27.09.2020
COVID-19 Des propriétaires de bars vont manifester à Québec

Des propriétaires de bars vont manifester à Québec

Des tenanciers de Rimouski confirment qu’ils vont participer à une manifestation contre le projet de loi 61, demain, devant l’Assemblée nationale du Québec.

Des propriétaires de bars sont amèrement déçus de constater que les propriétaires de restaurants obtiennent des privilèges inéquitables avec le projet de loi 61 qui vise la relance de l’économie après la crise du coronavirus. En facilitant la vente d’alcool pour les restaurateurs, le projet de loi vient créer une nouvelle compétition aux propriétaires de bars.

Ils sont si mécontents qu’ils menacent de défier le gouvernement et d’ouvrir leurs portes, même s’ils n’ont toujours pas obtenu de date pour leur réouverture des autorités de la Santé publique à la suite de la crise du coronavirus.

Bars et culture

« C’est une manifestation pour appuyer les gens de la culture tout en dénonçant ce qui ne fait pas notre affaire dans le plan de relance économique. Je serai accompagné d’un autre propriétaire de bar, Steven Guimond, et il y en a qui seront déjà sur les lieux. On continue le combat le mercredi 10 juin, sur le terrain de l’Assemblée nationale », explique Luc Pichette, propriétaire du bar Le Campus.

Il y a aussi une symbolique importante dans cette manifestation, puisque les bars sont souvent le théâtre d’activités culturelles.

« Tout est en place pour la manif de mercredi. Les organisateurs de la manifestation ont prévu des procédures de sécurité, des mesures sanitaires, la mise en place d’une estrade et un système de son. Les bars s’unissent à la culture pour cet évènement. Les musiciens seront en avant plan », poursuit monsieur Pichette.

 Appel à tous

« Nous invitons tous les intéressés à venir nous rejoindre devant l’Assemblée nationale du Québec, autour de la fontaine, avec une guitare ou autre instrument, demain, à partir de 9 h. On y jouera quelques chansons pour rappeler à la ministre de la Culture et au gouvernement que nous sommes toujours bien en vie, que nous subissons nous aussi les impacts de la COVID19 et que nous voulons faire partie du plan de relance qui jusqu’à aujourd’hui, nous laisse totalement de côté », affirme Luc Pichette.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×