Chroniques > Chasse et pêche > Sans surprise, les orignaux sont en baisse au Sud de Rimouski !
Chasse et pêche

Sans surprise, les orignaux sont en baisse au Sud de Rimouski !

Dommage que le MFFP ne parle que de pourcentage dans son bilan de l’inventaire de l’hiver 2021, sans préciser les densités en chiffres des populations des quatre territoires fauniques au Sud de Rimouski, à savoir les Réserves fauniques de Duchénier et de Rimouski, la Pourvoirie LeChasseur et la Zec Bas-Saint-Laurent. (Photo Archives)

Pas de surprise, les densités d’orignaux ont réellement baissé dans quatre territoires fauniques sous gestion au Sud de Rimouski, et passent en moyenne entre 10,1 et 12,9 orignaux aux 10 km2.

Le bureau régional de forêts, faune et parcs Québec (FFPQ), confirme ces résultats, 10 mois après les inventaires aériens effectués entre le 8 et le 23 février 2021, dans les Réserves fauniques de Duchénier et de Rimouski, la Pourvoirie LeChasseur et la Zec Bas-Saint-Laurent. « Ces résultats indiquent une diminution de la population d’orignaux dans ces quatre secteurs, comparativement aux derniers inventaires de 2014 et de 2015, où les densités dépassaient 13 orignaux/10 km2 », selon un récent communiqué de FFPQ.

Métal du Golfe_VF

De passer à 10 orignaux aux 10 km2, était un objectif non atteint du bureau régional de la grande faune à Rimouski, afin de réduire la pression sur l’habitat, au terme des trois années de chasse permissive de 2015, 2016 et 2017, dans la Zone 2 Bas-Saint-Laurent. La pression de la chasse avait aussi été mise sur les femelles dans la Réserve faunique de Rimouski, toujours afin de stabiliser le cheptel à 10 orignaux/10 km2, qui était l’objectif du Plan de gestion 2012-2019. Le prochain plan 2024-2031 suivra avec un retard de cinq ans sur le précédent.

Résultats déjà connus en juin

Les gestionnaires des quatre territoires concernés, avaient déjà en main les résultats de ces inventaires en juin 2021. Pour la ZEC-BSL, l’inventaire air-sol (caméras et hélicoptère) effectué à l’été 2020 et en février 2021, a révélé une population hivernale de 1 000 orignaux, dont 120 mâles adultes, soit 12 % du troupeau, à 50% du ratio sécuritaire pour ne pas affaiblir le cheptel de ce grand gibier. Or, la récolte globale de 2021 a été de 540 orignaux, soit 208 mâles, 273 femelles et 59 veaux.  En 2014, après une année permissive, comme celle de 2021, on dénombrait 12 orignaux aux 10 km2 sur la ZEC-BSL.

Chez le territoire voisin, la Réserve faunique de Rimouski, l’inventaire 2020-2021 fait état d’un cheptel en baisse de 2 400 à 1 300 orignaux. « Mais avait-on vraiment 2 400 orignaux dans la réserve ? Ce n’est pas tant le nombre de bêtes dénombrées qui compte, mais le nombre d’orignaux observés par les clients-chasseurs », estime son directeur Michel Fournier.

Le directeur général de la Réserve Rimouski, Michel Fournier. (Photo Ernie Wells)

La Réserve Rimouski s’y préparait déjà!

Des modifications de la récolte au plan de chasse 2022 sont déjà prévus dans la Réserve faunique de Rimouski, où le plan de chasse 2022 est revu depuis plusieurs mois déjà. Michel Fournier se doutait d’une baisse de sa population d’orignaux.  L’hiver dernier, il a pris les devants en coupant 25 groupes doubles de six chasseurs en 2021, soit la moitié des forfaits de ce produit. Ces groupes récoltent une femelle et un mâle. Les guides témoignaient aussi d’un déclin du cheptel et d’un débalancement du ratio mâles-femelles en 2020. « Ils observaient moins de grands mâles aux panaches de 50 à 60 pouces. En éliminant 25 groupes doubles, on réduit la forte pression sur les grands « bucks », et on protège plus de femelles reproductives », ajoute Michel Fournier.

De plus, la pénurie de main-d’œuvre affecte la chasse de l’orignal en plan américain; repas fournis, qui est en 2022 dans la Réserve faunique de Rimouski; comme dans Matane et Chic-Chocs. Les forfaits en plan américain sont transformés en plan européen, avec guide. 

Les Réserves fauniques de Duchénier et de Rimouski, la Pourvoirie Le Chasseur et la Zec Bas-Saint-Laurent présentent des succès de récolte de 64 à 88 % en 2021. Ce qui satisfait le ministère.

Facebook Twitter Reddit