Général Hommage bien senti et bien mérité à un homme d'exception

Hommage bien senti et bien mérité à un homme d’exception

Des administrateurs et des proches du disparu ont rendu un hommage bien senti, aujourd’hui, à Rimouski, à l’ancien président des Jardins commémoratifs Saint-Germain, Raymond Dubé décédé à la suite d’une longue maladie, en janvier 2020.

Il a été impliqué intensivement dans l’administration des Jardins commémoratifs depuis 1981.



« C’était important pour notre conseil d’administration de souligner la précieuse contribution de Raymond à notre cause. La cérémonie actuelle devait avoir lieu il y a quelques mois déjà, mais elle a été retardée en raison des restrictions de la pandémie que nous avons tous vécue. Alors, le temps est venu, aujourd’hui, de dire un grand merci à Raymond », mentionne Maria Rouleau, présidente de l’Assemblée des délégués des Jardins commémoratifs Saint-Germain.

Éducation et gestion


Monsieur Dubé était aussi bien connu dans la communauté rimouskoise pour avoir fait carrière en éducation et avoir été impliqué dans de nombreuses causes. En 1966, Raymond a été nommé directeur de l’école Monseigneur-Blais, qui devenait la première école spécialisée pour les élèves en difficultés d’apprentissage ou présentant des troubles de comportement. Il a également dirigé l’école Langevin. En 1996, après l’enseignement, Raymond il est devenu directeur général de la Corporation du Grand Séminaire de Rimouski.

« Ses talents de gestionnaire et de développeur ont été mis à profit. On peut dire qu’il n’a pas compté ses heures pour relever plusieurs défis », renchérit madame Rouleau.



Chevalier de Colomb

En ce qui a trait à son engagement social, il a été marguillier puis secrétaire de la paroisse Saint-Robert pendant trente-cinq ans. Il a été un membre actif des Chevaliers de Colomb. Il a occupé la présidence de la Caisse Populaire de Saint-Robert pendant neuf ans. Il s’est impliqué aussi dans la gestion du Foyer de Rimouski, dans les années 1990.


« Mais son engagement social le plus solide et constant, ce sont sans doute les Jardins commémoratifs Saint-Germain qui en ont le plus bénéficié. Dès le début des années 1980, Raymond s’est impliqué dans la corporation du cimetière de Rimouski, partageant sa préoccupation pour en faire un jardin de la mémoire, avec des fleurs, des arbustes et des arbres. Raymond aimait ce qui est beau et il avait le pouce vert. Il était un expert dans les arrangements floraux », constate Maria Rouleau.

Développements impressionnants

« À partir de l’an 2000, Raymond est devenu le président des Jardins commémoratifs. Si cette Corporation a connu autant de développements impressionnants, on ne peut les évoquer sans mentionner le nom de Raymond Dubé. Il a été au premier plan de beaucoup de réalisations, souvent de manière discrète, mais toujours avec détermination et clairvoyance », poursuit-elle.

Sa contribution à la construction du premier mausolée – columbarium – crématorium dans l’Est du Québec et aux réaménagements  agrandissements successifs et soulignée à grands traits.

Engagement

Également, Raymond Dubé a contribué à la rédaction d’un volume sur l’histoire des cimetières de Rimouski et de plusieurs documents d’informations et d’archives dans le but de rappeler à notre mémoire, les inhumés des cimetières de la région. Grâce à sa collaboration, il existe maintenant un circuit patrimonial dans le cimetière valorisant les lieux de commémoration.

Il a mérité la Médaille du lieutenant-gouverneur pour son engagement dans sa communauté.

« Les Jardins commémoratifs sont la fierté de la population que nous desservons et c’est l’héritage le plus précieux que Raymond aura laissé aux générations à venir. Raymond était un visionnaire. Un homme déterminé et optimiste. Un homme fier, dévoué et respectueux des autres. Un homme compétent capable d’établir un bon climat de confiance entre les partenaires. Il était un homme de foi. Alors, les membres du conseil d’administration ont convenu de désigner l’endroit où nous sommes, la Chapelle Raymond-Dubé, pour immortaliser sa contribution exceptionnelle », conclut la présidente.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×