Chroniques Chasse et pêche Le couvre-feu vient miner la chasse du dindon sauvage

Le couvre-feu vient miner la chasse du dindon sauvage

Alors que l’an dernier la chasse du dindon sauvage avait été perturbée par la pandémie de la COVID-19, qui interdisait les déplacements d’une région ou même d’une ville à l’autre, cette année, c’est le couvre-feu qui mine l’activité qui a débuté le 30 avril, et jusqu’au 11 mai ou 24 mai selon les zones de chasse autorisées.

Québec a confirmé au préalable que les chasseurs doivent respecter les heures du couvre-feu en raison, encore une fois, de la crise sanitaire. Les déplacements liés à la chasse du dindon sauvage ne font pas partie des exceptions permises par le gouvernement. Et Forêts, Faune et Parcs Québec n’a pas dérogé de cette directive.



La chasse du dindon, comme celle des autres gibiers, et la saison de pêche avaient été maintenues en 2020, mais le couvre-feu n’était pas une mesure pour contrer l’épidémie.

Les amateurs de dindons ne peuvent donc se déplacer de chez eux qu’à partir de 5 h du matin pour se rendre à leur lieu de chasse dans la zone où le couvre-feu est en vigueur. La chasse du dindon sauvage se pratique surtout dans le centre et l’Ouest de la province, dans les Zones 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 15, 26, et 27. Or ces temps-ci, le soleil s’y lève justement vers 5 h, et les dindons, eux, s’activent avec la levée du jour. Et l’heure légale de chasse est à 4 h 30.


Lieu de chasse

Les chasseurs ne peuvent donc arriver à leur lieu de chasse normalement une heure avant, afin de prendre le temps d’installer leurs appelants et se mettre ensuite à l’affût et profiter des bonnes heures de chasse du gros oiseau. Ce qui selon un spécialiste, Mario Huot, devrait forcer les chasseurs à modifier leurs techniques et leur camouflage, et chasser plus tard le matin lorsque les dindons quittent les champs nourriciers pour regagner la forêt.



La même situation vaut pour les sauvaginiers qui ont des centaines d’appelants d’oies blanches à installer, ce qui peut prendre quelques heures avant l’heure légale de chasse. Avec le couvre-feu à 5 h, la préparation de la chasse dans les champs sera repoussée, et les oies du matin aussi! Ce qui suscite aussi la grogne chez des guides professionnels et des pourvoyeurs, qui auraient souhaité, comme les chasseurs de dindons, que le couvre-feu soit devancé  4 h plutôt que demeurer 5 h.

Plus de chasseurs en 2021


Toutefois, contrairement au printemps 2020 où il y avait eu ce confinement des régions, les amateurs des zones de chasse sans dindon, comme ceux de l’Est, peuvent se rendre dans les zones de chasse ciblées. Pour la chasse printanière de 2020, de nombreux chasseurs avaient été pénalisés.

Cette chasse n’avait pas été équitable, car elle satisfaisait les amateurs des zones où la chasse était permise, au détriment des chasseurs confinés dans leur région. Ce qui avait fait bien des malheureux et susciter de la grogne, des déceptions, et de l’injustice. Comme rien n’indiquait au 30 avril un interdit de circuler hors région, comme en 2020, ces amateurs peuvent donc aller chasser le dindon dans les zones désignées précédemment, mais dans le respect du couvre-feu.

Vers une hausse de la récolte?

La chasse du dindon sauvage a donc débuté le 30 avril jusqu’au 11 mai ou 24 mai selon les zones. Lors de la chasse printanière 2020, celle-ci avait attiré un nombre similaire d’adeptes qu’en 2019, avec 17 600 permis vendus, comparativement à 17 891 en 2019.La récolte du printemps avait été de 8 600 oiseaux, contre 8 024 en 2019. Quelque 2 200 chasseurs ont récolté deux dindons à barbe, un résultat également semblable à 2019. Il est logique de croire qu’il y aurait plus de chasseurs de dindons sauvages ce printemps qu’en 2020, puisqu’un grand pourcentage des chasseurs qui n’ont pas eu le droit de sortir de leur région l’an dernier, seront peut-être au rendez-vous cette année.

Et lors de la première chasse d’automne du dindon en 2020, permise dans quelques zones, le chasseur était autorisé à prélever un individu avec ou sans barbe. Environ 4 600 chasseurs ont récolté 900 dindons, dont 70 % étaient des femelles.

Mon nom est Ernie Wells, chroniqueur chasse et pêche et animateur depuis six ans de l’émission hebdomadaire d'une heure « Rendez-Vous Nature », diffusée via 18 stations de radio, sur Facebook et www.rendezvousnature.ca. Journaliste, j’ai été correspondant du « Montreal Star », et collaborateur régional du Soleil de 1990 à 2020. De 1983 à 2014, j’ai signé la chronique chasse - pêche dans les hebdos régionaux de Québecor, où j'ai été rédacteur en chef et directeur de l'information. J’ai écrit dans Sentier Chasse-Pêche, et j’ai fondé le Salon Expo-Nature Rimouski, et Le Salon National Chasse Pêche Plein Air Rimouski. Je suis le promoteur de la Tournée annuelle des Films Chasse Pêche.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×