01.10.2020
Nouvelle de 18 h Quand hiver égale misère

Quand hiver égale misère

Alors qu’on se prépare à sortir motoneiges, skis, planches à neige, raquettes et compagnie pour profiter de la neige, l’hiver est synonyme de difficultés accrues très significatives pour certains.

Quand l’hiver est là, des gens à très faible revenu peinent à habiller leurs enfants, à obtenir des transports collectifs adéquats, à payer et à transporter leurs denrées alimentaires, à sortir à la recherche d’un emploi et à devoir assumer difficilement les frais de chauffage.

« La prestation de sécurité sociale de base pour une personne apte au travail est de 669 $ par mois. Une somme déjà insuffisante, tandis que les coûts de la vie augmentent de façon importante en hiver. Une femme ou un homme monoparental va toujours se sacrifier pour les frais scolaires, habiller et nourrir son propre enfant. L’hiver, la plupart du temps, ça veut dire en bout de ligne, qu’on va couper sur l’alimentation pour pouvoir payer l’électricité », explique Michel Dubé, de l’organisme Action populaire Rimouski-Neigette.

Obstacles

Pour quiconque doit se contenter de se déplacer à vélo, à pied ou en transport collectif, la neige, le froid et la glace deviennent des ennemis implacables.

« Il y a beaucoup de bonnes choses pour aider les personnes démunies à Rimouski, comme le Comité logement, le Centre d’action bénévole, Moisson Rimouski-Neigette, les friperies, la popotte roulante, et l’esprit de solidarité. Il y a également des organisations comme le Porte-Manteau qui recueille et distribue gratuitement des vêtements. Par contre, nous avons des affaires qui ne sont pas bien organisées ni très pratiques », ajoute le travailleur communautaire.

Épicerie

« Si vous habitez un des quartiers où les logements sont moins chers, comme Saint-Robert, mais que vous voulez fréquenter les supermarchés réputés les moins dispendieux, dans la Cité des Achats, c’est un problème de revenir à la maison avec plus que deux sacs ( maximum accepté dans Citébus ). Pas facile de marcher sur la 2e rue les bras pleins, en hiver. Certains prévoient consacrer 10 % de leur budget d’épicerie au transport en taxi. Et ça s’applique aussi parfois à ceux qui ont recours aux services de Moisson », poursuit monsieur Dubé.

Transport gratuit

« Nous avons un manque du côté des déplacements. Les trottoirs ne sont parfois pas assez déneigés ou pas assez rapidement, il n’y a pas assez d’abris pour le transport par autobus. C’est inconcevable dans une ville aussi grande que Rimouski en superficie. Imaginez ce que des personnes âgées et pauvres qui n’ont aucun choix doivent endurer à -20 degrés Celsius. J’ai su qu’à Mont-Joli, il y a au moins une épicerie qui offre un service de raccompagnement. Ce serait souhaitable d’en faire autant à Rimouski », exprime Michel Dubé.

Chauffage

Celui-ci nous précise que 6 200 personnes sont bénéficiaires de l’aide sociale dans Rimouski-Neigette.

« Certains auront surement de la difficulté à payer leurs frais de chauffage dans les périodes de grand froid. Hydro-Québec n’a pas le droit de les « couper » en hiver, mais a semble-t-il l’interrupteur rapide pour couper en avril. Nous recommandons de profiter des possibilités d’ententes de paiement une fois l’hiver terminé, mais nous recommandons aussi d’être très vigilant » commente aussi le coordonnateur d’Action populaire Rimouski-Neigette.

Ce dernier note enfin que si le calendrier estival des activités gratuites est bien rempli du côté des loisirs, il l’est beaucoup moins en hiver.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×