Nouvelle de 17 h La Ville souhaite toujours dénicher un projet pour les Ateliers Saint-Louis

La Ville souhaite toujours dénicher un projet pour les Ateliers Saint-Louis

Mais chose certaine, pas question d’y faire un stationnement!

La Ville de Rimouski espère toujours dénicher un projet qui permettra de réhabiliter l’espace occupé par les Ateliers Saint-Louis, bâtiment connu aussi sous le nom d’école des Frères du Sacré-Cœur, à l’angle de l’avenue Saint-Louis et de la rue de l’Évêché Ouest.

La Ville de Rimouski en est propriétaire. L’édifice est inoccupé et n’est plus entretenu. Des défenseurs du patrimoine espèrent un projet qui permettra de conserver les caractéristiques du bâtiment, mais le maire de Rimouski, Marc Parent, croit qu’il faudra plutôt le démolir pour laisser place à un édifice 100% neuf.



Un étudiant en architecture, Charles Ruest, estime que c’est toujours possible et peaufine un projet à présenter à la Ville.

Parmi les projets évoqués ces dernières années, il y avait la possibilité d’utiliser l’édifice L’Oasis, qui est entièrement payé ou presque, comme garantie pour effectuer un emprunt et construire un autre édifice pour les personnes âgées dans l’édifice des Ateliers Saint-Louis, sous l’égide de l’organisme para-municipal La Logerie.


Conception inadéquate

Monsieur Parent précise que cette possibilité a été envisagée, mais que les conclusions sont négatives, car le but de préserver le patrimoine bâti ne serait pas atteint, notamment :



 « L’enjeu des Ateliers Saint-Louis, c’est toujours la manière dont le bâtiment a été conçu. Il n’y a pas de marché pour un édifice à logements qui louerait des logements sans balcons. En partant, toute personne qui veut un logement veut aussi un balcon. Ce ne serait pas facile. L’autre aspect, c’est toujours aussi une même réalité : ce sont les coûts. Si les Ateliers Saint-Louis devaient être défaits et reconstruits, il y a en aurait peut-être pour 7 M$ ou 8 M$. C’est énorme. On parle d’une reconstruction, on ne parle plus de restauration. »

« Le résultat serait un bâtiment neuf, semblable au vieux bâtiment, mais pas davantage. Les seules choses qui pourraient être potentiellement conservées, ce sont les pierres qui sont au bas du solage. Si on voulait sauver une partie du patrimoine, il faudrait faire comme on a fait pour le palais de justice, les retirer une par une et les mettre de côté. Après, tout le reste, comme la brique, n’est pas réutilisable. »


Projet

Tout de même, la Ville n’a pas renoncé à trouver un projet pour le site des Ateliers Saint-Louis.

« Nous avons commandé une évaluation par une firme d’ingénieurs, pour laquelle je n’ai pas encore vu les recommandations, mais qui sont attendues pour bientôt. On s’est engagé à la faire. On veut être absolument certain de l’état du bâtiment pour compléter à l’externe une étude qui a déjà été faite à l’interne. Et il y a un intérêt manifesté par le Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent pour avoir le terrain et construire du neuf, afin de répondre à ses besoins d’espace toujours grandissants. La demande de prestation de services de la population est toujours en croissance dans ce secteur », affirme monsieur Parent.

Secteur protégé

« Il y a beaucoup de gens qui ont des idées et des projets pour les Ateliers, mais on a toujours de la difficulté à trouver du financement. On l’a déjà offert pour 1 $, mais il n’y a pas de fonctionnalité avec ce bâtiment. Les Ateliers Saint-Louis sont dans une zone patrimoniale protégée (NDLR : comme la vieille partie de la Grande Place). Il n’est absolument pas question de les démolir et de faire un stationnement. Il doit obligatoirement y avoir un projet de remplacement », précise monsieur Parent.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×