Actualités > Société > Palmarès 2022 : Fred Dubé congédié
Société

Palmarès 2022 : Fred Dubé congédié

Fred Dubé (Photo: archives)

(NDLR):Le Journal Le Soir modifie un peu sa façon de faire pour la revue de l’année 2022. Plutôt que de présenter les nouvelles les plus importantes de chaque mois, nous avons réalisé le palmarès des 15 nouvelles les plus lues de l’année qui sont présentées sans ordre chronologique, mais plutôt en tenant de compte de l’intérêt suscité chez nos lecteurs.

L’humoriste Fred Dubé aura beaucoup fait parler de lui à Rimouski, en 2022, mais pas pour les bonnes raisons en fin d’année.

ADAUQAR

Chroniqueur au journal d’opinion le Mouton Noir et responsable de ses publications Facebook, monsieur Dubé a tenté pendant une bonne partie de l’année de confronter la Ville de Rimouski dans ses choix, particulièrement ses choix environnementaux. Il a organisé différentes manifestations, dont certaines avec des participants cagoulés. Refusant de retirer celles-ci, Fred Dubé et ses comparses ont alors été expulsés de l’hôtel de ville par des policiers.

Fred Dubé (Photo: archives)

Allégations

Mais bien qu’il suscitait la controverse par ses commentaires, monsieur Dubé poursuivait son œuvre en s’en prenant notamment aux médias dont le Journal Le Soir avec, semble-t-il, l’assentiment des dirigeants du Mouton Noir. Toutefois, lors de l’avant-dernière fin de semaine de novembre, une ancienne connaissance de monsieur Dubé a émis des allégations sur son comportement sexuel  à l’époque où il travaillait à Montréal.

À la suite de ces allégations, Fred Dubé a d’abord été suspendu par ses employeurs, pour être définitivement congédié le 22 novembre. Il a toutefois eu le temps de nier les allégations avant de cesser ses publications sur les réseaux sociaux.

Voici le texte original de notre collègue Olivier Therriault du 22 novembre dernier :

Fred Dubé congédié par Le Mouton Noir

Le journal Le Mouton Noir congédie finalement son chroniqueur Fred Dubé, visé par des allégations d’agression sexuelle. Trois femmes ont publié sur les réseaux sociaux, au cours de la fin de semaine, des témoignages concernant l’humoriste et militant de gauche.

La présidente du conseil d’administration, Valérie Belleau-Arsenault, en a fait l’annonce cet après-midi (mardi) sur la page Facebook du Mouton Noir.

« Devant les dénonciations publiques à son endroit, le conseil estime que monsieur Dubé doit quitter son emploi », a écrit la dirigeante.

Le Mouton Noir explique le départ de Fred Dubé par « la nécessité de lutter activement et sans relâche contre la culture du viol » (Photo Youtube)

Le journal communautaire « se revendique solidaire des luttes féministes ». Il explique aussi le départ de Fred Dubé dans « la nécessité de lutter activement et sans relâche contre la culture du viol dans tous les milieux, de croire les survivant‧e‧s et de dénoncer les violences commises à leurs égards ».

Briser le silence

Le conseil d’administration du Mouton Noir avait d’abord suspendu Fred Dubé, dimanche soir, après que les médias sociaux se soient enflammés pendant la journée.  

« Nous prenons très au sérieux la situation. Pour cette raison, le conseil d’administration a décidé de suspendre monsieur Dubé le temps que la lumière soit faite sur la situation. Nous sommes solidaires avec la ou les victime.s. », expliquait à ce moment Valérie Belleau-Arsenault.

La première dénonciation publique provient de Mélodie Drouin, une écrivaine, tandis que la seconde découle d’Anne Morais, qui ne qualifie cependant pas son expérience d’agression. La troisième émane de Catherine Ethier, autrice, animatrice et chroniqueuse. Elle est l’ex-conjointe de Fred Dubé, également

Très active dans l’espace féministe québécois, Madame Ethier explique pourquoi elle s’est sentie obligée, de briser le silence. Il est d’ailleurs possible de consulter son témoignage via sa page Facebook. À la suite de cette publication, Fred Dubé a supprimé sa propre page Facebook, ainsi que son profil Facebook personnel.

Facebook Twitter Reddit