Actualités > Santé > Coup double pour la Maison Marie-Élisabeth!
Santé

Coup double pour la Maison Marie-Élisabeth!

Un financement de plus, une activité de plus
Denis Amiot du comité organisateur du Déjeuner, la policière Julie Gagné, Steeve Lemieux, président d’honneur du Déjeuner et Paule Côté de la Maison Marie-Élisabeth. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

La direction et les administrateurs de la Maison de soins palliatifs Marie-Élisabeth (MMÉ) de Rimouski ont de quoi se réjouir ces jours-ci, en accueillant une grande nouvelle sur le plan des finances, tout comme une nouvelle activité de financement.

La MMÉ a appris qu’elle est éligible à un financement de 200 000 $ de la part du gouvernement du Québec, ce qui vient consolider ses finances et lui permettra d’accentuer ses efforts pour attirer et conserver un personnel de qualité. Puis, le comité organisateur du Déjeuner des agents de la paix de Rimouski, une institution de presque 50 ans, a décidé de parrainer dorénavant la MMÉ et de lui remettre les profits de son 43e déjeuner qui se déroulera le 1er mai, à la Cage-brasserie sportive.

Métal du Golfe_VF

« Le Déjeuner des agents de la paix était auparavant associé à la Société canadienne du cancer. Notre but est de soutenir les opérations d’une cause locale qui nous tient à cœur. Le lien entre la Société canadienne du cancer et la Maison Marie-Élisabeth devient évident, quand on sait que 85% des personnes qui y décèdent sont atteintes de cancer », explique le responsable du comité organisateur du Déjeuner, Denis Amiot, qui a lui-même perdu plusieurs proches atteints du cancer ces dernières années.

Bouffée d’air frais

« Une annonce vient d’être faite par le gouvernement concernant les maisons de soins palliatifs. Le ministère de la Santé et des Services sociaux rehausse le financement des maisons à travers le Québec. On est très heureux de cette belle annonce. Ça représente 30 000 $ par lit, par année, de plus dans nos coffres. Pour la Maison Marie-Élisabeth, ce sont 200 000 $ de plus par année qui sont versés. C’est une bonne bouffée d’air frais. C’est une preuve concrète pour nous que le Ministère reconnaît la qualité; des soins qui sont offerts dans les maisons de soins palliatifs. On va en profiter pour rehausser les conditions salariales de nos employés parce qu’il y a une pénurie de main-d’œuvre. On a une partie de retard entre les conditions qui sont offertes à nos employés et celles qui sont offertes dans le secteur public. Ça va nous aider à retenir du personnel et à attirer d’autre bonne main-d’œuvre à la Maison Marie-Élisabeth », explique la directrice générale de celle-ci, Paule Côté.

Besoins de 950 000 $

« Chaque année, la Fondation de la MMÉ doit aller chercher plus de 950 000 $ dans notre communauté et le compteur repart à zéro chaque année. Pour chaque patient qui séjourne à la MMÉ, il en coûte un peu plus de 500 $ par jour. Chaque don que nous recevons est très important et nous remercio0ns les organisateurs du Déjeuner des agents de la paix », mentionne le président d’honneur de celui-ci et membre du conseil d’administration de la Maison, Steeve Lemieux.

Denis Amiot (comité organisateur). Julie Gagné (SQ et comité), Denis Gigault (Alimentation Coop), Patrick Dionne (La Cage), Steeve Lemieux (président d’honneur du Déjeuner), Paule Côté (Maison Marie-Élisabeth), Robert Gagnon (bénévole) et un agent des services correctionnels, Jonathan Hudon. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Michaud)

Objectif

L’objectif du déjeuner est de 12 000 $ pour souligner les 12 ans de la Maison. Celui-ci aura lieu le 1er mai, de 6 h 30 à 11 h 30. Aucune réservation n’est nécessaire et le repas sera servi gratuitement. Les convives effectueront un don à la fin du repas. Il y aura de l’animation et de la musique. La MMÉ ajoute une nouvelle activité de financement dans le cadre du Déjeuner des Agents de la paix avec le Déjeuner pour Eux. On offre à d’éventuels donateurs la possibilité de payer le déjeuner d’un patient avec un don mensuel de 10 $ sur 15 mois et plus.

Alimentation Coop et la Cage sont des partenaires de premier plan, tout comme les agents de la paix : policiers, agents de contrôle routier ou de la faune, constables spéciaux et agents de services correctionnels. On pourra aussi effectuer des dons chez Alimentation Coop. Ajoutons, par ailleurs, qu’un ex-policier et bénévole aux multiples causes, Robert Gagnon, est toujours au nombre des bénévoles du Déjeuner. Celui-ci n’a pas eu lieu en présence depuis deux ans.

Facebook Twitter Reddit