COVID-19 Le maire Parent revient à la charge… tandis que le premier ministre...

Le maire Parent revient à la charge… tandis que le premier ministre écoute!

Il lui demande d'accepter le principe de séparer la région dans les codes de couleur

Le maire de Rimouski, Marc Parent, est revenu à la charge auprès du premier ministre du Québec François Legault, hier, pour lui déposer une nouvelle demande au nom de la Ville et des municipalités de Rimouski-Neigette.

Depuis deux semaines, monsieur Parent a obtenu l’écoute de monsieur Legault à deux reprises. La première fois, avec plusieurs autres intervenants, il a obtenu que Rimouski-Neigette revienne dans la zone rouge «normale » (sans mesures d’urgence extrême, à compter d’aujourd’hui). La seconde fois, que monsieur Legault s’engage à réinscrire le projet de prolongement de l’autoroute 20 au Plan québécois des infrastructures (PQI).



Monsieur Parent s’est peut-être dit « tant qu’à y être » et a rédigé la publication suivante sur sa page Facebook, hier.

« Bonjour M. le Premier ministre;


Je m’étais bien dit qu’en ce beau dimanche, je ne commenterais pas la situation de la COVID tel que je l’ai fait les deux derniers dimanches. Toutefois, devant l’évolution de la situation, je ne peux me retenir… Ce ne sera pas par l’entremise d’une vidéo cette fois-ci, mais à l’approche d’annonces importantes de la part de votre gouvernement, je crois important de partager mon point de vue sur la nécessité pour le gouvernement d’enfin accepter que des régions du Québec se retrouvent à deux couleurs. »

Est vs Ouest



« Le Bas-Saint-Laurent n’est pas le seul dans la situation où une portion importante de son territoire fait face à un nombre très bas de cas actifs alors qu’une autre partie de la région est aux prises avec un grand nombre de cas actifs. Bien entendu, le Bas-Saint-Laurent est un très bon exemple ou en date d’aujourd’hui. Les quatre MRC de l’Est ont un taux de cas actifs de 25/100 000 alors que les quatre MRC de l’Ouest se retrouvent avec 420/100 000 cas actifs. La même situation se retrouve entre autres en Estrie avec des RLS (Réseaux locaux de services) à 25/100 000 alors que d’autres atteignent plus de 800/100 000 (RLS du Granit). Dans le cas du BSL, c’est donc près de 60% de la population ayant un taux de 25 cas / 100 000 qui se retrouve en zone rouge dû à la très forte présence de cas où réside approximativement 40% de sa population. »

En orange


« Aujourd’hui, je ne vous demande pas de faire basculer les quatre MRC de l’Est en orange dès demain (aujourd’hui). Je vous demande d’accepter le principe de donner deux couleurs à une seule et même région. En prenant cette décision politique, il sera alors possible pour nos bureaux de la Santé publique régionale de recommander un code de couleur s’alignant avec la réalité du terrain et non pas décidé en fonction de l’évolution de la pandémie dans les pires MRC de la région. »

Minorité

« Bien que nous devions tous sympathiser avec la situation actuelle dans certaines MRC du Québec, force est de constater que l’approche actuelle fait en sorte que la majorité de la population du BSL est actuellement prise en otage par une situation affectant une minorité de la population. De plus, compte tenu de la sévérité de la situation dans l’Ouest, l’approche actuelle condamne inévitablement les résidents de l’Est à attendre au minimum quatre semaines avant de pouvoir espérer passer à un palier inférieur.

De plus, l’approche à deux couleurs apporte également le bénéfice de limiter l’accès au territoire orange (dans ce cas-ci), aux gens provenant de zones rouges, contribuant ainsi à limiter la propagation du virus », conclut monsieur Parent.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×