27.11.2020
COVID-19 Gino Lévesque vient en renfort aux livreurs d’IGA

Gino Lévesque vient en renfort aux livreurs d’IGA

L’entrepreneur général Gino Lévesque, qui avait offert ses services pour effectuer des livraisons aux personnes isolées, s’est trouvé une nouvelle occupation : livreur d’épicerie.

Monsieur Lévesque ne savait pas trop par quel bout commencer pour faire sa part et il s’est manifesté auprès de la direction d’Alimentation Coop Rimouski (bannière IGA), qui l’a recruté comme livreur dans son équipe, mais avec un rôle bien précis.

« Je ne m’attendais pas à autant de réactions à la suite de la publication de votre reportage. J’ai des amis de l’école secondaire que je n’avais pas vu depuis longtemps qui m’ont encouragé à aller de l’avant. Il y a eu des gens de Québec et de Montréal au travers. Je ne m’attendais pas à autant d’encouragements, de la part d’autant de gens. Tout ça est vraiment… wow! », confie celui qui a commencé sa nouvelle carrière à 10 h, ce matin.

Fonctionnement

« La coopérative offre déjà un service de livraison gratuit à ses membres et dessert maintenant aussi les non-membres, moyennant des frais de 8 $. Les commandes d’épicerie se prennent là. Il y a déjà plusieurs équipes qui sillonnent la ville. Comme mon camion est plus gros et que je viens en renfort, je vais m’occuper des secteurs excentriques, comme Pointe-au-Père, Luceville, Sainte-Blandine et Saint-Narcisse », précise monsieur Lévesque.

« Ça peut changer à chaque jour, mais pour l’instant, on a prévu que je n’aie aucun contact avec les clients. Disons qu’on se donne rendez-vous à Sainte-Blandine, à l’église, je vais sortir les paquets et les déposer à côté de l’auto des personnes qui sont venues les chercher. Je vais le savoir avec la description de la voiture et le numéro de plaque d’immatriculation. On ne porte ni masque, ni gants mais mon camion sera désinfecté tous les jours. Mon travail s’arrête là », explique monsieur Lévesque.

Débordés

« Je ne livrerai pas de produits de pharmacie pour l’instant. Je pense que déjà, je serai très occupé. Je sais que les livreurs d’Alimentation Coop travaillent deux ou trois jours par semaine, d’habitude. Là, ils travaillent sept jours sur sept, parfois jusqu’à 20 h », ajoute-t-il.

« Je suis très enthousiaste et j’ai hâte de commencer. J’ai même proposé de commencer tôt, d’être là à 6 h 30, 7 h, comme on fait dans le milieu de la construction, mais on m’a bien dit 10 h. J’ai compris qu’il faut confectionner d’abord prendre les commandes et préparer les paniers d’épicerie. Les chantiers de construction sont interrompus », commente aussi Gino Lévesque.

Un monde meilleur?

« Sur un plan personnel, c’est motivant, car je suis séparé de mes enfants et je m’ennuie, alors je peux aider les gens tout en m’aidant moi-même. Je suis d’accord pour dire que ce qu’il y a de plus merveilleux, c’est qu’on m’a offert de m’aider, les soirs et les jours que je ne pourrai pas le faire. On se tient de plus en plus les coudes serrés et ce sera encore mieux après la crise. On s’en va vers un monde meilleur, je crois qu’on ne regardera plus le lettrage sur les camions, qu’on va juste voir des gens désireux d’aider les autres », conclut-il.

C’est d’ailleurs ce que croit également une autre personne qui se rend disponible pour ceux qui ont besoin d’aide, l’huissier Pierre Blier, qui faisait l’objet d’un reportage dans nos pages, hier.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×