Nouvelle de 18 h Deux sites touristiques de la région obtiennent 2,2 M$ en subventions

Deux sites touristiques de la région obtiennent 2,2 M$ en subventions

Des projets majeurs au Site historique maritime et aux Jardins de Métis

Des projets issus de deux entreprises touristiques majeures des MRC de Rimouski-Neigette et de La Mitis, Le Site historique maritime de la Pointe-au-Père (SHMP) et les Jardins de Métis obtiennent une aide totalisant 2,2 M$ de Développement économique Canada.

La secrétaire parlementaire de la ministre responsable du Tourisme, Mélanie Joly, Élisabeth Brière, en a fait l’annonce cet après-midi par un point de presse en visioconférence, accompagnée des directeurs des deux sites, Serge Guay et Alexander Reford, du directeur de l’Association touristique du Bas-Saint-Laurent et du président de celle de la Gaspésie, Pierre Lévesque et David Dubreuil, du président de l’ATR Bas-Saint-Laurent, Hugues Massey et des députés des deux comtés concernés, Kristina Michaud et Maxime Blanchette-Joncas.



Portrait

La rencontre a d’abord permis de dresser un portrait de la situation de l’industrie touristique. On convient que la saison 2020 sera à oublier pour toutes sortes de raisons, mais avant celle-ci, les affaires étaient en croissance. Le Bas-Saint-Laurent bénéficie de retombées économiques moyennes annuelles de 345 M$, pour assurer la subsistance de 8 000 employés et 850 entreprises. Cela compte pour 9 % des emplois de la région.


En Gaspésie, on souligne avoir attiré 785 000 visiteurs en 2019, pour des retombées de 380 M$. Au Canada, 1,8 million d’emplois sont nécessaires pour accueillir les 22 millions de visiteurs (2019) en provenance de l’extérieur du pays. Pour chacun des participants, il convient d’investir dans des projets structurants et novateurs, comme les deux projets présentés aujourd’hui. Le tourisme québécois a permis d’éviter une saison catastrophique.

« Le tourisme joue un rôle économique crucial dans l’économie en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent et il était en croissance en 2019 avec la meilleure année de son histoire. L’industrie a su s’adapter à la situation attribuable à la pandémie. Le tourisme a été un des premiers secteurs affectés par la pandémie au printemps 2020. Selon les pronostics ce sera une des dernières à retrouver son plein régime. Heureusement, l’industrie touristique du Québec a su s’adapter et ajuster ses installations pour accueillir de manière sécuritaire les Québécois, tout au long de l’année et de l’été », a indiqué madame Brière.



« La saison touristique 2021, même hivernale, est teintée d’incertitude. Son succès dépendra de nombreux facteurs, dont l’immunité, l’ouverture des frontières et l’offre des transporteurs. Nous avons mis en place plusieurs programmes qui ont permis de contourner les difficultés. Nous avons été avec vous pendant la pandémie et nous le serons jusqu’à ce que tout le monde s’en sorte », a promis madame Brière.

Élisabeth Brière. (Photo: capture d’écran-Zoom)

Subventions


Une subvention de 1,9 M$ est consentie aux Amis des Jardins de Métis pour la réalisation d’une expérience immersive pour les visiteurs. Ce projet sera complété à temps pour la saison 2022. Le SHMP reçoit 305 000 $ pour la mise sur pied d’un parcours extérieur d’interprétation ainsi que la conception d’une nouvelle expérience de réalité augmentée. L’ouverture de ce nouvel attrait est prévue pour juillet 2021 au Site historique maritime.

Les porte-parole des deux sites touristiques touchés reconnaissent que leurs projets ont été développés en réaction, du moins en partie, à ce qu’ils ont vécu lors de la dernière saison.

Serge Guay (Photo: capture d’écran-Zoom)

Réalité augmentée

« La subvention est très importante, car elle représente plus de la moitié des coûts du projet qui est d’environ 550 000 $. Notre projet consiste en l’organisation d’une visite autour du sous-marin Onondaga, afin d’utiliser le numérique et la réalité augmentée pour faire découvrir comment les systèmes du sous-marin fonctionnaient. Cette expérience va permettre aux visiteurs d’expérimenter virtuellement comment fonctionnent des systèmes comme le schnorkel. Les gens vont pouvoir faire bouger des choses. Ce sera une visite différente et une visite qui permet de complémenter la visite du sous-marin. On a vu des files d’attente allant jusqu’à une heure et demie et deux d’attente pour les visites du sous-marin, par les saisons passées, mis à part 2020 », précise Serge Guay.

Cela permettra aussi aux gens qui ne peuvent pas aller dans le sous-marin de participer à une expérience en lien avec l’Onondaga.

Une zone interdite

Aux Jardins de Métis, une zone jusqu’à maintenant interdite aux visiteurs sera mise à profit.

« Notre projet est de bonifier des expériences immersives et de mettre en valeur des bâtiments qu’on a hérité qui ont besoin d’un peu d’amour et de modifications. Nous allons ouvrir l’arrière-cour des Jardins, notamment dans une zone qui était jusqu’à maintenant fermée aux visiteurs. Nous allons maintenant plutôt encourager les visiteurs à profiter de tout le site. Nous sommes conscients depuis le début de la pandémie de l’importance d’aller à l’extérieur et nous encouragerons les gens à en profiter au maximum, toujours en respectant les principes du développement durable. Ce sera une nouvelle dimension à explorer aux Jardins », explique Alexander Reford.

Alexander Reford (Photo: capture d’écran-Zoom)

Le projet des Jardins est de 2,5 M$ et implique notamment la MRC de La Mitis.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×