Actualités Dernière heure Le projet Régionair toujours bien en vie

Le projet Régionair toujours bien en vie

Les promoteurs du projet Régionair, dont le préfet de la MRC de La Mitis, Bruno Paradis, et la directrice de l’Aéroport régional de Mont-Joli, Chantal Duchesne, croient toujours à la viabilité de leur projet.

 Afin de contribuer au rapport final de la Table de concertation sur la problématique du transport aérien régional au Québec qui sera publié incessamment, les promoteurs du projet Régionair soulignent les trois piliers sur lesquels devraient s’appuyer la politique et les interventions du ministère des Transports du Québec (MTQ) (MTQ) et de Tourisme Québec. Le projet Régionair a été développé l’été dernier, en réponse à l’abandon de du service dispensé par Air Canada, le 30 juin.



« Ces trois piliers sont la base sur laquelle le projet Régionair a été élaboré et nous persistons à croire que ce projet demeure la meilleure avenue pour solutionner à court, moyen et long terme la problématique des dessertes aériennes régionales », expliquent-ils dans un communiqué.

D’autres avenues


« Nous sommes toutefois conscients que d’autres avenues peuvent être retenues par le MTQ, mais nous tenons à réitérer l’importance de tenir compte des trois éléments suivants dans l’élaboration et la mise en place des réformes nécessaires. Les régions du Québec sont en partie tributaires du transport aérien régional pour faciliter leur développement social, économique et touristique », ajoute-t-on.

Selon les promoteurs, l’accessibilité demeure un élément essentiel pour assurer la vigueur du Québec régional. Le problème de desserte touche les régions et il devient évident que la solution doit nécessairement inclure les intervenants régionaux.



Acteurs politiques

« Quel que soit la solution retenue par le MTQ, il nous apparait évident que les acteurs politiques, économiques et touristiques régionaux doivent non seulement être consultés, mais aussi être directement impliqués dans le processus de maintien et d’amélioration des services aériens. Il faut développer un dialogue et un partenariat réel entre les intervenants régionaux et les lignes aériennes, et le MTQ peut – et doit – y contribuer », précisent les promoteurs.


Ils estiment crucial pour assurer la pérennité et l’acceptation régionale des propositions gouvernementales que les services aériens proposés soient fiables et sécuritaires, que lesdits services soient stables dans le temps et évidemment prévisibles. On mentionne que trop souvent au cours des dernières années, et encore aujourd’hui, les régions se sont fait promettre une panoplie de services, d’horaires, de types d’appareils, etc. alors que les services réels demeuraient aléatoires compte tenu des annulations de vols et des modifications d’horaires sans préavis.

Solution

« Il est impossible de bâtir une clientèle loyale dans ces conditions. Si la solution retenue par le MTQ est de participer au financement des opérations aériennes de certains transporteurs, nous suggérons fortement que des conditions minimales de qualité et de fiabilité de services y soient attachées afin de permettre aux intervenants régionaux de bâtir sur du solide et non sur de vagues promesses… », ajoutent les promoteurs.

« Le développement touristique des régions du Québec n’est pas optimisé. Le défi de l’accessibilité et la tarification outrancière des transporteurs aériens a toujours constitué un frein au développement. Il faut profiter de l’occasion qui nous est offerte de repenser la desserte aérienne régionale et d’intégrer une volonté pratique d’ouvrir les régions à un plus grand tourisme. La base essentielle étant l’accessibilité aérienne, et ce, particulièrement pour la clientèle plus éloignée (autres provinces, États-Unis et international). »

Partenariat

En tenant pour acquis que la problématique aérienne est solutionnée, ils croient que le MTQ et Tourisme Québec, en partenariat avec les intervenants touristiques régionaux, peuvent et doivent faciliter l’élaboration de forfaits régionaux et faciliter la distribution et l’offre commerciale de ces produits aux différents créneaux de clientèles. « Les régions du Québec ont beaucoup à offrir, mais cela demeure un secret bien gardé, faute d’accessibilité, de prix prohibitifs et de manque de structure dans l’offre et la commercialisation. »

Soutenir les dessertes

Chantal Duchesne, déclare : « Il est de mon devoir et de ma responsabilité de m’impliquer et de soutenir les dessertes régionales, provinciales, nationales et internationales pour maintenir des services essentiels présentement. Les citoyens méritent tous les efforts pour que leur aéroport reste une porte entre le monde et notre belle région. Je suis présente et désire faire partie de la solution en partenariat avec les gouvernements, les élus, les transporteurs et les utilisateurs. Je crois fermement que les échecs du passé sont derrière nous et que le gouvernement provincial mettra en place une solution viable et pérenne ».


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×