29.09.2020
Nouvelle de 18 h Le maire estime que les critiques sont injustes

Le maire estime que les critiques sont injustes

En matière d’environnement

Le maire de Rimouski, Marc Parent, estime que les critiques adressées à la Ville en matière d’environnement sont injustes.

Le journal le soir rapportait hier qu’un citoyen et des membres du mouvement citoyen Prospérité sans pétrole s’interrogent sur l’absence du maire de Rimouski dans une démarche issue de 15 villes du Québec, dont les maires demandent au gouvernement que la relance économique suivant la crise du coronavirus soit axée sur la protection de l’environnement et la solidarité.

« J’ai appelé le maire de Matane, Jérôme Landry, pour lui demander d’où origine la lettre des 15 maires. Il m’a expliqué comment il s’est embarqué là-dedans. Il m’a dit qu’il avait reçu un appel téléphonique, je crois que c’est de l’organisme Vivre en ville, pour savoir s’il était intéressé à se joindre au mouvement. Moi, je n’ai pas été sollicité, mais je n’aurais pas hésité à signer. Ce fut un choix aléatoire pour les maires signataires. Quand on sait à quel point l’environnement est important, à la Ville de Rimouski, j’aurais été le premier à signer », explique monsieur Parent.

À l’avant-garde

Malgré les critiques qui lui sont adressées, la Ville de Rimouski se veut à l’avant-garde de la défense de l’environnement, comparativement aux autres villes de même taille.

« Nous avons mis en place des mesures comme le fonds éco-responsable, la Déclaration d’urgence climatique. Toutes les actions qu’on prend sont bien réelles. J’ai tendance à croire qu’effectivement, on se trouve parmi les leaders. C’est certain que pour l’environnement, ça ne paraît jamais assez, ce qu’on peut faire. Autour de la table du conseil, il y a des gens comme Grégory Thorez (conseiller du district Sainte-Odile), pour lesquels l’environnement est plus qu’important : c’est un champ de bataille », commente monsieur Parent.

Eau potable

« Et monsieur Thorez, comme d’autres, a bien présenté ses préoccupations aux autres membres du conseil municipal. Ce genre de message nous encourage à signer des résolutions, comme sur la protection de l’eau potable. Rimouski a versé une contribution à la municipalité de Restigouche Sud Est qui est la plus importante en termes d’argent par contribuable, au pro rata, dans le cadre de cette campagne. Nous entreprenons une foule d’actions pour protéger l’environnement », insiste Marc Parent.

Face aux citoyens

Le maire ajoute qu’à chaque assemblée publique du conseil municipal, avant la crise du coronavirus, les élus rimouskois se sont toujours montrés ouverts aux demandes et critiques des citoyens présents.

« Absolument! Oui, nous sommes préoccupés et oui, on agit. On n’a qu’à penser au fleuve. Ce sont des préoccupations de tous les instants, à la Ville de Rimouski. »

Face aux industries

Des lecteurs s’interrogent à savoir si la Ville met en application sa volonté de sauvegarder l’environnement dans des projets polluants.

« Nous avons donné des orientations très claires par rapport à ça. Toute la réflexion entourant l’agrandissement du parc industriel en tient compte. Nous avons mis en place une démarche pour s’assurer qu’il y ait un genre d’économie circulaire entre les différents occupants du parc industriel. Cela permettrait justement que les déchets de l’un deviennent la matière première de l’autre. Il y a toute une réflexion en ce sens. »

« Nous ne ferons pas seulement que de vendre des terrains au premier arrivé, premier servi. Au contraire, on analyse ça de façon holistique (NDLR : soit en considérant l’ensemble d’une problématique et ses effets). Comment la Ville se positionne face à tel type d’industrie? Ce qu’on va accepter, on va le faire en lien avec nos préoccupations environnementales », soutient monsieur Parent.

Camions diesel

La Ville tente de mettre à profit les nouvelles technologies pour économiser sur les frais d’énergie et limiter l’émission de gaz à effets de serre, notamment dans sa flotte de véhicules.

« Nous avons des véhicules hybrides et électriques. Notre flotte est relativement récente, si on compare à d’autres villes de la région. La consommation de diesel, en 2019, une grosse année de déneigements, on a consommé moins de diesel que dans toutes les années précédentes. Ce, parce que nos véhicules sont modernes et consomment moins d’essence. Nous avons maintenant certains camions 10 roues qui tombent automatiquement à l’arrêt du moteur après dix minutes sans mouvement. En matière d’autonomie électrique ou hybride, a technologie est moins avancée pour les véhicules lourds, mais nous en aurons aussi, bientôt », souligne enfin le maire Parent.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×