Actualités > Économie > Il manque 300 chambres à Rimouski
Économie

Il manque 300 chambres à Rimouski

Des efforts consacrés à rehausser le parc hôtelier
La fermeture de l’hôtel des Gouverneurs, situé au 155 boulevard René-Lepage, fait mal à la capacité d’accueil de Rimouski lors des grands événements. (Photo:journallesoir.ca)

La Ville de Rimouski et la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER) redoublent d’efforts pour tenter de rehausser le parc hôtelier, qui souffre cruellement de la fermeture de l’un de ses plus anciens établissements, l’hôtel Gouverneurs.

Cet établissement de quelque 60 ans comptait 163 chambres et est fermé depuis deux ans.

« Nous avons établi une estimation pour la saison estivale et elle se chiffre à 300 unités manquantes. À partir de là, on regarde les possibilités. On travaille pour obtenir la réouverture de l’hôtel Gouverneurs, que ce soit par son propriétaire actuel ou par le biais d’un acquéreur. On essaie de favoriser une vente et on travaille avec l’Hôtel Rimouski également. Un des éléments qui pourraient aider, c’est un programme de financement pour le développement de l’offre touristique hôtelière et de congrès. On essaie de voir de quelle manière l’Hôtel Rimouski pourrait y appliquer et avoir du financement pour une expansion de ses activités », explique le maire, Guy Caron.

Programme de subventions

On se souviendra qu’avant la crise sanitaire, l’Hôtel Rimouski avait mis en suspens un projet d’agrandissement de 100 chambres. « On fait de la prospection et on a aussi le Groupe Riôtel qui a toujours de l’intérêt pour venir s’installer à Rimouski. Ce sont des occasions qui pourraient contribuer à accroître notre offre hôtelière. Le projet d’expansion de l’Hôtel Rimouski ne s’est pas concrétisé à ce moment, mais le contexte pourrait changer. On est en discussions avec les propriétaires pour voir de quelle façon la Ville peut les aider. Pour Riôtel, il n’y a pas de gros nouveau, mais on sait que l’intérêt est toujours là. »

Traversier

Le maire Caron déplore par ailleurs les hauts et les bas que connait le service de traversier Rimouski-Forestville cet été. Le propriétaire du CNM Évolution, Hilaire Journault, n’est pas heureux de son sort en raison du déséquilibre entre le financement des services publics et le sous-financement des services privés.

« C’est dommage d’avoir des éléments d’incertitude pour les personnes qui aimeraient nous rendre visite, d’autant plus que les activités sont en pleine relance et que la demande est là. Ça ajoute du poids à la démarche menée conjointement par les organismes de développement économique de Rimouski et de Forestville dans un appel d’intérêt. On pourrait avoir un nouvel opérateur l’an prochain et des travaux auront lieu à la fin de l’été au quai de Forestville. »

Facebook Twitter Reddit