Nouvelle de 17 h Un Rimouskois veut créer un nouveau parti de centre gauche

Un Rimouskois veut créer un nouveau parti de centre gauche

Un Rimouskois d’origine maintenant établi dans Charlevoix, Mario Desjardins Pelchat, entend créer un nouveau parti politique provincial qui viendrait marcher sur les plates-bandes de Québec Solidaire, à gauche du spectre politique.

Monsieur Desjardins Pelchat, qui a été candidat du parti régionaliste Forces et Démocratie dans Beauport-Côte-de-Beaupré-Ile d’Orléans-Charlevoix, lors des élections fédérales de 2015, était dans la région de Rimouski la semaine dernière afin de faire le plein de sympathisants et peut-être de trouver un candidat pour les élections provinciales de 2022.



« Le parti s’appellera Québec Debout Avec Vous. Les électeurs sont priés de prendre note que nous n’avons rien à voir avec le mouvement Québec Debout qui a organisé des manifestations contre les mesures sanitaires. Je ne veux pas que ça porte ombrage à notre action. Étant originaire de Rimouski, j’ai rencontré pas mal de monde lors de ma visite. J’ai aussi rencontré certaines personnes qui pourraient être intéressées à être candidates, mais me répondront plus tard. Je pense être capable de trouver un candidat valable », confie monsieur Desjardins Pelchat.

Sort des travailleurs


« Nous serons un parti de centre gauche. Le gouvernement, actuellement et antérieurement, ne se soucie pas du sort des travailleurs. On n’a qu’à penser à la faible augmentation du salaire horaire minimum la semaine dernière. Quand je travaillais sur la Côte Nord en 1997, je gagnais 17,80 $ l’heure. Un coup rendu à Québec, il n’y avait aucun emploi en haut de 12 $ ou 13 $ l’heure pour un gars de 20 ans d’expérience. Ça fait plusieurs années que c’est comme ça. Il y a des gens qui abusent de nous quelque part. Après la crise, si les salaires sont aussi faibles, en bas de 18 $ l’heure, on va avoir des problèmes. Le coût de la vie a augmenté; les loyers ont augmenté et le coût de matériaux de construction a augmenté », explique monsieur Desjardins Pelchat.

Monsieur tout le monde et le coût des matériaux



« On tente de mettre les travailleurs à genoux. Une chose et un bon exemple de ce qui me révolte à ce sujet, ce sont les coûts des matériaux de construction, qui empêchent monsieur et madame tout le monde d’améliorer leur propriété. C’est un bon exemple de ce à quoi il faut s’attaquer. Les grandes compagnies abusent des citoyens, tout autant que les élus dans le système actuel. C’est encore plus vrai en période de pandémie. Les riches veulent s’enrichir davantage aux dépens des moins riches. Il y a trop d’intermédiaires dans l’économie. Du bois, on en a dans notre cour et j’invite les gens qui en cherchent à s’adresser à des producteurs artisanaux qui ont des moulins à scie et qui vont vendre le bois d’oeuvre à juste prix », renchérit monsieur Desjardins.

Exploités


« Avec des producteurs artisanaux, on peut se construire un garage qui coûtera moins que la moitié de ce qu’on retrouve en magasin. Il faut court-circuiter les entreprises qui profitent de la situation. Il y a des marchands honnêtes, mais il y en a qui ne le sont pas et qui exploitent les gens. Si les marchands existent, c’est parce qu’il y a des travailleurs. Il faut faire plus de place aux artisans », tranche Mario Desjardins Pelchat.

Profil

Ce dernier précise, au sujet du candidat recherché : « Je cherche une personne honnête et travaillante; une personne intègre et de volonté. Cette personne devrait être un travailleur ou une travailleuse, peut-être une personne qui proviendrait des syndicats et qui se tiendrait debout devant le patronat. »

Mario Desjardins Pelchat reconnaît s’inspirer du syndicaliste Michel Chartrand. « Oui et je l’ai rencontré une fois, en 1990. Il m’a dit : « Jeune homme, vous serez « pire » (dans le sens combatif) que moi. » »

Les personnes qui veulent le joindre peuvent le faire en lui écrivant par courriel à mariomadep@gmail.com .


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×