30.10.2020
COVID-19 Des explications d'ordre médical

Des explications d’ordre médical

Le Bas-St-Laurent n'y échappera pas

Devant l’ampleur de l’étendue du coronavirus, le directeur de la santé publique au Bas-St-Laurent a tenu vendredi après-midi à faire le point sur la situation dans la région.

Sylvain Leduc a expliqué que les mesures, décrétées par le Directeur national de la santé publique, visent à ralentir et diminuer la propagation du COVID-19. “Ça passe par quoi, ça passe surtout par des mesures de surveillance des voyageurs, avec des isolements qui seront volontaires ou obligatoires dans certains cas. Évidemment de réduire les rassemblements, de faire en sorte que ceux qui sont supérieurs à 250 personnes soient interdits mais ça nous permet de rappeler aussi que ce n’est pas parce qu’il y a 249 personnes dans un rassemblement à ce moment-là qu’il devient indiqué au contraire. Ça nous permet de dire est-ce vraiment nécessaire, est-ce requis?” fait valoir le docteur Leduc.

Monsieur Leduc mentionne qu’actuellement, la transmission du virus se fait de personne à personne. Il souligne que sa transmission se fait plus facilement dans des endroits restreints, d’où l’importance de mieux contrôler les rassemblements. “On anticipe évidemment qu’il y aura des cas qui nous proviendront des pays avec qui on est en relation, les pays européens, les États-Unis. C’est ce qui fait en sorte, pour s’assurer que ces nouveaux cas ne surviennent pas en bloc, on réduit les risques de propagation par les mesures qui ont été déployées hier” poursuit le DSP.

Sylvain Leduc précise que des investigations ont été réalisées sur des personnes de la région revenant de voyages au cours des dernières semaines lorsque celles-ci présentaient des symptômes du coronavirus mais que ces tests se sont tous révélés négatifs. Monsieur Leduc ajoute cependant qu’il ne faut pas de faire d’illusions et que ce virus va éventuellement se rendre dans les différentes régions du Québec.

Mieux préparé que l’Italie

Alors que le nombre de cas du COVID-19 continue d’augmenter en Italie, le docteur Leduc estime que le Québec est mieux outillé pour faire face à cette pandémie. “En Italie, ils ont eu la situation difficile d’avoir plusieurs cas qui n’ont pas été détectés rapidement et qui ont généré plusieurs générations de cas avant de pouvoir commencer à faire une intervention efficace alors qu’au Québec, on a la chance, en ce moment, de faire de très très nombreux tests rapidement. On offre un accès et on procède rapidement à des enquêtes dans chacun des cas” mentionne Sylvain Leduc.

Inutile de faire des provisions

Monsieur Leduc confie qu’il est normal que lorsqu’on se retrouve dans une situation inusitée, les gens peuvent ressentir une certaine anxiété. Pour contrôler cette anxiété, les gens veulent passer à l’action fait-il valoir. Il répète que les gestes à poser, sont de réduire les rassemblements dans des grands groupes et dans les espaces restreints ainsi que de se laver les mains régulièrement.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×