22.09.2020
COVID-19 Crabeco fait ses preuves et pourrait faire de petits

Crabeco fait ses preuves et pourrait faire de petits

Une initiative de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette réalisée avec différents partenaires connaît beaucoup de succès.

Emblème de la solidarité rimouskoise, crabeco.com est un moyen de permettre aux personnes isolées de se procurer du crabe, met en relief l’importance de la solidarité, exploite et met en valeur l’expertise rimouskoise en matière de communications et, enfin, permet d’éviter la cohue habituelle dans les poissonneries, répondant ainsi aux directives de distanciation sociale.

Plus de 220 commandes avaient été enregistrées au moment d’écrire ces lignes.

« Dans le but de joindre la parole aux actes, après avoir lancé un appel à la solidarité, je lance aujourd’hui (mise en ligne mercredi) la page web crabeco.com pour permettre aux poissonneries de pouvoir vendre du crabe à leurs clients en toute sécurité. Il s’agit d’un effort pour aider les poissonneries familiales qui vise deux objectifs : protéger la santé publique et minimiser l’impact négatif de la crise sur des entreprises familiales et sur l’ensemble de l’économie locale », expliquait le directeur général de la Chambre, Jonatahn Laterreur, mardi.

« La CCIRN a donc mandaté son partenaire, l’agence G communication et marketing, afin de créer une page web commune pour la poissonnerie Saint-Odile et toute autre poissonnerie du Bas-Saint Laurent ou du Québec soucieuse d’offrir un service «prêt-à-emporter» sécuritaire,  à travers un système simple de pré-commande en ligne », ajoutait monsieur Laterreur.

Jonathan Laterreur (Photo: courtoisie)

48 heures plus tard

Quarante-et-huit heures après la mise en service de la page crabeco.com, monsieur Laterreur, joint par le journal le soir un peu plus tôt aujourd’hui, était ravi des premiers résultats.

« C’est super de voir la réponse des consommateurs, autant que des poissonneries qui se sont jointes au mouvement. Ça dépasse nos espérances, car l’objectif est d’avant tout appuyer les directives de santé publique. Il y aurait pu y avoir une problématique très importante, car on connaît, à Rimouski, les attroupements coutumiers en cette période de l’année. L’important était de prendre action et je crois que c’est ce qu’il faut retenir. »

« La plupart des quelque 220 commandes à date sont à coups de 10 crabes, la commande. On peut donc s’imaginer le nombre de personnes que cela aurait pu représenter dans les poissonneries, sans crabeco. Certains sont moins à l’aise avec Internet, alors certaines personnes se regroupent pour s’entraider et vont contribuer à poursuivre le mouvement. Ceci, pour faire en sorte qu’il y ait le moins de problèmes possible », commente monsieur Laterreur.

Nouvelles poissonneries

« Autre aspect intéressant, nous avons maintenant quatre poissonneries participantes, soit la Poissonnerie Sainte-Odile de Rimouski, la Poissonnerie du Phare Ouest à Matane, la Poissonnerie Cartier de Rivière-du-Loup et la Poissonnerie de la Mitis de Mont-Joli. C’est donc bien réparti sur le territoire », constate le directeur de la Chambre.

« Nous avons aussi eu une demande d’une poissonnerie de Québec qui est à l’étude, mais peu importe, ce qui est important, c’est que notre modèle suscite de l’intérêt et peut être appliqué à d’autres secteurs de l’économie. On offre notre assistance si jamais un autre secteur d’activité, comme les boulangeries ou les cabanes à sucre, aimeraient imiter les poissonneries. C’est une excellente façon de profiter la santé publique tout en générant de l’achalandage commercial », conclut monsieur Laterreur.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×