25.11.2020
Nouvelle de 17 h Rimouski-Neigette a son village d’irréductibles

Rimouski-Neigette a son village d’irréductibles

Saint-Eugène se bat pour rester en vie

Une municipalité de 430 citoyens de la MRC de Rimouski-Neigette, Saint-Eugène-de-Ladrière, fait preuve de détermination et d’imagination pour éviter des pertes de services ou pire, sa fermeture ou sa fusion avec une autre municipalité.

À l’image des films de la série Astérix et des irréductibles Gaulois que l’on peut voir et revoir ces jours-ci à l’occasion du traditionnel Ciné-Cadeau des Fêtes de Télé-Québec, Saint-Eugène tente de résister aux pressions extérieures pour assurer sa survie.

« Depuis 10 ans, nous sommes parvenus à force de travail et d’innovation à maintenir notre population stable. Ces dernières années, nous avons aménagé un parc, des espaces verts et modules de jeux pour les enfants; l’Autodrome du Bas-Saint-Laurent est venu s’implanter ici et nous sommes la capitale régionale du sport motorisé; nous avons réalisé un projet de logements sociaux et un autre est en route pour 2020. Dix-sept noms sont sur la liste d’attente », dit celui qui en est le maire et un fier représentant depuis 32 ans, Gilbert Pigeon, qui fut aussi un temps préfet de la MRC Rimouski-Neigette et président de la Régie régionale de l’aéroport de Mont-Joli.

Investissement majeur

D’autre part, il faut souligner également, dans le secteur du développement touristique, la contribution d’une entreprise privée, le Camping Nicolas-Rioux qui est ouvert depuis trois ans. Les propriétaires de l’entreprise, Jacques Rioux et Steeve Berger, précisent que le nombre de sites passera de 25 à 60 l’été prochain. Quarante sites seront dotés de trois services. Un bâtiment de services sera construit. L’investissement est évalué à 400 000 $.

Sport école

L’acériculture, la foresterie et l’agriculture sont les piliers de l’économie locale, avec le tourisme qui se développe de plus en plus. « Nous sommes parvenus il y a deux ans à maintenir la station-service et le dépanneur ouverts, en dénichant un promoteur privé. Aujourd’hui, ça marche à pleine perche! On est des vrais Gaulois. On ne veut pas s’éteindre, on veut rayonner pour que notre municipalité demeure bien en vie », précise aussi monsieur Pigeon.

À l’école Lavoie, les élèves de 6e année parrainent les plus jeunes dans les activités comme la robotique. (Photo: courtoisie)

Un exemple de ces initiatives est la formule adaptée sports-études qui est proposée à l’école Lavoie, sous l’appellation « multi sports », offrant aux élèves diverses activités parallèles, en plus de la formation conventionnelle.

Une activité sportive au sein de l’école. (Photo: courtoisie)

Fondamental

« Les jeunes de la 1re à la 6e année peuvent choisir un des sports proposés ou encore la robotique et l’informatique. Notre formule nous est propre et a été développée ici. C’est un enjeu fondamental. Nous voulons non seulement attirer de nouvelles familles mais aussi avoir des élèves qui viennent des autres municipalités pour assurer la pérennité de notre école. La première année du programme, nous avons accueilli 11 élèves de l’extérieur. Il y a 23 élèves actuellement dans notre école et il suffirait que quelques parents nous tournent le dos pour qu’elle soit menacée », assure Gilbert Pigeon.

Gilbert Pigeon (Photo: archives)

Une session d’inscription aura lieu en janvier et les personnes intéressées peuvent s’adresser par courriel à echodesmontagnes@csdesphares.qc.ca .

Nouveau développement

La municipalité vient de réaliser un nouveau développement résidentiel de quatre lots desservis par toutes les infrastructures nécessaires pour accueillir autant de nouvelles familles. Saint-Eugène a son comité de développement, auquel on peut s’adresser pour en apprendre davantage sur les conditions facilitantes proposées pour s’implanter sur la rue D’Astous. Des primes à l’établissement sont offertes.

Festival de la P’tite campagne

Un autre élément qui permet à Saint-Eugène de maintenir sa vitalité est une fête populaire annuelle et traditionnelle, le Festival de la P’tite campagne, qui s’appelait auparavant la Fête de la forêt, et qui attire plus de festivaliers qu’il y a d’habitants!

« Il arrive souvent que nous soyons quelque 500 personnes sous le chapiteau, par les belles journées d’été, pour les spectacles du Festival. On a reçu notamment Guylaine Tanguay et Irvin Blais. Nous avons changé son appellation pour qu’il soit plus rassembleur et plus représentatif de ce que nous sommes », note monsieur le maire.

Saint-Eugène est aussi très animée l’hiver, notamment par l’entremise de son club de motoneige.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×