30.10.2020
COVID-19 150 employés municipaux en attente

150 employés municipaux en attente

À la Ville de Rimouski

La Ville de Rimouski a dû mettre à pied temporairement 150 employés à temps partiel, en raison du ralentissement des activités de la machine municipale.

C’est ce qu’a indiqué le maire de Rimouski, Marc Parent, dans un point de presse diffusé en direct sur Facebook, ce matin. Monsieur Parent était accompagné du directeur général adjoint, Guy Dionne, lequel a accepté de mettre en veilleuse sa retraite, vu les événements actuels. Le directeur général, Claude Périnet, travaille depuis la maison, parce qu’il est en « quatorzaine », étant de retour d’un voyage.

Monsieur Dionne a précisé que ces 150 employés représentent le quart des effectifs totaux de la Ville, toutes catégories d’emploi confondues. Toutefois, messieurs Parent et Dionne ont ajouté que des employés vont appuyer différents organismes qui sont très occupés avec la crise du coronavirus.

Ceux-ci ont aussi invité les citoyens à profiter des plaisirs de la marche dans les différents sentiers piétonniers de la Ville, qui seront spécialement aménagés pour favoriser la distanciation sociale.

Merci aux syndicats

« Tous nos services essentiels sont et seront maintenus. Je remercie les différents syndicats d’employés municipaux pour leur collaboration, On voit qu’il y a une détermination de la part des syndicats à travailler main dans la main avec l’administration municipale afin d’assurer qu’on puisse livrer la meilleure prestation de services possible à la population. Je les en remercie sincèrement », déclare monsieur Parent.

Guy Dionne et Marc Parent, en point de presse ce matin. (Photo: capture d’écran)

La plupart des autres employés poursuivent leur implication par télétravail, d’autres ont été invités à appuyer les organismes humanitaires.

Implication

« Dans les derniers jours, nous avons dû mettre à pied environ 150 employés temporaires, entre autres choses en raison de la fermeture de nos installations communautaires et de loisirs. Le lien d’emploi est maintenu avec la très grande majorité des employés concernés. Le conseil municipal a décidé d’affecter des employés permanents au soutien aux organismes communautaires. Ces employés viendront prêter main forte, entre autres, à l’Association du cancer de l’Est du Québec, à la Popotte roulante, au Centre d’action bénévole Rimouski-Neigette et à d’autres qui viendront s’ajouter », précise monsieur le maire.

« Nous avons à cœur de nous impliquer dans la communauté et de travailler en étroite collaboration avec tous les partenaires de notre milieu, pour la santé et la sécurité de tous. »

Sortir

Le maire Parent invite les citoyens à sortir prendre de l’air malgré la crise du coronavirus. « Il est important de faire de l’exercice, de sortir, en ces temps difficiles, surtout avec les conditions printanières qui s’installent. Nous devons cependant adapter notre façon d’en profiter. Contrairement à certaines villes, Rimouski a décidé de maintenir ses parcs municipaux ouverts. Dans les rues et les sentiers pédestres, il est essentiel de respecter la distance minimale de deux mètres pour les personnes n’habitant pas sous un même toit. »

« Profitons du beau temps, marchons autrement! Cela résume la stratégie que nous avons mise en place, en fonction de la réalité actuelle. Depuis tôt ce matin, nos services des travaux publics travaillent à dégager le Sentier du littoral, à partir de la Promenade de la mer, jusqu’au secteur Rocher Blanc », note Marc Parent.

 Ouverture des sentiers pédestres

« Nous travaillons aussi à dégager une boucle de 2 km qui sera en sens unique, au Parc Beauséjour. Le sens unique vise à minimiser les rencontres face-à-face. Il y aura l’ouverture du sentier reliant la rue du Bosquet à Henri-Bourrassa, dans le district Sacré-Cœur, et finalement, dans les prochains jours, le sentier cyclable reliant la rue Bonne-Entente à Léonidas Sud sera ouvert. Tout cela permettra de maintenir l’activité physique, tout en réduisant la concentration des gens sur la Promenade de la mer. Je rappelle qu’il y a d’autres endroits intéressants à marcher : le site historique de Pointe-au-Père, le parc Lepage et le parc du Mont-Saint-Louis, au Bic, entre autres », ajoute monsieur le maire.

Respect des aînés

Le maire Parent rappelle sa préoccupation pour les personnes de 70 ans, qui doivent quand même sortir de chez-elles de temps en temps et qui semblent ostracisées par l’opinion publique. Il n’est pas favorable à la dénonciation qu’encouragent certaines organisations.

« La réalité actuelle, c’est qu’à la Sûreté du Québec, environ 85 % à 90 % des appels qu’elle reçoit sont en lien avec des citoyens qui sont préoccupés par la présence de groupes. Je reçois plusieurs messages en ce sens. Il faut se rappeler que pour les gens de 70 ans et plus, il est important autant que possible de demeurer à la maison. Ces gens-là ont le droit de sortir prendre de l’air et de faire de l’exercice mais on leur recommande fortement, comme à toute la population, de respecter la distance de deux mètres », commente Marc Parent.

Pas acceptable

« Il y a une tolérance qui doit encore être démontrée de la part de la population en général, parce qu’effectivement, on entend des commentaires où des aînés nous disent se sentir intimidés par la réaction de certains citoyens. Il a été dernièrement porté à mon attention qu’une personne âgée qui prenait une marche, en respectant toutes les consignes, s’est fait invectiver par un automobiliste qui a immobilisé sa voiture, a baissé sa fenêtre de voiture et lui a crié de s’en retourner à la maison. Ce ne sont pas des comportements acceptables », déplore monsieur Parent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×