Nouvelle de 19 h L’ouverture des terrasses de restaurants marque le coup d’envoi de la relance...

L’ouverture des terrasses de restaurants marque le coup d’envoi de la relance post-COVID-19

Des restaurateurs de Rimouski ont profité du feu vert du déconfinement pour réaménager leurs terrasses, aujourd’hui, pas tant en attente d’une clientèle nombreuse dans les prochains jours que pour la symbolique de la chose, alors que la sortie du long tunnel de la crise sanitaire est tout près.

Ces entrepreneurs ne sautent pas de joie instantanément, surtout que la météo n’est pas très encourageante dans les prochains jours, mais sont conscients que leur geste marque la véritable relance des activités économiques après un an et trois mois à se débattre avec les mesures sanitaires obligatoires dues à la COVID-19.



Lundi prochain, la MRC Rimouski-Neigette reviendra au palier d’alerte orange et la région continuera à reprendre son souffle. La reprise des activités sportives extérieures a été annoncée aujourd’hui et la saison touristique est prometteuse. Les entrepreneurs interrogés ont tous bien passé au travers de la crise, mais ils respirent aujourd’hui beaucoup mieux.

Surtout à l’approche de l’été, mais il faut se souvenir que l’enjeu de la main-d’œuvre demeure préoccupant.


« Je suis très heureux aujourd’hui de cette réouverture, mais je suis très heureux aussi que le gouvernement nous ait entendus, cette semaine, pour le changement de palier d’alerte. Nos forces se sont mobilisées pour faire comprendre au gouvernement que c’était une nécessité à ce stade-ci. On se dirige vers la reprise d’une économie de plus en plus normale. Ça aussi, c’est réjouissant. Ça fait en sorte que le climat chez nos membres est de plus en plus positif », affirme le président de la Chambre de commerce et de l’industrie de Rimouski-Neigette, Guillaume Sirois.

De la stabilité



« Et comme on se dirige vers l’été et que l’on connaît toute l’importance de la saison touristique, ça ira de mieux en mieux pour notre économie. On aura des achalandages plus près de la normalité et de la stabilité dans les opérations. On sent le vent d’optimisme, mais il faut demeurer prudent, car la pandémie est encore là. Si on suit bien les étapes, ça va bien se passer. Surtout que l’on connaît les dates, alors, ça, c’est une grosse différence avec la crise sanitaire des derniers mois. Ça apporte de la stabilité dans les directives, ce qui a été souvent problématique dans la gestion de la crise. On a tout de même fait preuve d’une belle résilience et de débrouillardise », renchérit monsieur Sirois.

Une inquiétude


« Je n’ai qu’une inquiétude présentement, c’est la situation du traversier CNM Évolution (dont les activités sont suspendues). On parle de 40 000 personnes transportées par année, cela a un impact sur notre économie. Nous allons faire des représentations auprès de la ministre responsable de la région, Caroline Proulx, avec notre député, Harold LeBel », confie par ailleurs Guillaume Sirois.

Une entreprise au beau milieu de la tempête

Si la survie des entreprises malgré la pandémie a du mérite, elle en a encore davantage pour les entreprises dont l’ouverture était prévue pendant la pandémie ou un peu avant. Le restaurant Chez Germaine a ouvert ses portes en octobre 2019 et l’enthousiasme était au rendez-vous aujourd’hui, selon la copropriétaire, Marie-Anne Bélanger.

« Ah oui, vraiment, on est enthousiastes, ici! Un long cauchemar, la crise? On peut appeler ça comme ça, mais chez nous, nous sommes très optimistes parce que nous avons été raisonnables dans certains choix. Nous avons bien planifié la conduite de nos affaires, après avoir dû fermer, puis rouvrir en juin dernier, puis de nouveau fermer dans les derniers mois. Tout le monde est motivé et tout le monde a le sourire. Nous allons rappeler notre personnel progressivement pour atteindre jusqu’à une quinzaine de personnes. »

(Photo: journallesoir.ca)

« On ne s’est pas épuisé pour rien et on se félicite d’avoir été patient. On revient en force et hyper motivés. Le « timing » pour la réouverture est excellent, avec la saison touristique à nos portes. Nous avons eu la possibilité cette fois-ci d’être avisés un peu à l’avance par le gouvernement, il y a deux semaines, et on l’a apprécié beaucoup. Ça a permis de prendre le temps de tout remettre bien en place et de finaliser nos menus », remarque madame Bélanger.

L’été, vivement l’été

« Heureux d’ouvrir la terrasse. On a travaillé là-dessus en fin de semaine et dans les derniers jours. Je ne suis pas le gars le plus exubérant, parce qu’il ne fait pas très beau, mais au moins on est là et on est prêt. Si on a bien passé la crise? Je pense que c’est différent pour chaque entreprise, selon ses obligations immobilières notamment. Nous ne nous sommes pas posé trop de questions, nous avons pensé à nous adapter pour passer au travers. On n’est pas des anxieux », ajoute Stéphane Emond, du Complexe du Shaker Rimouski.

« On savait que l’été s’annonce bon et justement, les terrasses, c’est ce qui nous permet d’être rentables. Le beau temps arrive. Si la pandémie avait été dans l’autre sens, avec un hiver où nous aurions été ouverts et un été fermés, ce serait bien pire. Ça a dû être plus difficile pour ceux dont les affaires sont plus importantes en hiver. Ici, on va être capable d’accueillir entre 90 et plus de 100 personnes sur la terrasse. Je ne suis pas inquiet et en plus, ça s’en vient aussi pour la réouverture de l’intérieur », mentionne aussi monsieur Émond.

Du bonheur

C’est aussi la fébrilité du côté d’un autre complexe, celui du Bistro de la Vieille Forge/Maison du Spaghetti, propriété de Tommy Lemieux Cloutier.

« Rouvrir sa terrasse, c’est du bonheur, même sans pouvoir rouvrir l’intérieur dès maintenant et malgré une mauvaise météo. C’est un peu de bonheur. La symbolique est importante, même si le soleil ne sera pas au rendez-vous en fin de semaine. Mais, oui, on est « dedans », on travaille à rouvrir toutes nos installations dans les jours et les semaines à venir. C’est le branle-bas de combat pour être prêt pour la saison touristique. C’est le signal de la relance. C’est positif. On sent que le déconfinement se montre le bout du nez et en plus, la meilleure période de l’année. Aussi, les discussions avancent pour la tenue des Terrasses Cogéco (NDLR : Une activité de la saison au centre-ville). Ça s’annonce bien. »

« On est passé au travers. On est toujours là et on va être encore là! », lance-t-il.

Autre échelon important qui s’annonce: la réouverture des bars conventionnels (sans service de restauration), autour du 14 juin jusqu’à nouvel ordre.

La terrasse avant du restaurant Chez Germaine. (Photo: journallesoir.ca)


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×