Élections fédérales 2021 Deux candidats bloquistes réclament le retour du train gaspésien

Deux candidats bloquistes réclament le retour du train gaspésien

Les candidats bloquistes d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia et de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine, Kristina Michaud et Guy Bernatchez, répondent favorablement à la demande des membres de la Coalition qui réclame la reprise des activités de VIA Rail entre Matapédia et New Richmond.

Il s’agit d’un rare engagement original et local depuis le début de la campagne, après celui du candidat bloquiste dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, de s’attaquer à la crise de la main-d ‘œuvre dans son comté.



Madame Michaud et monsieur Bernatchez disent dénoncer du même coup l’absence de courage politique et le manque de combativité de la candidate libérale Diane Lebouthillier qui refuserait de s’engager à se battre pour servir les Gaspésiennes et Gaspésiens « et s’en remet lâchement à la bonne volonté de VIA Rail alors que le fédéral a clairement un rôle à jouer dans ce dossier. »

« Idéalement, le retour du train se ferait dès maintenant parce que c’est un service essentiel dont sont privés les Gaspésiennes et les Gaspésiens depuis trop longtemps. Cela m’apparaît donc comme le seul échéancier raisonnable. Cependant, il faut demeurer réaliste. Il faut s’assurer que les wagons sont en bon état, qu’il y a du personnel pour assurer le service et la maintenance, mais au-delà de cela, le fédéral peut et doit mettre la pression nécessaire sur VIA Rail », note madame Michaud en entrevue avec le journal le soir.


« La société de transport bénéficie de subventions fédérales de plus de 250 M$ par année. Le fédéral doit rendre ces contributions conditionnelles à une offre de service pancanadienne, à l’image de la proposition du Bloc Québécois concernant Air Canada. Si Air Canada voulait continuer de recevoir une aide fédérale, il devait rembourser le prix des billets d’avion aux consommateurs dont le vol avait dû être annulé en raison de la COVID-19. La même chose devrait pouvoir s’appliquer à VIA Rail. Je propose simplement qu’en échange de subventions fédérales, VIA Rail s’engage à offrir un service en Gaspésie, comme il le fait dans les Maritimes. Pour moi, ça tombe sous le sens », poursuit-elle.

« La Société de chemin de fer de la Gaspésie à qui nous avons parlé confirme que le rail est sécuritaire pour le passage d’un train de passagers jusqu’à Caplan. Pourquoi madame Lebouthillier refuse-t-elle de prendre position en faveur du retour immédiat du train sur ce tronçon alors que VIA Rail a bénéficié de plus de 415 millions de dollars du fédéral en 2020? Cela confirme que ce n’est une priorité ni pour la ministre sortante ni pour les libéraux. Le Bloc Québécois s’est toujours engagé à défendre les intérêts des régions du Québec. Le retour du train chez nous est d’une importance capitale et nous nous engageons à faire les démarches nécessaires pour que cela se concrétise », explique aussi madame Michaud, cette fois dans un communiqué de campagne.



Occasion à saisir

« Le transport c’est le nerf de la guerre du développement économique régional et on y voit une occasion à saisir alors que de plus en plus de gens veulent s’installer en région. Encore faut-il qu’ils puissent aisément en sortir pour assister à des réunions en ville ou à des examens médicaux qui ne sont souvent offerts que dans les grands centres. Et c’est sans parler des étudiant-e-s et des personnes âgées qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre le volant. Les Gaspésiennes et les Gaspésiens ne sont pas des citoyens de second ordre, les taxes et les impôts payés ici comme ailleurs devraient nous garantir un service de transport adéquat, comme c’est le cas ailleurs au pays », ajoute Guy Bernatchez.


« VIA Rail ne se rend plus à Gaspé depuis 10 ans et pas plus loin que Matapédia depuis huit ans. En août dernier, la société a repris le service jusqu’à Halifax après un arrêt en raison de la COVID-19, mais refuse de le faire pour la Gaspésie alors que le rail le permet et que la population le réclame ardemment. Ce sont deux poids deux mesures. La Gaspésie a besoin d’élus qui vont mener toutes les batailles et qui n’accepteront plus aucun recul pour leur population. C’est ce que Guy Bernatchez et moi nous engageons à faire si les électrices et les électeurs choisissent de nous faire confiance le 20 septembre prochain », conclut Kristina Michaud.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×