26.10.2020
Actualités Le projet de Paradis a franchi le point de non-retour

Le projet de Paradis a franchi le point de non-retour

La Coopérative s’installera dans l’Espace Alcide-C.-Horth

Le projet de relocalisation de la Coopérative artistique Paradis a franchi le point de non-retour : le plan fonctionnel et technique est en préparation et le site est choisi définitivement.

Ce ne sera pas au centre-ville, ni dans une éventuelle cathédrale transformée, ni dans l’édifice des Ateliers Saint-Louis (ancienne école des Frères du Sacré-Cœur), sur la rue de l’Évêché, confirme la directrice des opérations par intérim de la Coopérative, Elsa Lambert. C’est un projet maintenant évaluer à 11,5 M$.

« Ce sera dans l’Espace urbain Alcide-C.-Horth, un projet de développement de Ville de Rimouski, sur la 2e rue Est, devant l’Université du Québec à Rimouski. Le plan fonctionnel et technique est en élaboration. En raison de l’entente de principe avec le gouvernement du Québec (ministère de la Culture) qui donne une date limite au 5 juillet, nous nous devons de faire avancer le projet le plus possible. L’argent de Patrimoine Canada va être débloqué automatiquement car le ministère de la Culture du Québec y va », déclare madame Lambert.

Terrain

Elsa Lambert (Photo: courtoisie)

« On peut le dire en masse : on ne changera plus d’adresse. Toutes les autres options sont écartées. Le projet est en élaboration; il doit y avoir des rencontres prochainement. Le coup d’envoi est donné. On ne peut pas retourner en arrière. C’est très intéressant, car la Ville a l’intention d’innover dans ce secteur et d’apporter des commerces de proximité. Des projets sont déjà amorcés », affirme Elsa Lambert.

Projet

Le terrain proposé par la Ville correspond à 3000 m2, c’est-à-dire 40 mètres de largeur par 75 mètres de profondeur. L’édifice abritera des bureaux des organismes membres, des bureaux de Paradis, du Carrousel du film, du Festi Jazz et du Regroupement des organisateurs de spectacles (ROSEQ), une salle de spectacles, un café, un salon et des salles de réunion.

« Nous avons fait une demande à la Ville pour une contribution, sous la forme du don de ce terrain. Il faut tout décider maintenant pour ce qu’on voudra inclure comme besoins dans le projet en raison de l’échéance. Tout est dans la machine », soutient Elsa Lambert.

Particulièrement intéressant

« Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que le projet Paradis serait l’un des précurseurs de cette zone d’innovation Espace Acide-C-Horth. La Ville propose à Paradis d’être située juste au Sud du parc public. Ce n’est encore qu’une ébauche, mais ça sera génial. Nous pensons qu’il y a un gros potentiel pour Paradis dans cette nouvelle zone de développement. De plus, ça va laisser beaucoup plus de latitude pour la construction, car il y a beaucoup moins de contraintes d’espace qu’au centre-ville », ajoute la directrice des opérations.

Rectification

« D’ailleurs, il faudrait rectifier quelque chose qui n’a pas été bien compris. Si le projet Paradis s’est retiré du centre-ville c’est en raison des contraintes (temps, espace, etc). Personne n’a « tassé » le projet Paradis. Au contraire, la Ville fait énormément d’efforts pour nous accommoder et nous accompagner. Les ententes de principes avec le ministère de la Culture et des Communications ne peuvent se renouveler indéfiniment », explique enfin madame Lambert.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×