22.10.2020
Actualités Pendant ce temps, le presbytère et la cathédrale continuent de se détériorer

Pendant ce temps, le presbytère et la cathédrale continuent de se détériorer

Le sort de la cathédrale de Rimouski et du presbytère Saint-Germain préoccupent peut-être moins les citoyens pendant la crise du coronavirus, mais leur état continuer de se détériorer et il y a peu de lueur d’espoir à l’horizon.

Aucune démarche significative n’a été menée par le Diocèse de Rimouski ou par le Club des amis de la cathédrale depuis janvier 2020. Pis encore, le Club des amis de la cathédrale a dû reporter une activité de sensibilisation qui devait avoir lieu en mars à une date qui reste à être précisée.

Les ornements de bois qui ceinturent les fenêtres sont abîmés. (Photo Journallesloir.ca, Pierre Chassé)

Par ailleurs, le journal le soir a appris qu’un des plus ardents défenseurs du maintien du culte dans la cathédrale, Jean-Charles Lechasseur aurait été exclu de la Fabrique Saint-Germain, propriétaire de la plus importante église de Rimouski. Également, une rumeur fait état de la nomination de l’historien Pascal Gagnon à la tête de la Fabrique. Les deux n’ont pu être joints pour l’instant.

Les projets d’intégrer la section régionale de la BAnQ (bibliothèque et archives nationales du Québec) et la coopérative artistique Paradis dans la cathédrale seraient en train de refaire surface.

Une autre partie de la cathédrale où les dégâts sont apparents. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

Le journal le soir a fait le tour de la cathédrale et du presbytère aujourd’hui et y a constaté de nouvelles avaries, quoique mineures. Rappelons que l’édifice est fermé depuis cinq ans et quatre mois en raison de sa décrépitude.

Justice

La Fabrique Saint-Germain et l’Archevêché ne sont pas sur la même longueur d’ondes quant à l’avenir de la cathédrale et ont connu de nombreux accrochages au cours des deux dernières années. Un litige quant aux juridictions de chacun face à la cathédrale et au presbytère est toujours devant les tribunaux.

Une partie du presbytère qui souffre lui aussi de l’usure et de l’absence d’entretien. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

Un membre du Club des amis de la cathédrale et président du regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale, Jacques Landry précise que les activités sont suspendues.

« On est arrêté par la crise. Je pense qu’il y a eu un arrêt du chauffage mais je ne sais pas si la cathédrale s’est encore dégradée. Il y a des actions en cour pour s’opposer à ceux qui ne souhaitent pas sa réouverture », note-t-il.

« J’ai rencontré les gens de BAnQ à quelques reprises et c’était une éventualité de les voir dans la cathédrale. Ceci remonte à 2016, mais je les ai aussi rencontrés il y a un mois et demi. J’ai constaté qu’il y a encore un intérêt pour la cathédrale. Par rapport à la Coopérative artistique Paradis, je n’n ai pas entendu parler. BAnQ pourrait être une solution pour amener un locataire à la cathédrale. J’y suis favorable mais cela dépend où on les installerait par rapport à l’édifice. Cela fait partie des choses à étudier », précise aussi monsieur Landry.

Pas contre

Ce dernier tient d’ailleurs à rappeler que les Amis et le Regroupement ne sont pas opposés à ce qu’il y ait autre chose que de la pratique religieuse dans la cathédrale.

La galerie du presbytère. (Photo: journallesoir.ca, Pierre Chassé)

« Je n’aime pas ça quand j’entends ça!  Ça a toujours été le cas. On n’a jamais dit qu’on voulait qu’il n’y ait que de la pratique religieuse dans la cathédrale. On est d’accord pour une vocation socio-culturelle et communautaire. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×