Chroniques > Chasse et pêche > Deux inventaires sol-air révèlent une baisse du cheptel orignal
Chasse et pêche

Deux inventaires sol-air révèlent une baisse du cheptel orignal

Sur la ZEC-BSL
L’inventaire combiné 2020-2021 révèle une population hivernale de 1 000 orignaux sur la ZEC-BSL, dont 120 mâles adultes, soit 12 % du troupeau, alors que le ratio devrait être de 25 % afin de ne pas affaiblir la population de ce grand gibier sur cette ZEC. (Photo archives Ernie Wells)

La baisse de la qualité de la chasse de l’orignal sur la ZEC Bas-Saint-Laurent, redoutée ces dernières années en raison d’un trop grand nombre de chasseurs, pourrait se confirmer lors de la prochaine saison de la chasse permissive, en raison cette fois d’une diminution significative de ce grand gibier qui fait la renommée de ce territoire.

Les résultats de récents inventaires terrestres et aériens réalisés à l’été 2020 puis à l’hiver 2021, confirmeraient une baisse réelle du cheptel orignal non seulement sur « LA » ZEC orignal, mais sur les territoires sous gestion au Sud de Rimouski.

La densité moyenne des orignaux passerait de 14 à 10 orignaux aux 10 km2. Ce qui était un objectif non atteint du responsable de la grande faune au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, (MFFPQ), Sébastien Ross, afin de réduire la pression sur l’habitat, au terme des trois années de chasse permissive de 2015, 2016 et 2017, dans la Zone 2 Bas-Saint-Laurent.

VIVEVOLKSDHIVER

Troupeau affaibli

Selon nos informations, l’inventaire du territoire de 1017 km2 de la ZEC-BSL; environ 900 km2 de terrain « chassable », a affiché une population de 1 000 orignaux à l’hiver 2021, dont 120 mâles adultes, laissant un cheptel constitué de 12 % de mâles, alors que le ratio doit être d’au moins 25 % pour ne pas affaiblir le troupeau. À l’automne 2020, la ZEC-BSL a enregistré une récolte restrictive de 296 mâles adultes.

À ces 1 000 orignaux répertoriés l’hiver dernier, on doit ajouter les naissances du récent printemps. Avec environ 210 naissances projetées, la densité serait alors de 12 orignaux aux 10 km2. Et si la plupart de ceux-ci sont des veaux mâles d’un an et demi à l’automne, ces derniers ont peu de chance de survivre à la prochaine chasse permissive de 2021.

Ce déséquilibre élevé du ratio mâles-femelles du cheptel de la ZEC-BSL, devrait aussi provoquer une hausse de la récolte des femelles et ne ferait qu’accentuer la diminution du cheptel, plaçant ses gestionnaires dans une situation difficile et suscitant le mécontentement des chasseurs. La ZEC-BSL devra adopter des mesures « agressives » pour assurer la pérennité de son troupeau d’orignaux, et la satisfaction de ses membres. Le contingentement du nombre des chasseurs ne ferait pas partie des solutions envisagées.

Pour 2021, la ZEC-BSL accueillera quelque 2 000 chasseurs d’orignaux, qui pourront prélever les trois segments d’un troupeau en baisse et perturbé par la diminution des mâles reproducteurs. La culture des chasseurs de la ZEC-BSL les incite à prélever d’abord les mâles adultes, surtout lors de la chasse à l’arc et arbalète, en période du « call ».

Mesure « frileuse »

Afin de réduire la pression de chasse et de « calmer » le mécontentement des amateurs en quête d’une activité de qualité, les caches ont été éloignées les unes des autres de 300 à 600 mètres. Même si certains chasseurs nous ont confié que cette mesure était trop « frileuse », la décision a été entérinée par 88% des membres réunis en assemblée spéciale le 29 juin, où d’ailleurs l’inventaire 2021 a été abordé.  En 2020, on dénombrait 1 764 caches dûment enregistrées; 45 de plus qu’en 2019.

Appelé à commenter cette baisse du cheptel orignal au Sud de Rimouski, le biologiste Sébastien Ross nous a fait savoir ce qui suit par courriel: « Concernant les résultats du dernier inventaire d’orignaux au Sud de Rimouski, le rapport est en rédaction. Il faudra attendre encore quelque temps avant que les résultats soient diffusés officiellement. Je vous reviens dès que c’est disponible ».

Sol et air

Les inventaires ont débuté par un pré-dénombrement terrestre par caméra au sol à l’été 2020.  Des centaines de caméras de surveillance, dispersées partout sur les territoires Sud sous gestion à l’été 2020, ont fourni des chiffres de densités, validés par un inventaire aérien en février 2021. L’Université du Québec à Rimouski participe à cette première expérience du genre sur les quatre territoires visés, lesquels ont contribué financièrement au projet. Un autre dénombrement hivernal des orignaux serait prévu pour 2022, cette fois après une année permissive sur la ZEC-BSL.

Au précédent inventaire de 2014, après une année permissive, on dénombrait 12 orignaux aux 10 km2 sur la ZEC-BSL. Le dénombrement antérieur de 2005 donnait 7 orignaux aux 10 km2. La protection de la femelle, une année sur deux, devait de plus en plus favoriser l’expansion du troupeau. À suivre…

Facebook Twitter Reddit