Actualités > Océanic > ECHL : Charle-Édouard D’Astous au match des étoiles lundi
Océanic

ECHL : Charle-Édouard D’Astous au match des étoiles lundi

Le Rimouskois domine le classement chez les défenseurs de la ligue
Charle-Édouard D’Astous (Photo gracieuseté)

À sa troisième saison chez les professionnels, Charle-Édouard D’Astous ressemble de plus en plus au défenseur dominant qu’il était à sa dernière année avec l’Océanic.

À 20 ans, on se rappellera qu’il avait mis la main sur le trophée Émile-Bouchard remis au meilleur défenseur de la LHJMQ en plus de se tailler une place sur la première équipe d’étoiles du circuit. De plus, il avait reçu le trophée du Joueur humanitaire de l’année, pour son implication communautaire, dans la ligue.

Lundi soir, D’Astous prendra part au match des étoiles de la ECHL (précédemment appelée Ligue de la Côte-Est des États-Unis), à Jacksonville en Floride. Porte-couleurs des Grizzlies de UTAH, il est actuellement le meilleur buteur et le meilleur pointeur de la ligue chez les défenseurs avec un dossier de 13-15-28 en 24 parties. À sa dernière saison à Rimouski, il avait dominé le classement des défenseurs de la LHJMQ avec une fiche de 14-52-66 en 55 matchs.

« Mes débuts, ça ressemble un peu à mon passage avec l’Océanic. À mes deux premières saisons chez les professionnels, c’était surtout l’adaptation au niveau de jeu et cette année, je pense me considérer comme un défenseur offensif et je fais bien mon travail », a raconté D’Astous en entrevue avec le journal le soir. 

Charle-Édouard D’Astous porte le no 45 avec les Grizzlies (Photo gracieuseté)

Troisième saison

Le Rimouskois en est à sa troisième saison chez les professionnels. Il se sent de plus en plus à l’aise.

« J’ai connu un très bon début de saison depuis le premier match. Je joue avec de très bons coéquipiers et c’est un honneur d’être invité et de représenter mon équipe au match des étoiles », mentionne-t-il. 

Fait très rarissime, il y a une semaine, il a été utilisé pendant 39 minutes dans un match. Des rappels dans la Ligue américaine et quelques cas de protocoles COVID expliquent ce surplus de travail. 

Ligue américaine

Lui-même a été rappelé par les Eagles du Colorado, de la Ligue américaine, en décembre, le temps de jouer six parties dans l’antichambre de la Ligue nationale. 

Charle-Édouard D’Astous a été rappelé par les Eagles du Colorado (Photo gracieuseté)

« Ça a vraiment bien été. L’équipe était contente de ce que j’ai donné », souligne-t-il. 

D’Astous a d’ailleurs passé la dernière saison – écourtée en temps de COVID – dans la Ligue américaine, avec les Griffins de Grand Rapids. 

Parlant de crise sanitaire, l’état de l’UTAH compose bien avec la maladie. « Un peu partout aux États-Unis, c’est différent du Québec. Depuis un bout de temps, il n’y a pas de règles sanitaires bien qu’en ce moment au UTAH, on est obligé de porter le masque quand on va dans les magasins et au restaurant », explique D’Astous qui a pu faire un court séjour de trois jours dans sa famille pour la fête de Noël. 

27 équipes

La ECHL a accueilli une nouvelle équipe à Trois-Rivières cette saison. Elle en compte maintenant 27 qui sont réparties dans 20 états américains en plus deux provinces canadiennes. 

Une formation comme les Grizzlies joue principalement contre les équipes de sa division (Mountain) qu’ils dominent au classement. Ils visitent aussi une équipe dans chacune des trois autres divisions. À l’inverse, une équipe différente de ces divisions les visitent à Salt Lake City.  

L’aréna des Grizzlies a été construit pour les Jeux olympiques de Salt Lake City en 2002. Il peut accueillir quelque 14 000 spectateurs. Ils sont environ 5 000 aux parties locales de l’équipe.

Facebook Twitter Reddit