Nouvelle de 19 h Direction l’Italie pour Amandine Basirico !

Direction l’Italie pour Amandine Basirico !

La Rimouskoise est une athlète de pointe en soccer

Gardienne de but au soccer, la Rimouskoise Amandine Basirico veut poursuivre ses études et son développement sportif en Italie. Rien de moins. 

« Cette année, la pandémie ne m’a pas permis de jouer des matchs de soccer et donc, je n’ai pas pu être évaluée par des recruteurs/sélectionneurs. J’ai continué, malgré tout, à m’entrainer sans relâche et j’en suis maintenant récompensée en ayant été sélectionnée dans une académie italienne de soccer professionnel nommée AC Perugia (à Pérouse). Cette opportunité est pour moi exceptionnelle, me permettant de me rapprocher de mon rêve qui est de devenir une joueuse de soccer professionnelle. Je pourrai poursuivre là-bas mon développement d’athlète, ce qui évidemment, me fera grandir comme sportive et comme personne », écrit-elle.



Amandine a débuté le soccer avec le Fury de Rimouski à l’âge de 4 ans. Ses qualités athlétiques l’ont ensuite amené à prendre la direction de Rivière-du-Loup pour joindre le programme sport-études de l’école secondaire de l’endroit où elle complète actuellement son 5e secondaire. 

Ligue AAA


Son niveau de jeu lui permet aussi d’évoluer aussi dans la ligue de soccer AAA du Québec. « Ça fait trois ans que je joue dans la ligue provinciale de niveau AAA. Avec Beauport U15, puis avec l’équipe CRSA en U16 qui a été dissoute cette année par manque de joueuses. Et, je m’apprête à jouer U21 avec Lévis-Est cette saison », raconte l’athlète âgée de 16 ans en entrevue au journal le soir.

Quelques collèges au Québec l’ont approché, mais elle a choisi de prendre la direction de l’Italie. « Un entraineur qui a déjà fait l’équipe canadienne m’a approché pour me dire que j’avais le talent pour jouer en Europe. En parlant avec l’entraineur et un agent d’athlète, l’Académie semblait vraiment intéresser à moi et après les démarches, j’ai décidé de m’engager », dit-elle.



30 000 $

Il y a cependant des enjeux financiers majeurs à rencontrer. Amandine devra débourser quelque 30 000 $ pour réaliser son rêve. Elle a lancé une campagne de sociofinancement de 10 000 $ sur la plateforme gofundme. Après quelques jours, le chiffrier avait atteint 1 460 $


« Avec mes économies et mon travail à temps partiel, je me suis engagée à mettre personnellement 10 000 $. En temps de pandémie, ce sera plus compliqué d’organiser des activités de financement. Je travaille avec mes amis, avec la communauté du soccer et je vais voir pour des demandes de commandites. Mais, c’est plus difficile pour un athlète seul que pour une équipe ou une organisation », observe-t-elle.

Amandine est très déterminée dans la réalisation de son projet. « En m’aidant, vous me permettrez de démontrer que l’on peut être un ou une athlète d’une petite région, soit le Bas-Saint-Laurent, et que nous pouvons évoluer à un niveau supérieur et aussi prouver aux jeunes sportifs des régions qu’il est possible de croire en ses rêves. »


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×