Chroniques > Chronique de sécurité routière > La sécurité des enfants
Chronique de sécurité routière

La sécurité des enfants

(Photo: courtoisie)

Selon une enquête menée par la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) en 2015, près de la moitié des enfants ne sont pas correctement protégés par leur siège d’auto. Soit le siège sélectionné n’est pas adéquat, soit les enfants ne sont pas convenablement attachés.

Par Alexandre Dombrowski, conseiller en relation avec le milieu, SAAQ

Puisque la clientèle des parents et des grands-parents se renouvelle chaque année, il est toujours utile de rappeler les principales règles de sécurité pour assurer la protection des enfants en voiture. Pour ce faire, voici les trois principaux éléments à retenir.

L’enfant doit être assis dans un siège qui correspond à son poids et à sa taille.

Depuis le 18 avril 2019, le Code de la sécurité routière exige que tout enfant qui prend place dans un véhicule routier en mouvement soit dans un système de retenue ajusté à sa taille et à son poids, et ce, jusqu’à ce qu’il mesure 1 m 45 ou jusqu’à ce qu’il ait 9 ans.

Les enfants grandissent rapidement et les sièges doivent être remplacés si les limites de taille et de poids sont dépassées. Ces indications sont généralement inscrites sur le siège ou dans le manuel d’utilisation.

Il y a également une date de péremption pour chaque siège. Celle-ci peut être inscrite sur le siège. Si ce n’est pas le cas, vérifiez dans le manuel d’utilisation du siège ou auprès du fabricant.

Le siège doit être bien fixé à la banquette du véhicule

Le siège doit être attaché à l’aide du système d’ancrage universel (SAU) du véhicule ou de la ceinture de sécurité en respectant les instructions du fabricant. Pour être sécuritaire, le siège attaché ne doit pas bouger vers l’avant et ne doit pas se déplacer de plus de 2,5 cm latéralement.

Pour les jeunes enfants (de la naissance jusqu’à au moins 2 ans), il est beaucoup plus sécuritaire d’orienter le siège vers l’arrière du véhicule. En cas de collision, cette position permettra un meilleur maintien de la tête, et donc une protection accrue de la colonne vertébrale et du cerveau. Si le siège utilisé le permet (vérifiez la limite de poids et de taille indiquée par le fabricant), la SAAQ recommande le maintien de la position vers l’arrière le plus longtemps possible.

Il est également plus sécuritaire d’utiliser un siège d’auto muni d’un harnais à 5 points le plus longtemps possible (selon les limites de poids et de taille permises par le fabricant). Il n’est pas nécessaire de passer au siège d’appoint dès que l’enfant pèse 40 livres. En cas d’accident, le harnais du siège d’auto pour enfants le protégera mieux que la ceinture de sécurité.

L’enfant doit être bien attaché

Peu importe le siège utilisé, l’enfant doit y être attaché correctement.

Pour les sièges munis d’un harnais, les courroies de celui-ci doivent être serrées le plus près possible du corps de l’enfant. L’espace entre les courroies et l’épaule doit être de l’épaisseur d’un seul doigt. De plus, la pince de poitrine doit être placée au niveau des aisselles de l’enfant. En cas d’accident, ces sangles seront ainsi à leur meilleure efficacité.

Avec l’arrivée des temps froids, les enfants sont parfois habillés avec des vêtements épais. Assurez-vous d’appliquer la bonne technique en compressant bien le manteau. Les courroies devraient être aussi serrées.

Pour les sièges d’appoint utilisés avec la ceinture de sécurité, il importe de s’assurer que la ceinture passe sur la clavicule et sur le bassin. En cas d’accident, c’est l’épaule et les hanches qui seront le plus en mesure d’absorber le choc.

Aucun enfant de 12 ans ou moins ne devrait prendre place sur la banquette avant d’un véhicule. La banquette arrière est beaucoup plus sécuritaire.

Pour davantage de précisions, consultez la page de la SAAQ. Vous y trouverez aussi plusieurs images et vidéos pour vous aider.

Facebook Twitter Reddit