Actualités > Éducation > Rétro 2021 : changement de garde à l’UQAR
Éducation

Rétro 2021 : changement de garde à l’UQAR

Le recteur de l’UQAR, François Deschênes.(Photo: courtoisie)
(NDLR: à l’occasion des fêtes de fin d’année, le journal le soir présente une rétrospective des faits marquants de l’année 2021) JANVIER-Le 21 janvier, le gouvernement du Québec confirme la nomination de François Deschênes à titre de recteur de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR). Il est entré officiellement en fonction le 1er février pour un premier mandat de cinq ans. Vice-recteur à la formation et à la recherche depuis 2012, monsieur Deschênes succèdait à Jean-Pierre Ouellet. « Je tiens à remercier la communauté universitaire pour sa confiance. C’est un réel privilège pour moi de pouvoir, dans ce nouveau rôle, poursuivre ma contribution au développement de l’UQAR et des régions dans lesquelles elle est implantée », indiquait monsieur Deschênes.

Rimouskois

Ce neuvième recteur de l’UQAR a grandi à Rimouski où il a réalisé ses études primaires, secondaires et collégiales. Il est titulaire d’un doctorat en informatique temps réel, robotique et automatique de l’École nationale supérieure des mines de Paris et d’un doctorat en mathématiques (informatique) de l’Université de Sherbrooke, tous deux effectués en cotutelle de thèse de doctorat France-Québec. François Deschênes a commencé sa carrière en tant que professeur en informatique à l’Université de Sherbrooke avant d’occuper le poste de doyen de la recherche à l’Université du Québec en Outaouais. C’est en 2008 que François Deschênes s’est joint à l’UQAR comme doyen des études de cycles supérieurs et de la recherche, poste qu’il a occupé pendant quatre ans avant d’être nommé vice-recteur à la formation et à la recherche. Le nouveau recteur entamait son mandat alors que la pandémie de la COVID-19 n’est pas terminée. La poursuite de la gestion de la situation qui en découle figurait parmi ses priorités à court terme, mais également la réflexion quant aux apprentissages qu’elle aura générés.

Bouleversements

« La pandémie a bousculé nos façons de faire, nos façons d’enseigner, nos façons de travailler. Il importe que l’UQAR puisse tirer ses propres conclusions des bouleversements engendrés par cette crise et qu’elle s’en inspire pour définir ce que sera notre université au cours des prochaines années », déclarait François Deschênes. Par ailleurs, le nouveau recteur rappelait qu’en dépit de la crise sanitaire, il est crucial de garder le cap dans le développement de l’UQAR, ce qui est possible sous l’impulsion d’une communauté universitaire mobilisée et résolument tournée vers le futur.

Avancement

« Une université, c’est avant tout une communauté dédiée à la formation de la relève et à l’avancement des connaissances. La contribution de toutes et de tous est essentielle pour que l’UQAR soit présente, visible et accessible », concluait monsieur Deschênes.
Facebook Twitter Reddit