oceanic
Nouvelle de 17 h > Objectif : maximum 25 revirements
Nouvelle de 17 h

Objectif : maximum 25 revirements

L’Océanic reçoit les Eagles du Cap-Breton, mercredi soir
Serge Beausoleil (Photo journal le soir – René Alary)

Après son voyage de ,500 en Abitibi, l’Océanic se prépare pour une semaine de trois parties en quatre jours qui s’amorcera mercredi soir avec la visite des Eagles du Cap-Breton, au Colisée Financière Sun Life.

L’Océanic, 5e au classement général de la ligue, sera donc opposé au club de 17e position. 

« Les Eagles jouent beaucoup mieux que là où ils sont au classement. Nous, on revient d’un très long voyage et ce n’est pas jamais facile de renouer avec l’action dans ces conditions-là. Il y a beaucoup de défis devant nous », a commenté Serge Beausoleil.

VIVEVOLKSDHIVER

S’il y a des éléments dans le jeu de son équipe qu’il souhaite voir améliorer, c’est tout ce qui concerne la gestion de la rondelle. « C’est un défi quotidien. Dans le premier match à Val-d’Or, on n’était pas content. On a donné 23 chances de marquer alors qu’on en accorde une douzaine normalement. On a commis 51 revirements. C’est un triste record cette année. Dans le match suivant, on en avait 33, soit presque 20 de moins. On vise 25. Si on peut aller en bas de ça, tant mieux », explique-t-il.

L’entraineur-chef veut aussi voir son jeu de puissance mieux travailler. « À 5 contre 3, il n’est pas acceptable de se voir bloquer un tir. Il faut donner de la fausse information. Il y a des gars qui sont libres, on est presque le double. »

Par contre, d’autres chiffres le réjouissent. « On a accordé 30 buts en 12 matchs. Dans le hockey junior, ce sont de bonnes statistiques. Mais, on peut encore pousser les gars et on se doit d’être exigeant avec eux. On s’en va dans la bonne direction », observe-t-il. 

Avec une moyenne de buts alloués de 2,50, l’Océanic est la deuxième meilleure équipe défensive du circuit, à égalité avec Drummondville, derrière Québec (2,08).

Gabriel Jackson

L’un des trois 20 ans de l’équipe, Gabriel Jackson, estime que la fiche de ,500 dans le dernier voyage n’a pas satisfait le vestiaire. 

« La fatigue n’est pas une excuse. Toutes les équipes passent par la même place que nous. On n’est pas satisfait de la manière dont on a joué nos premiers matchs en Abitibi. On a joué de bonnes périodes, mais d’autres nous ont vraiment tués et c’est ce qui a fait qu’on est revenu avec trois points et deux défaites », raconte-t-il.

Rapidement, il faut tourner le page en vue du match de demain. « On y va au jour le jour et ce qui est fait, est fait. On ne se projettera pas dans le futur. Demain, on sait ce qu’on a à faire et on devra être prêt. Il ne faut pas prendre l’autre équipe à la légère, même si les Eagles sont 17e au classement. Il faut rentrer dans le match le couteau entre les dents », mentionne le défenseur de 6 pieds et 3 pouces. 

Des absents

William Dumoulin et Jérémie Biakabutuka sont ennuyés par de légères blessures et sont des cas très douteux. « On joue trois matchs en trois jours. Je ne suis pas certain qu’ils pourront jouer demain », mentionne Beausoleil. Par contre, ça regarde mieux pour Frédéric Brunet qui a raté les cinq dernières parties. 

La nouvelle n’était pas confirmée mardi midi, mais on devrait voir Patrik Hamrla devant le filet. 

Facebook Twitter Reddit