19.09.2020
COVID-19 Le maire Parent demande une ouverture plus large des centres commerciaux

Le maire Parent demande une ouverture plus large des centres commerciaux

Le maire de Rimouski, Marc Parent, demande au gouvernement de Québec d’élargir la réouverture des commerces situés dans les centres commerciaux.

Une bonne partie des entreprises locales et régionales reprendront leurs activités lundi, dont les commerces, mais celles situées à l’intérieur de centres commerciaux et qui n’ont pas de porte qui donnent sur l’extérieur doivent rester fermées, selon les directives émises par le gouvernement du Québec.

Monsieur Parent a abordé la question dans son point de presse virtuel hebdomadaire du vendredi, ce matin.

« J’ai soulevé entre autres choses au député de Rimouski, Harold LeBel, la possibilité que le gouvernement réfléchisse au fait que des commerces de proximité sont dans des centres commerciaux à Rimouski. Je comprends que la préoccupation du gouvernement du Québec est de ne pas favoriser les regroupements de masse, entre autres dans les centres d’achats. Mais en théorie, il doit être possible d’opérer ces petits commerces, en interdisant par exemple l’accès aux zones où les gens ont le plus tendance à se réunir », précise monsieur Parent.

« À partir du moment où il est clair que les sites où on pourrait se réunir ne sont pas accessibles, je pense que ça peut être envisageable à court terme de rouvrir les commerces de proximité qui sont situés dans des centres commerciaux », insiste-t-il.

Injustice

Lors de la période de question, notre collègue Francis Belzile, de CKMN 96,5, a demandé à monsieur Parent d’élaborer sa pensée.

Il relève une certaine iniquité. « La décision gouvernementale est d’ouvrir seulement les commerces qui ont des portes qui donnent à l’extérieur, mais prenons par exemple le Centre du rasoir (Carrefour Rimouski). C’est un petit commerce de proximité qui est toujours fermé, alors qu’à quelques pas de là, le magasin Canadian Tire est ouvert. Je pense honnêtement qu’il peut y avoir des aménagements qui permettent de régler ça, en évitant les rassemblements », estime monsieur Parent.

« La réalité d’un centre commercial comme Le Carrefour Rimouski, le plus gros du Bas-Saint-Laurent, est fort différente de celle des grands centres commerciaux de Montréal. Je pense que c’est tout-à-fait envisageable de rouvrir ces commerces, qui sont de proximité locale. Il n’y aurait pas de rassemblements à l’intérieur », poursuit monsieur Parent.

Cyclistes

Par ailleurs, la Ville est toujours active dans le dossier de la circulation des vélos, après avoir interdit l’accès de la promenade de la mer aux cyclistes, les fins de semaine.

Le maire Parent a indiqué que le conseil municipal va statuer, lundi soir, en assemblée spéciale, sur de nouveaux circuits qui permettraient aux cyclistes d’avoir des alternatives pour circuler d’Ouest en Est. La décision sera annoncée par la suite.

Déconfinement

Par ailleurs, monsieur Parent a aussi commenté la décision du gouvernement du Québec d’attendre au 18 mai pour ouvrir les frontières de la région. Cette décision répond aux demandes exprimées par la Table régionale des élus du Bas-Saint-Laurent.

« Les points de vue sont partagés, parmi les citoyens, pour ce qui est de donner l’accès au Bas-Saint-Laurent au reste du Québec. La bonne nouvelle dans la décision du gouvernement, c’est que le Bas Saint-Laurent a été écouté. Nous avons demandé la semaine dernière de prendre tout le temps qu’il faut pour décloisonner le Bas-Saint-Laurent. Cette période de deux à trois semaines donnera l’opportunité au gouvernement du Québec de réévaluer la réouverture progressive des régions et de pouvoir rajuster le tir au besoin. »

« La grande majorité de la population est consciente qu’on ne peut pas vivre en vase clos pendant encore une année ou une année et demi pour avoir un vaccin. Il faut avoir une mobilité pour chacun mais tout en respectant sévèrement les normes de distanciation physique et les habitudes d’hygiène. À court terme, il ne faut pas trop se préoccuper de l’affluence importante de gens des autres régions. Surtout si on prend en considération qu’il est extrêmement difficile, par exemple, d’avoir accès à des restaurants » croit Marc Parent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×