Nouvelle de 18 h Le «pro» Jérôme Blais toujours fidèle à sa région d’adoption

Le «pro» Jérôme Blais toujours fidèle à sa région d’adoption

Un début de saison remarquable pour les clubs de golf

Le professionnel du Club de golf Château Bromont, en Estrie, Jérôme Blais, a habité quelques années dans la région du Bas-Saint-Laurent et y revient régulièrement pour des activités professionnelles et de loisir.

Le 30 juin prochain, Jérôme Blais dispensera une clinique au Club de Matane selon une formule dont il s’est fait une spécialité, qui combine la formation sur le terrain de pratique et le jeu supervisé.



« On fonctionne par groupe de 12 personnes. Pendant les 90 premières minutes, en avant-midi, on est en formation théorique et après le dîner, on va sur le terrain. Je joue cinq trous avec chaque « foursome » en conseillant chacun des joueurs sur le parcours », explique-t-il.

Une fois professionnel, c’est par le Club Bic que passait le retour dans la région pour Jérôme Blais, ici à droite et en compagnie de l’ex-professionnel du Bic, Michel Blier, la saison dernière. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud-archives)

Le père de Jérôme, qui est originaire de Sherbrooke, Jacques Blais, a travaillé à Rimouski pour le Trust Général et sa famille y a résidé dans les années 1980. « J’avais six, sept et huit ans quand on habitait à Rimouski, au pied de la montée des Saules, dans Sacré-Cœur. J’ai fréquenté l’école Du Rocher. C’est à Rimouski que j’ai commencé à jouer au golf, sur le petit parcours « Le Défi » du Club Les Saules, où il y a maintenant un quartier résidentiel. Quand nous sommes revenus en Estrie, j’ai commencé à jouer au golf encore davantage. »


Jérôme Blais lors d’une clinique de golf très populaire. (Photo: Facebook-Jérôme Blais)

Du golf à la pêche

Devenu professionnel au début des années 2000, Jérôme Blais a recommencé à revenir dans la région en participant au tournoi professionnel disputé au Club Bic. « Je campais chez des amis de la famille dans le secteur Bic/Saint-Valérien et l’on m’a initié à la pêche en ruisseau et dans la rivière du Bic. J’ai aussi pris goût à la pêche, au point où je suis revenu dans la région et au point où je suis passé de la truite, au saumon. J’ai pêché dans la Matapédia l’an dernier. Ma prochaine visite à Matane en sera donc une de pêche et de golf avec mon bon ami Denis Lebreux, qui est mon ancien chiropraticien et un membre du Club de golf de Matane. »



Le professionnel du Club Château Bromont a également profité en famille des joies du vélo dans la région, à Sainte-Luce et au parc du Mont-Comi, lors des vacances estivales 2020. Jérôme Blais est aussi un excellent communicateur qui dispense des conseils à l’Émission « Golf Mag 2021 » de TVA Sports. On en apprend davantage sur la prochaine clinique de golf de Jérôme Blais à Matane en écrivant à JB@jeromeblais.com ou en se rendant sur sont site Internet.

Le plaisir semble au rendez-vous. (Photo: Facebook-Jérôme Blais)

Les parcours en excellent état


Par ailleurs, les conditions climatiques des derniers jours ont eu un excellent effet sur l’état de santé des parcours de golf de la région de Rimouski.

« C’est un début de saison numéro un! Notre parcours est en excellente condition. Tout est bien vert et les verts, justement, sont impeccables. On a déjà eu des années comme celle-ci, mais on peut dire que celle-ci compte parmi les plus beaux débuts de saison. C’est vraiment incroyable », note Diane Dugas, directrice du Club L’Empress.

« C’est vraiment très, très, bien comme conditions de jeu sur notre parcours. En partant, sur le plan du beau temps, on est au moins deux semaines à l’avance sur l’an dernier. Les conditions sont excellentes pour cette période de l’année. Nos verts sont très beaux », poursuit le professionnel Richard Plourde, de Val-Neigette.

Les golfeurs sont nombreux

« On ne parle pas d’excellentes conditions de jeu sur notre parcours, à l’heure actuelle, on parle de conditions parfaites! Les verts, honnêtement, depuis que le parcours est ouvert, il y a trois semaines, sont dans un état comparable à celui d’une fin de saison. Et les golfeurs sont au rendez-vous. Trois semaines après le début de la saison 2021, on compte 4 500 parties jouées de plus qu’à pareille date l’an passé. La saison avait débuté le 20 mai. Il y a un réel engouement. Ça va bien et c’est stimulant », affirme le directeur général du Club Les Saules, David Beaudry.

« Nous avons un bon achalandage et nous constatons la présence d’une relève de plus en plus importante. Il y a beaucoup de jeunes qui recommencent à jouer au golf. C’est vraiment excellent. Le terrain est de plus en plus vert; les « greens » sont de plus en plus beaux. C’est très encourageant », commente enfin Chantal Ouellet, du Club de la Rivière-Hâtée.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×