Nouvelle de 18 h > Bars : les arts de la scène ont besoin de leur public
Nouvelle de 18 h

Bars : les arts de la scène ont besoin de leur public

Les activités reprennent progressivement
Jean-François Otis (Photo: courtoisie Productions Cinglé)

Les spectacles de musique et d’humour reprennent peu à peu leur place dans la région rimouskoise, mais il faut des idées originales pour assurer une relance qui assurera leur pérennité.

C’est ainsi qu’après avoir présenté un premier de la série « Les soirées fou rire » à la Taverne 666 il y a un mois, le promoteur Productions Groupe Cinglé revient à la charge non pas pour une soirée, ce samedi 20 novembre (20 h), mais aussi pour un brunch ce dimanche, à midi (brunch servi à compter de 10 h).

Ces spectacles mettront en vedette des humoristes en émergence, dont Anas Hassouna, Oussama Fares, Charles Brunet et, à l’animation, Jean-François Otis et Dominic Babin. « On s’appelle Productions Groupe Cinglé, alors on essaie de nouveaux concepts pour se renouveler et le brunch de ce dimanche à Rimouski en est un. C’est une première de faire de l’humour un dimanche en avant-midi », mentionne Alexandre Desrosiers, un Rimouskois du secteur des communications expatrié à Québec. Ce dernier est copropriétaire de la firme de production avec un Québécois, Patryck Gagnon.

Métal du Golfe_VF
Patryck Gagnon et Alexandre Desrosiers. (Photo: courtoisie)

Temps durs

En entrevue au journal le soir, monsieur Desrosiers rappelle que la pandémie a pesé lourd sur le moral des artistes, privés de scène pendant si longtemps, et encore bien davantage sur celui des membres de la relève. Même chose pour les musiciens semi-professionnels de Rimouski qui ont hâte de se produire sur la scène locale.

« Les artistes en émergence travaillent pour se faire un nom et la pandémie a ralenti ce processus, ce qui a causé beaucoup d’insécurité. Ils sont très heureux d’être officiellement de retour. Pour nous, comme il n’y a pas de frais de production quand il n’y a pas de production, c’est un moindre mal, mais pour les humoristes et les musiciens de bars, ce fut un moment difficile. C’est la reprise des activités culturelles dans les bars, mais c’est progressif. Nous avons attiré le maximum de 75 personnes le mois dernier. On voit que les gens veulent sortir », explique-t-il.

Un bon exemple de cette insécurité est justement Jean-François Otis, un artiste de la région. « Jean-François venait de commencer à vivre de l’humour à 100% quand la crise sanitaire est arrivée et il a dû se trouver un autre emploi pour survivre, tout en reprenant sa carrière. C’est un exemple parmi d’autres », dit monsieur Desrosiers, qui souligne faire affaires régulièrement avec des Rimouskois, dont la graphiste Renée Geneau.

Mesures sanitaires

« Mis à part notre premier spectacle d’humour, le 16 octobre, je ne crois pas qu’il y ait eu beaucoup de spectacles dans des bars de Rimouski depuis ce temps. À la Taverne, l’humour avait le champ libre, car on ne pouvait pas penser à des spectacles de rock, par exemple, si on devait rester assis et respecter la distanciation. Maintenant, il risque d’y avoir plus de choses qui vont se passer avec les récents assouplissements en espérant que le public soit au rendez-vous, car nous en avons tous bien besoin. Je suis optimiste », renchérit monsieur Desrosiers. Ce dernier est aussi animateur de radio à l’antenne de l’île d’Anticosti, CJBE 90,5.

« Ça s’en vient »

Stéphane Emond, copropriétaire de la Taverne 666 et du Shaker de Rimouski, est enthousiaste. « Je dis aux gens : ça s’en vient! Ça s’en vient pour plus de spectacles dans nos établissements. Nous avons ces deux événements en fin de semaine et nous ajouterons par la suite des chansonniers ou des duos de chansonniers tous les vendredis et samedis et ce sera gratuit. On y va comme ça jusqu’aux temps des Fêtes et à janvier. On recommencera alors à présenter des groupes musicaux comme on faisait auparavant jusqu’en juin, tous les vendredis et samedis. Du côté du Shaker, on va sûrement repartir aussi les activités en janvier, avec des chansonniers les jeudis soirs. »

Le complexe du Shaker, à Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

« Les gens vont pouvoir demeurer debout quand ils assistent à un spectacle, mais conserver le masque. On va voir comment le public réagit et on aura d’autres surprises à annoncer bientôt. On organise des spectacles corporatifs pour le temps des Fêtes, pour les entreprises qui veulent tenir une fête de bureau. Il y aura également des spectacles entre Noël et le jour de l’An », ajoute monsieur Emond.

Manque de personnel

Le Campus, un bar un peu plus modeste, est toutefois reconnu pour présenter des groupes locaux de bonne qualité. En mars 2020, la formation Groove y avait connu beaucoup de succès, quelques jours à peine avant le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire.

« Les nouveaux assouplissements – karaoké et danse permis – s’ajoutent à l’autorisation précédente de garder un mètre entre les tables. Les gens m’en parlent et ont hâte qu’on recommence à présenter des spectacles. On voudrait bien, mais nous avons un problème aigu de personnel à régler auparavant. Nous manquons de personnel, ce qui fait que cela serait risqué d’en présenter sans offrir un service adéquat, faute de serveuses ou serveurs sur le plancher. On essaie malgré tout d’avoir une relance progressive et positive de nos activités », mentionne le propriétaire, Luc Pichette.

Luc Pichette (Photo: courtoisie)

Effet pervers

Malheureusement, la crise sanitaire a eu des effets pervers sur la fréquentation, constate monsieur Pichette, en tant que directeur régional de la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes : « On commence à voir de nouveaux visages et certains habitués sont de retour. Par contre, on sait qu’une certaine partie de la population a changé ses habitudes en raison de la pandémie. Des groupes qui se formaient autrefois pour se retrouver ici à des rendez-vous fixes se réunissent aujourd’hui aux mêmes heures et jours de rendez-vous ailleurs, la plupart du temps dans une résidence privée. Il est à souhaiter qu’ils reprennent leurs vieilles habitudes. »

Facebook Twitter Reddit