre)

 Décision politique

« J’ai bien hâte d’entendre ce que le premier ministre aura à nous dire, car je me suis adressé directement au gouvernement par le biais des questions au feuilleton de l’Assemblée nationale, hier », mentionnait monsieur LeBel au journal le soir, en milieu d’après-midi.


« Le Dr Leduc, de la Santé publique régionale, nous l’a dit lors d’un récent point de presse : lorsque qu’on a décidé de mettre la partie Est du Bas-Saint-Laurent en rouge, aux Fêtes, mais pas la partie Ouest, cela avait été une décision politique. Le gouvernement nous entraînera-t-il de nouveau dans « le rouge » ou changera-t-il encore d’idée? En plus, on a tellement débattu sur les rôles respectifs de la Santé publique et du politique », ajoutait le député.

En foi de quoi?

Voici les principaux extraits de la question posée par monsieur LeBel :

« La situation continue de dégénérer dans l’Ouest du Bas-St-Laurent avec de plus en plus de nouveaux cas de COVID-19. On atteint même un nombre de cas record depuis le début de la pandémie. De plus en plus de gens craignent que la région passe en zone rouge. Si cela devait arriver, je me demande en foi de quoi la Santé publique pénaliserait l’Est du Bas-Saint-Laurent qui connaît un bilan épidémiologique sensiblement similaire à celui de nos voisins gaspésiens, qui eux, sont au palier jaune. »

« Avant les Fêtes, le gouvernement caquiste avait décidé de diviser l’Ouest et l’Est du Bas-Saint-Laurent en deux. Il est donc possible de faire l’inverse au moment où la situation semble s’empirer dans les MRC de l’Ouest de la région. Mais voilà que selon le directeur régional de la Santé publique, c’est le ministre de la Santé et des Services sociaux qui a décidé qu’il n’y aurait pas de séparation dans les régions cette fois-ci, contrairement à avant les Fêtes, où le KRTB (Kamouraska-Rivière-du-Loup-Témiscouata-Les Basques) était resté en orange, alors que les MRC de Rimouski-Neigette, La Mitis, La Matapédia et La Matanie avaient basculé en zone rouge. »

Aucune division

« Le directeur a été clair en affirmant que : « C’est une décision politique. On nous a dit que ce serait ainsi cette fois-ci, et ce, pour toutes les régions. Aucune division. » Alors, ma question est la suivante : Au moment où la région craint de passer en zone rouge avec de plus en plus de cas dans les MRC de l’Ouest du Bas-St-Laurent, le ministre (de la Santé) peut-il nous expliquer sur quelle base a-t-il décidé qu’une partie de la région puisse demeurer en zone orange n’est plus possible, contrairement à avant les Fêtes? »


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×