01.10.2020
Nouvelle de 17 h Éric Bélanger se rapproche du junior majeur

Éric Bélanger se rapproche du junior majeur

-Et qui sait ? un jour avec L’Océanic ?

Un ancien joueur de L’Océanic impliqué dans une transaction historique pour la franchise, Éric Bélanger, pourrait bientôt faire un retour aux sources.

Autre clin d’œil pour la 25e saison de l’équipe, le journal le soir a joint celui qui est instructeur-chef des Chevaliers de Lévis (midget AAA) pour une première saison. Ce circuit étant celui tout juste au dessous de la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ), la suite logique pour Bélanger serait une ascension à ce niveau. Ce dernier forme des hockeyeurs qui seront éventuellement réclamés par des équipes la LHJMQ.

Oiseaux déplumés

En décembre 1996, en pleine période des Fêtes (NDLR: le 27 il me semble), L’Océanic mettait la main sur Éric Bélanger et Derrick Walser, des Harfangs de Beauport. Cette transaction avait déplumé les « Oiseaux » pour mieux faire renaître les Remparts de Québec. L’auteur de ces lignes avait fait partie des journalistes invités à leur présentation aux médias.

Et que dire de l’impact de ces deux joueurs sur la jeune organisation rimouskoise! En 31 parties, comme joueur de 19 ans, Bélanger allait inscrire 26 buts et 41 passes, pour 67 points. Derrick « valseur » allait réaliser un record de 41 buts en une saison pour un défenseur, en 1997-1998.

Fort en partant !

Celui qui a joué 820 matches sur 14 saisons dans la LNH a encore bien en mémoire la fameuse transaction. « C’est sûr! Cette transaction est inoubliable (rires)… Quand j’ai été acquis avec Derrick Walser, monsieur Tanguay (Maurice) nous a fait venir à Rimouski dans notre propre avion. Ça partait fort! »

« Ça faisait une grosse différence comparativement à une petite organisation. Les gens faisaient bien leur possible mais on voyait que les Harfangs ne s’en allaient nulle part. C’était super de passer de là à une organisation de qualité qui aspirait aux grands honneurs. Ce fut aussi un choc, car c’était la première fois de ma vie que j’étais échangé. Et ce fut tout un accueil quand on est arrivé au Colisée de Rimouski ! Après la saison, j’ai signé mon premier contrat avec les Kings de Los Angeles », raconte celui qui a attrapé la piqûre du « coaching ».

On ne sait jamais!

Quand on lui souligne qu’il serait un bon candidat pour succéder éventuellement à Serge Beausoleil, Éric Bélanger fait preuve de respect en mentionnant : « Serge est bien en selle aux commandes de son équipe. » Mais en tout respect, l’idée pourrait faire son chemin.

« Après avoir dirigé dans la classe midget Espoir au Séminaire Saint-François, j’ai proposé ma candidature aux Chevaliers et j’ai été engagé pour cette saison. Est-ce que j’aimerais travailler à Rimouski (autre éclat de rire) ? On ne sait jamais… on ne sait jamais! C’est certain que la prochaine étape dans mes plans de carrière comme entraîneur, c’est de monter dans la Ligue junior majeure », admet franchement celui qui a aussi joué, entre autres, avec Minnesota, Edmonton, Atlanta, Phoenix et Washington. Il a aussi joué une saison dans la KHL (Ligue russe).

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×