20.10.2020
Actualités Océanic « La ligue nous a demandé de ne pas bouger » -...

« La ligue nous a demandé de ne pas bouger » – Serge Beausoleil

Il réagit à l’arrivée des deux Européens des Remparts

L’arrivée en sol québécois des deux joueurs européens des Remparts de Québec fait jaser aux quatre coins du circuit.

Le directeur-gérant Patrick Roy est sorti des rangs pour mener lui-même ses démarches qui ont mené, assez rapidement, à un dénouement positif. Il y a deux semaines, il s’était publiquement dit inconfortable de voir comment le dossier des joueurs européens, mené par la Ligue canadienne de hockey, trainait en longueur. 

Faisant cavalier seul, il a ensuite réussi à obtenir des visas de travail pour ses deux Finlandais, Viljami Marjala et Aapo Siivonen, qui sont rentrés à Québec, hier. Normalement, ce sont des visas de visiteurs qui sont utilisés pour faire venir les joueurs européens. 

« La ligue nous a demandé de ne pas bouger parce que ça pouvait compromettre le processus. De discuter avec plusieurs paliers de gouvernement, c’est une tour de Babel. C’est un dossier qui est laborieux et je ne cesserai de le dire, la ligue fait des pieds et des mains pour que ça se règle. Mais, Patrick s’est impatienté et a décidé de prendre d’autres moyens. On les connait, ces moyens-là. À la ligue de statuer là-dessus », explique Serge Beausoleil. 

Le patron hockey de l’Océanic savait ce qui se tramait dans les bureaux des Remparts. « Il y a d’autres moyens qu’on envisage, mais au moment où on se parle, nous sommes des partenaires dans la ligue. J’ai parlé à Allan Walsh, l’agent d’Adam Raska, qui veut qu’il s’en vienne ici, le plus rapidement possible. Je connais les avenues empruntées par les Remparts, je ne dis pas qu’on ne les prendra pas, on va tout évaluer ça » poursuit celui qui est aussi en communication avec Alexander Lazarev qui s’entraine à Moscou. 

Il ne cache pas que ça jase fort depuis hier soir. « Vous devez savoir que j’ai beaucoup d’appels de mes confrères des autres équipes. Il y a des situations névralgiques pires que la nôtre. Je pense à Sherbrooke, une équipe semée parmi les trois ou quatre meilleures du circuit, qui est 18e présentement. Elle a besoin de Samuel Hlavaj qui est un gardien établi. Là, on a des clubs qui n’ont pas respecté la missive et les demandes de la ligue et qui ont des Européens dans leur giron », dénonce-t-il.

Beausoleil va encore plus loin quand il analyse le dossier des joueurs internationaux dans la LHJMQ. « Je persiste à croire que la façon de faire de cette année, ça devrait être celle à toutes les années, pandémie ou non. 36 sauf-conduits, négociés en bloc et identiques, qui sont acheminés aux 18 équipes du circuit. Merci, bonsoir. »

Un dossier à suivre dans les prochains jours. Un de plus car le circuit du Commissaire Gilles Courteau doit composer avec de plus en plus d’équipes qui sont en pause en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie. Sept équipes sont ou seront en congé forcé, dans les prochains jours. Une importante réunion des propriétaires se tient cet après-midi pour déterminer la suite des choses. 

Pour l’instant, l’Océanic se prépare à accueillir Baie-Comeau pour deux matchs, vendredi et samedi.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×