Nouvelle de 18 h « J’appréciais beaucoup son discours de transparence »

« J’appréciais beaucoup son discours de transparence »

Le conseiller Pelletier défend ses collègues du conseil municipal dans le dossier Virginie Proulx

Le conseiller du district Saint-Robert, Jocelyn Pelletier, vient ajouter son grain de sel à la querelle entre sa collègue du Bic, Virginie Proulx, le maire, Marc Parent, et les autres membres du conseil municipal de Rimouski.

« Je veux d’abord souligner votre excellent travail en ce qui a trait au reportage de jeudi dernier », commente monsieur Pelletier, en référence à notre article qui a déclenché la controverse qui perdure.



Éthique

Dans celui-ci, nous indiquions que madame Proulx était dans l’embarras en raison d’un terrain situé devant sa propriété. La conseillère a fait preuve d’éthique, s’étant retirée des délibérations pour permettre la construction d’une résidence sur ce terrain. Mais en invoquant sa position éthique pour ne pas faire de commentaires, elle prête ainsi flanc aux critiques et aux spéculations.


Des membres du conseil, dont le maire, croient que celle qui est exclue des délibérations en comité plénier depuis plus d’un an pourrait avoir eu son mot à dire dans un mouvement citoyen d’opposition à cette autorisation.

« Toujours »



Si monsieur Pelletier a été cinglant envers madame Proulx lors d’une entrevue à la radio CFYX de Rimouski, en milieu de journée, il l’a été tout autant par la suite, dans une seconde entrevue, celle-ci exclusive avec le journal soir.

 « Croyez-vous vraiment que madame Proulx se réfugie derrière l’éthique pour ne pas avoir à répondre (aux questions)? », a demandé le journal à Jocelyn Pelletier, au fil de l’interview.


« Elle n’a toujours fait que ça. Toujours! Je suis parmi les rares membres du conseil qui ont été proches d’elle pendant la première année et demie de notre mandat. J’appréciais beaucoup son discours de transparence, mais on n’était pas prêt à aller aussi loin l’un que l’autre. S’il y en a une qui manque de transparence autour de la table du conseil municipal, je pense que c’est madame Proulx. Parce qu’elle ne dit pas toujours tout à ses citoyens. Je serais curieux de savoir s’il y a eu des discussions entre madame Proulx et le comité qui s’oppose à la construction d’une résidence sur ce terrain, parce qu’on sait que ce sont des proches de madame Proulx (NDLR : qui a d’ailleurs nié cette affirmation au journal) qui sont intervenus », affirme-t-il.

Virginie Proulx (Photo: courtoisie)

14 mois de silence

« Au lieu de s’attaquer aux faits établis dans votre reportage ou de justifier sa position en rapport avec la nouvelle, elle « sort » dans les médias le lendemain et elle s’attaque à monsieur le maire et au conseil. Elle dit qu’on fait de l’intimidation à son endroit. J’ai sursauté quand j’ai appris ça, au point où j’ai interrompu mes vacances pour rétablir la vérité en faisant des interventions dans les médias. Je repars demain matin. Je peux accepter les critiques, mais je n’accepterai jamais des propos mensongers comme ceux-là. Ça fait 14 mois que je n’ai pas parlé à Virginie Proulx, comment voulez-vous que je l’intimide? »

Sa défense

« Je trouve ça injuste. On est tous capable d’admettre nos torts au sein du conseil, ce que madame Proulx n’a jamais fait. Maintenant qu’elle a été confrontée avec tout ce que vous avez trouvé, pourquoi ne répondrait-elle pas aux questions? Ça pourrait durer longtemps, parce que nous, nous savons qu’elle a été en apparence de conflit d’intérêts dans d’autres dossiers, même si des gens touchés ont décidé de ne pas se plaindre. Quand sa défense, c’est d’attaquer le maire et le reste du conseil, j’ai beaucoup de difficultés avec ça »,  remarque monsieur Pelletier.

Écoute

Virginie Proulx est également candidate à la mairie et c’est sur la page Facebook qui fait la promotion de sa candidature à la mairie qu’elle a d’abord réagi à notre premier reportage.

« Depuis l’annonce de ma candidature à la mairie de Rimouski, j’ai décidé d’opter pour une position d’écoute envers les citoyens tout en faisant des propositions innovantes et inspirantes pour ma ville. Je ne fais pas d’attaques personnelles envers le maire, ses conseillers ni envers mon opposant. À l’inverse, je dois subir régulièrement des attaques gratuites, des insinuations et même des propos diffamatoires à mon égard. Comment peut-on accepter qu’en 2021, il ne soit pas possible de faire une campagne électorale dans le respect et dans le débat d’idées? », a notamment déclaré madame Proulx dans un communiqué diffusé vendredi.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×