Chroniques Chronique de sécurité routière La santé des conducteurs aînés

La santé des conducteurs aînés

Y a-t-il un âge à compter duquel une personne ne peut plus conduire?

Bien que les personnes âgées soient plus à risque de développer une ou des conditions médicales pouvant affecter la capacité de conduire de façon sécuritaire, le maintien ou la suspension du permis de conduire est évalué en fonction de la capacité de conduire et non de l’âge.

En vieillissant, les capacités motrices, cognitives et sensorielles changeront jusqu’à avoir éventuellement une incidence négative sur la capacité de conduire de façon sécuritaire. L’état de santé varie selon chaque individu et l’aptitude à conduire peut être affectée, qu’il y ait présence ou non d’une maladie. ​



Ce sont les conditions physiques et cognitives du conducteur qui déterminent la capacité de conduire. Une personne ayant des limitations à ces deux niveauxpeut être inapte à conduire en raison, par exemple, d’une : ​

  • baisse des réflexes qui engendre un temps de réaction plus long;​
  • réduction de la vision, qui limite la perception de l’environnement (comme ​la diminution de la sensibilité aux contrastes, des difficultés pour l’œil vieillissant de récupérer d’un éblouissement, la rétine moins efficace en vision nocturne, etc.);
  • diminution de la capacité à demeurer attentif et concentré pendant de longues périodes.

Ainsi, une personne de tout âge présentant un problème de santé l’empêchant de conduire de façon sécuritaire pourrait voir son permis de conduire modifié ou suspendu.


Les contrôles statutaires de la SAAQ

La SAAQ effectue des actions de dépistage visant à vérifier s’il y a présence d’une maladie ou de limitations pouvant avoir un effet sur la conduite automobile d’une personne.



Des contrôles statutaires ont lieu à 75 ans, à 80 ans et tous les 2 ans par la suite pour les conducteurs d’un véhicule de la classe 5 (véhicule de promenade).Ces contrôles médicaux peuvent être plus fréquents, ou débuter avant 75 ans, si le conducteur a une condition médicale ou une classe de permis professionnelle qui exige un suivi plus régulier.

Six mois avant votre date d’anniversaire, la SAAQ vous enverra une lettre informative accompagnée de deux formulaires. L’un est à faire remplir par votre médecin ouun(e)infirmier(-ère) praticien(ne)spécialisé(e), et l’autre par un spécialiste de la vue. Vous disposez d’un délai de 90 jours suivant la réception de la lettre de la SAAQ pour répondre à cette obligation.


De plus,il est obligatoire pour tout conducteur de déclarer à la SAAQ tout changement à son état de santé dans les 30 jours suivant ce changement. Ce signalement peut être fait par téléphone, par courriel ou encore en remplissant la partie détachable au bas de l’avis de paiement de votre permis de conduire. Certaines conditions médicales, lorsqu’elles sont traitées efficacement, n’engendrent pas de risques immédiats sur le plan de la sécurité routière.

L’auto-évaluation et la pratique de la conduite

Les conducteurs doivent s’interroger de façon régulière sur leur santé et leur capacité de conduire afin d’identifier des problèmes de santé ou de conduite. Si des difficultés apparaissent, cela ne signifie pas nécessairement qu’un conducteur doit arrêter de conduire. Toutefois, ces signes peuvent être un indicateur de la diminution graduelle de la capacité de conduire. Il est alors nécessaire de prendre des mesures pour éviter de devenir un risque pour soi-même ou pour les autres usagers de la route. Dans le doute, il est recommandé de :

  • parler avec des proches et de demander conseil à des personnes connues et de confiance;​
  • discuter des difficultés rencontrées avec un médecin pour valider la présence d’un problème de santé pouvant diminuer la capacité de conduire. Si c’est le cas, il convient d’évaluer les possibilités pour corriger le problème. ​

Pour conserver vos capacités le plus longtemps possible, il est également suggéré de vous exercer à conduire. Il est démontré que les aînés conduisant moins fréquemment sont plus à risque d’être impliqués dans un accident de la route. De plus, la mise à jour des connaissances routières contribue à la poursuite d’une conduite sécuritaire. Des ressources sont disponibles pour vous aider à rafraîchir vos connaissances, comme le test des connaissances de la SAAQ (testdeconnaissances.saaq.gouv.qc.ca).

Informations supplémentaires

Pour obtenir davantage d’information concernant les sujets évoqués dans cette chronique, notamment sur les contrôles statutaires, consultez la page Web de la SAAQ concernant les aînés : saaq.gouv.qc.ca/securite-routiere/clienteles/aines.

Alexandre Dombrowski possède plus de douze années d’expérience dans le domaine de la sécurité routière et du transport. Ayant travaillé directement sur la route comme surveillant routier pendant plusieurs années, il a été à même d'observer et de constater plusieurs comportements routiers. En tant que conseiller régional en partenariat de sécurité routière à la Société d’assurance automobile du Québec, il effectue des activités de sensibilisation sur une multitude de thèmes liés à la sécurité routière. Ces activités sont destinées à tous les types de clientèle, allant des futurs conducteurs à ceux possédant beaucoup d’expérience. En écrivant des chroniques de sécurité routière dans le journal le soir, il souhaite sensibiliser la population de Rimouski et du Bas-Saint-Laurent aux différents enjeux entourant la sécurité routière en suscitant des réflexions et des discussions, tout en partageant de l’information générale sur le sujet ainsi que des renseignements sur les bonnes pratiques à adopter.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×