Océanic > Premiers camps professionnels pour Béland, Côté et Mathieu
Océanic

Premiers camps professionnels pour Béland, Côté et Mathieu

Les camps de recrues débutent mardi dans la LNH
Julien Béland (Photo archives Océanic / Folio Photo – Iften Redjah)

Des cinq joueurs de l’Océanic qui participent à des camps de recrues avec des équipes de la Ligue nationale de hockey, trois y seront à titre d’invité.

Il s’agit de Julien Béland et Charles Côté qui seront à celui des Ducks d’Anaheim ainsi que Jacob Mathieu qui lui participera au camp des Red Wings de Détroit. Les deux autres sont des joueurs repêchés dans la LNH, à savoir Patrik Hanrla (Caroline) et Frédéric Brunet (Boston).

Les camps de recrues sont tous du même format ou presque. Après des évaluations physiques mardi et mercredi, les équipes prennent part à un tournoi impliquant d’autres clubs du même secteur géographique.

Dans le cas des Ducks, ça va se passer à San Jose face aux recrues des Sharks, des Kings, des Coyotes, de l’Avalanche et des Golden Knights.

Julien Béland (Photo journal le soir archives – René Alary)

« Je veux avoir du plaisir et montrer de quel bois je me chauffe, explique Béland. Je sais que j’ai ma place là-bas. À moi de faire les petits détails et de jouer comme je le fais avec l’Océanic. Je ne veux pas me mettre de pression. Je veux simplement aller là pour vivre l’expérience et je me sens choyé de l’avoir. Je veux leur donner une bonne première impression. » 

Il était présent au repêchage de la LNH, en juillet à Montréal. « Je voulais vivre l’expérience. Après le repêchage, mon agent est venu me dire que les Ducks voulaient me parler. Je suis descendu les rencontrer sur le parterre et ils m’ont annoncé qu’ils m’invitaient au camp de développement durant l’été ainsi qu’au camp des recrues », raconte Béland, un choix de 4e ronde de Gatineau en 2019 qui s’est ensuite retrouvé à Rimouski dans une transaction contre un choix de 4e ronde.  

« Le camp de développement fut une expérience enrichissante pour moi. J’ai pu voir comment ça fonctionne chez les pros. Ils m’ont donné beaucoup d’outils pour mettre dans ma game. L’an dernier, je ne savais pas si j’allais faire l’équipe à Rimouski. Si on m’avait dit qu’un an après, je serais invité à un camp de la LNH, je ne l’aurais pratiquement pas cru, mais j’ai continué de travailler et d’y mettre les efforts. Je suis très fier de ce qui m’arrive », explique l’attaquant de 19 ans, mesurant 6 pieds 4 pouces.

Charles Côté

Le défenseur Charles Côté a lui aussi reçu une invitation des Ducks de la part de Stéphane Pilote, le recruteur de l’équipe au Québec. Dans son cas, l’histoire est particulière puisqu’il y est un choix de 8e ronde de l’Océanic lors de l’encan 2020 de la LHJMQ. Ça démontre une très belle progression. 

« Il n’y a pas bien des joueurs de 8e ronde qui vont être invités dans la LNH. D’habitude, ce sont des joueurs des trois premières rondes. J’ai travaillé fort et ça donne des résultats. Mais, il ne faut pas s’assoir là-dessus. Il faut continuer à donner les efforts », mentionne le grand défenseur de 6 pieds et 6 pouces.

Charles Côté (Photo : Océanic / Folio Photo – Iften Redjah)

Qui plus est, Serge Beausoleil n’était pas en mesure de lui donner beaucoup de temps de jeu avant les Fêtes, la saison dernière, étant retranché de l’alignement plus souvent qu’à son tour. Voyant son potentiel, l’entraineur-chef et directeur-gérant lui a fait de la place laissant aller, durant le temps des Fêtes, les vétérans Tyson Hinds, Jérémie Biakabutuka et Gabriel Jackson.

« Physiquement, je me sens d’attaque pour le camp de recrues. Je vais jouer mon identité là-bas, comme je le fais à Rimouski », assure ce natif de Laval, maintenant résident de Valcourt. 

Côté estime avoir ajouté une corde à son arc. « Je serai le même Charles Côté que celui de l’Océanic. Je suis capable d’être physique et de faire de bonnes passes, c’est rare que je les manque. Et, je peux ajouter une touche offensive, j’ai pas mal travaillé ça l’an dernier, et même dans le midget AAA, en appuyant l’attaque, en plus d’améliorer mon lancer et la précision de mon tir aussi. Oui, je travaille souvent sur mes habiletés. C’est peut-être mon côté le plus faible pour que ça devienne un point fort dans mon jeu. »

Jacob Mathieu

Pour sa part, Jacob Mathieu se rend à Detroit mardi avant de se retrouver jeudi à Traverse City pour un tournoi avec les recrues des Blue Jackets, des Stars, des Blues et des Maple Leafs.

Jacob Mathieu (Photo journallesoir archives – René Alary)

« J’étais au repêchage à Montréal. J’ai parlé à mon agent. Je sais que deux ou trois clubs étaient intéressés à m’inviter. Le lendemain, je me suis réveillé et les Red Wings m’avaient invité », raconte l’attaquant de 18 ans, auteur de 23 buts, la saison dernière. 

Lui aussi aurait pu aller au camp de développement en juillet, mais il se rétablissait d’une blessure.

« J’ai subi une opération au poignet après la série face aux Remparts. J’ai soigné ça jusqu’au début juillet. Je n’étais pas disponible pour aller au camp de développement où j’avais été invité. J’ai repris l’entrainement intensément au début juillet. J’ai mis le paquet cet été afin d’arriver prêt au camp de l’Océanic et à celui de la LNH », poursuit ce choix de 3e ronde de l’Océanic en 2020.

Il promet de ne pas changer son style. « Le calibre va être assurément plus élevé. Je vais continuer à jouer mon match, physique, intense, en dérangeant l’adversaire pendant les parties. Je ne changerai pas mon identité. Je veux laisser une bonne impression puisque ce sera ma première expérience. Je suis encore jeune. C’était ma première année de repêchage et je serai encore éligible en juin prochain. »

En théorie, les trois joueurs seront de retour pour le début de la saison de l’Océanic à Baie-Comeau, le 24 septembre. À moins d’une invitation au grand camp de leur équipe de la LNH. 

Facebook Twitter Reddit