01.04.2020
Actualités Une hausse moyenne de 2,6% plus élevée que prévu

Une hausse moyenne de 2,6% plus élevée que prévu

Des questions se posent encore sur le réel impact du nouveau rôle d’évaluation municipal de Rimouski et sur la hausse des comptes de taxes des Rimouskois en 2020.

Après avoir réalisé un échantillonnage de la nouvelle évaluation des résidences unifamiliales et un autre sur les édifices à logements locatifs, près de 150 cas au total, dans un dossier exclusif, au cours des dernières semaines, le journal le soir et son collaborateur Jean-François Deschênes constatent que des distorsions persistent, si l’on compare les informations dévoilées lors du dépôt du budget aux conclusions de notre étude.

Dans la réalité, en tenant compte de tous les facteurs, monsieur Deschênes remarque que l’augmentation moyenne des comptes de taxes pour ces clientèles est de 6,7 %. Notre collaborateur est un ancien gestionnaire qui a notamment travaillé au contrôle de la qualité de grandes entreprises.

Calculs détaillés

« Nos calculs détaillés montrent que la hausse des évaluations foncières moyenne de 1,4 % pour les maisons unifamiliales et de 5 % pour les immeubles locatifs de moins de six logements, combiné à l’augmentation du taux de taxation en hausse de 5,5 % (89,7 à 94,6 cents du 100 d’évaluation) donne bien le 6,7 % que nous avons retenu, et non le 4,1 % annoncé par la Ville. Je m’étonne que les gens ne réagissent pas davantage, alors que le premier versement des taxes est prévu pour le 26 février », exprime Jean-François Deschênes, un observateur attentif de la vie municipale.

Hausses de revenus

Un facteur qui fait douter Jean-François Deschênes est l’augmentation des revenus de la Ville. « De plus, le budget 2020 indique que les revenus de taxes ont augmenté de 63,8 M$ à 68,1 M$, soit exactement 6,7%. Pourquoi les contribuables ne se manifestent pas davantage? C’est leur argent après tout. À tire d’exemple, si le prix de l’essence à Rimouski passait de $1,18 à $1,26 le litre, les gens se précipiteraient pour faire la queue, avant le changement de prix, pour épargner quelques dollars. »

Lors de ses reportages précédents, le journal le soir avait établi que la majorité des résidences unifamiliales et la majorité des propriétaires d’édifices locatifs étaient frappés par des hausses de leur évaluation. Ces hausses ont un impact direct sur le compte de taxes.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×