26.10.2020
Actualités Politique Les dossiers d’immigration piétinent

Les dossiers d’immigration piétinent

Le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, dénonce le manque de ressources chez Immigration Canada.

 Monsieur Blanchette Joncas réagit ainsi à la sortie en ce sens d’un collègue de la circonscription de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères, Xavier Barsalou-Duval, sur les ondes de Radio-Canada, ce matin.

Les deux politiciens exigent la création d’un poste d’ombudsman pour traiter les ratés de ce système. « Vous nous avez entendu déplorer, en janvier, les lenteurs d’Immigration Canada. Loin de s’améliorer, cette situation entraîne l’affluence de gens dans nos bureaux, aux prises avec une bureaucratie qui semble patauger dans la mélasse », illustre monsieur Blanchette-Joncas.

Un par jour

Par exemple, le bureau de circonscription du député, à Rimouski, confirme qu’il accueille chaque jour au moins un cas d’immigration qui ne progresse qu’au ralenti.

« Nous faisons tout ce qui est humainement possible pour aider ces gens, mais nous ne disposons pas de ressources pour nous occuper exclusivement des cas d’immigration. Nous en sommes rendus à nous demander ce que fait le gouvernement fédéral, ou plutôt ce qu’il ne fait pas : manifestement, il n’y a pas suffisamment de personnel chez Immigration Canada pour répondre aux personnes de l’étranger, de plus en plus nombreuses à vouloir s’installer chez nous pour enrichir nos communautés. »

Pas de bureau

Le député fédéral de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques ajoute que bien que notre région reçoive de plus en plus d’immigrants, notamment pour fréquenter nos réputées maisons d’enseignement ou se trouver un emploi, il n’y a toujours pas de bureau d’Immigration Canada pour nous desservir.

 « Les gens découragés que nous rencontrons nous rapportent qu’ils se butent à de l’attente interminable sur les lignes téléphoniques du ministère, sans réussir à obtenir réponse à leurs nombreuses questions. De guerre lasse, ils aboutissent dans nos bureaux. Cela ne peut plus durer. Le gouvernement doit assumer ses responsabilités envers les aspirants citoyens! Comment expliquer à ces gens qu’on les courtise, entre autres pour pallier notre rareté de main-d’œuvre ou le vieillissement de notre population, et qu’une fois ici, nous leur imposions tellement de tracasseries sans répondre adéquatement à leurs questions? », remarque monsieur Blanchette-Joncas.

Dédoublement

En accord sur ce sujet avec le gouvernement provincial, Maxime Blanchette-Joncas en profite pour plaider pour que le Québec devienne maître de son immigration.

« Présentement, les gens qui arrivent chez nous traitent principalement avec Immigration Canada, mais ils doivent aussi répondre aux exigences du gouvernement québécois. Pourquoi multiplier les formalités, alors que Québec dispose de la compétence pour gérer tout cela? », interroge le député.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×