Actualités > Économie > Le dossier FARI est réglé
Économie

Le dossier FARI est réglé

Le projet de Groupe FARI représente un investissement d’environ 20 M$, selon ses promoteurs. (Photo: Ville de Rimouski)

Le conseil municipal de Rimouski a entériné hier soir une entente hors cour avec Groupe FARI et les opposants à son projet de six étages et quelque 175 unités de logement sur la rue des Flandres, dans le district Saint-Pie-X.

Le projet est retardé par une demande d’injonction déposée par quatre citoyens en juin dernier. Lyne Larrivée, Vicky Rousseau, Serge Basque et Steve Rousseau estimaient que la Ville de Rimouski avait passé outre à ses devoirs en ayant recours à une disposition spéciale de la loi pour éviter le recours à un référendum. La Ville avait de quoi être préoccupée car l’investissement prévu par FARI est de plus de 20 M$. Environ 170 unités de logements seront construites.

Accusations

La « demande introductive d’instance en pourvoi en contrôle judiciaire en jugement déclaratoire » -le nom exact de la démarche entreprise- contient de graves accusations envers la Ville de Rimouski. On allègue dans cette plainte déposée le 1er novembre, dont le journal a obtenu copie, que la Ville se serait laissé influencer par le promoteur lorsqu’elle a eu recours à l’article 123.1 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (LAU).

La conseillère Bernier s’abstient

Lorsque le conseil a procédé au vote, la conseillère de Saint-Pie-X, Mélanie Bernier, s’en est retirée en raison d’un conflit d’intérêts. Madame Bernier est au nombre des personnes qui ont mandaté les quatre demandeurs de la requête d’injonction en juin. Elle habite une rue tout juste en face du terrain qui accueillera le projet.

« C’est un règlement hors cour. Les parties se sont entendues. La Ville a accepté de procéder à certains aménagements. Ça fait partie de l’entente. On a accepté parce que ça nous semblait raisonnable dans le cadre d’une résolution qui fait suite à une recherche de solutions entre les différentes parties. Nous avons donc un règlement hors cour. Si tout va bien, l’émission du permis ne devrait pas tarder », a indiqué le maire Caron, après l’assemblée d’hier soir.

Mélanie Bernier (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Éviter des frais

Les parties s’entendent « sans aucune admission de part et d’autres et dans le but d’éviter des frais, inconvénients et aléas de plus amples contestations », a indiqué le greffier Julien Rochefort Girard.

Le maire Caron a précisé: « En termes clairs, une entente est survenue entre le groupe de citoyens et Groupe FARI dans laquelle il y a des demandes adressées à la Ville pour des aménagements au chapitre de l’urbanisme. Nous avons évalué à savoir si ces demandes étaient raisonnables dans le cadre de l’entente, pour permettre une entente plus globale entre FARI et les citoyens. Enfin il y a promesse d’achat d’un terrain pour monsieur Serge Basque », a précisé le maire Caron.

Plus en détail

Plus en détail, la Ville a précisé ce matin ce qui suit, dans un communiqué.

« En plus des différentes mesures déjà mises en place depuis le printemps 2021, notamment la réduction de la limite de vitesse dans le secteur à 40 km/h et différentes modifications au niveau de la sécurité routière, la Ville de Rimouski s’est de nouveau engagée à mettre en place les mesures suivantes:

  • Protection du boisé et aménagement d’un sentier pédestre formant une boucle de 500 mètres et ajout d’un accès via la rue Isidore-Soucy dès l’été 2022, au bénéfice de toute la population; 
  • Conservation du terrain vacant situé devant le bâtiment, lequel sera entretenu tel un espace vert, accessible à toutes et à tous;
  • Réalisation d’une étude d’évaluation des mesures existantes d’atténuation de vitesse et de sécurité routière par une firme externe pour en évaluer l’efficacité;
  • Mesures et travaux concernant la circulation routière, dont l’amélioration de la traverse piétonne située à l’intersection de la rue des Flandres et de la rue Sylvain-Lelièvre, l’ajout d’une aire d’immobilisation pour la boîte aux lettres sur la rue des Flandres, de même que la construction d’un trottoir du côté sud de la rue des Flandres et d’une traverse piétonnière devant l’entrée principale de la résidence;
  • Modification des normes régissant la hauteur des clôtures pour certains lots résidentiels situés près du bâtiment, majorant celle-ci de 15 %.

Bienfaits majeurs

«Le conseil municipal et l’équipe administrative ont toujours été en recherche de solutions dans ce dossier, car c’est un projet qui présente des bienfaits majeurs pour la population dans son ensemble, surtout dans un contexte criant de crise du logement. Je suis très satisfait de l’ouverture des différentes parties à trouver un terrain d’entente nous permettant aujourd’hui d’aller de l’avant avec un projet qui nous tient à cœur. Les ententes prévoient d’ailleurs plusieurs actions en accord avec les besoins des gens du secteur, exprimés lors des consultations publiques réalisées en 2021. Notre but est évidemment que le projet génère une plus grande acceptabilité sociale dans le milieu », ajoute monsieur Caron dans ce communiqué.

Le maire Guy Caron. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)
Facebook Twitter Reddit