Nouvelle de 18 h > Crise du logement : 7 M$ pour le projet « des Sœurs »
Nouvelle de 18 h

Crise du logement : 7 M$ pour le projet « des Sœurs »

Harold LeBel et Guy Caron optimistes pour un revirement de situation
La maison mère de la Congrégation des Soeurs du Saint-Rosaire à Rimouski. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud-archives)

Le maire, Guy Caron, et le député, Harold LeBel, estiment qu’il y a de l’espoir à l’horizon pour dénicher des solutions à la crise du logement sans précédent que traverse Rimouski, alors que les statistiques en termes de disponibilité sont plus critiques que jamais.

On apprenait la semaine dernière que la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) évalue dorénavant le taux d’inoccupation (disponibilité) des logements à 0,2%. Soit, que 99,8% des logements sont occupés.

La situation fait réagir bien des observateurs, dont Guy Labonté, du Comité logement Rimouski-Neigette, qui énumérait, hier, dans une entrevue avec le Journal Le Soir, tous les problèmes auxquels la capitale du Bas-Saint-Laurent est confrontée à ce sujet. Il affirmait également que le gouvernement de la CAQ n’avait pas livré la marchandise, après avoir promis de favoriser la construction de logements sociaux.

Annonce… du député

Or, le hasard fait bien les choses, car le Journal le Soir apprenait en fin de journée, par le biais du député Harold LeBel, que Québec et Ottawa proposent un aide de 7 M$ pour la réalisation du projet de transformation partielle de la résidence des Sœurs du Saint-Rosaire en édifice à logements. L’annonce gouvernementale est passée un peu à côté, du moins en ce qui nous concerne. Elle aurait eu lieu à l’Isle-Verte ce matin. Il aura fallu fouiller ferme pour trouver le communiqué officiel que voici.

Monsieur LeBel précise qu’il y aura 44 logements destinés à des clientèles aînées et vulnérables. On y retrouvera aussi un centre de la petite enfance qui va ouvrir pas plus tard que le 7 mars.

Harold LeBel (Photo courtoisie)

« L’annonce publique de cet investissement, autorisé depuis quelques mois déjà, donne un bon signal non seulement pour les divers interlocuteurs interpellés par le manque de logements à Rimouski, mais aussi pour plusieurs d’entre nous qui travaillons à la reconversion de la maison-mère des Sœurs du Saint-Rosaire », commente monsieur LeBel.

En marge de cette annonce, le député tient à souligner « l’apport inestimable de cette congrégation, sans laquelle rien de tout cela ne serait possible aujourd’hui. »

Monsieur LeBel souligne aussi que ce projet vient répondre au problème soulevé par une personne âgée dans un récent reportage de l’auteur de ces lignes.

« Ce sont de bonnes nouvelles, c’est certain. Ça fait du logement. La machine est partie pour la maison-mère du Saint-Rosaire. La reconversion est enclenchée. Pour tout le monde qui se demandait ce qui se passait dans ce projet-là, il faut réaliser que les gens concernés travaillent bien. Il y a deux projets, mais il faut continuer à travailler », résume le député de Rimouski à l’Assemblée nationale.

Plusieurs projets

Le maire Caron a été interpellé après l’assemblée du conseil municipal, hier soir, sur son opinion sur la situation et sur ce que pouvait faire la Ville pour lutter contre la pénurie.

« On s’attendait un peu à ce que le taux d’inoccupation soit encore plus faible que l’an passé, alors, c’est une situation qui me préoccupe beaucoup. C’est la raison pour laquelle il va falloir prioriser le développement du logement social et du logement privé. Pour tenter de résoudre la situation, il va falloir penser en termes de densification. C’est la raison pour laquelle nous tentons de consacrer de nouveaux secteurs résidentiels au jumelé et au multifamilial. C’est aussi pourquoi nous tentons d’intéresser des développeurs à investir chez nous », explique d’abord monsieur Caron.

« Il y a des projets sur les rails, en phase de développement, par exemple dans le secteur de la rue du Coteau (Sacré-Cœur) et des Constellations (également Sacré-Cœur), entre autres. Il y a des projets aussi du côté de Pointe-au-Père. On espère voir le début du projet de construction de nouveaux logements sur le site de l’église Sainte-Agnès. Il y a des projets locatifs également pour les aînés (Grande Place) et celui de Groupe FARI qui est encore possible. On travaille activement à développer des alternatives et des options pour le logement en général. Pour le logement social, on travaille beaucoup pour que le projet Serviloge de la conversion de la maison-mère des Sœurs du Saint-Rosaire se réalise. La Logeri a également quelque chose sur la planche à dessin présentement. On souhaite développer notre ville, mais de manière harmonieuse », ajoute Guy Caron.

Guy Caron. (Photo: courtoisie)
Facebook Twitter Reddit